Pistoia

Jérusalem en paroisse

Imprimer

«Jérusalem en paroisse» ainsi peut-on définir notre réalité de Fraternité Apostolique de Jérusalem. Une Fraternité Apostolique comme celle de Pistoia est une manière de porter dans la vie paroissiale la spiritualité de Jérusalem. La Fraternité chemine avec le peuple de Dieu présent sur le territoire paroissial ; c’est une famille, parmi beaucoup d’autres familles, qui cherche à témoigner de l’amour de Dieu et de son projet de salut.

La Fraternité est appelée avant tout à servir Dieu en devenant un signe et un instrument de communion, un ferment d’unité au sein de cette réalité si hétérogène qu’est la paroisse. La prière est au cœur de la Fraternité et elle en constitue l’élément fondamental ; vécue en paroisse, elle est un rappel de la quête inlassable d’une intimité avec Dieu. Il arrive souvent aujourd’hui d’oublier la Parole : «Sans moi, vous ne pouvez rien faire» (Jn 15,5), et l’on tombe facilement dans l’activisme qui vide la vie chrétienne de son caractère spirituel. Dans la paroisse, la Fraternité, en se réunissant trois fois par jour pour la prière, montre que sans le Seigneur nous ne pouvons rien faire. Le Livre de Vie nous donne ce programme : porter Dieu au cœur de la ville et la ville au cœur de Dieu.
 
L’un des moyens en est l’adoration eucharistique qui, dès leurs premiers pas, a accompagné la vie des Fraternités Monastiques. L’adoration eucharistique pour une Fraternité Apostolique devient un moyen pastoral et pédagogique d’aider les personnes à découvrir et à vivre un rapport vivant avec le Seigneur. Dans notre paroisse Saint-Paul, l’adoration est continuelle, jour et nuit, et elle est la source d’où naît la force pour évangéliser, la charité pour servir, la compassion pour accueillir ; pour beaucoup, elle est devenue la source pour puiser l’eau vive et ainsi pouvoir aller de l’avant dans le chemin de leur propre vie. L’adoration eucharistique est un feu allumé pour toute la ville : tous ceux qui s’approchent de ce «buisson ardent» en sont de quelque manière touchés. Ainsi l’on peut dire que la Fraternité transmet cette note du charisme de Jérusalem qui est d’être sentinelles pour la ville.
 
La vie fraternelle est aussi un témoignage très important pour aujourd’hui : frères et sœurs ensemble portent la tâche pastorale, et pas seulement le curé comme guide de la paroisse. La vie fraternelle permet la complémentarité des charismes de sorte que la paroisse est davantage stimulée et qu’une réponse plus large et multiforme est rendue possible. Il n’est plus possible, vu les nécessités pastorales, de travailler seul dans le domaine de la pastorale devenue si complexe. Jésus ne l’a pas fait non plus. La Fraternité Apostolique peut donc être une chance et une réponse pour notre temps. Pour évangéliser, il faut des paraboles vivantes : une fraternité dans une paroisse peut être plus éloquente qu’un sermon, et une invitation à un repas peut devenir une belle catéchèse. Le fait de savoir que le lundi est un jour de désert est un signe fort : il peut, plus qu’une exhortation, conduire à chercher des temps de silence pour Dieu. Même les pauvres et les marginaux accueillis par des personnes consacrées se sentent accueillis et consolés par Dieu. Toute la vie de la Fraternité est alors action pastorale et rappel constant à être avec le Seigneur et à devenir Église.
 
Frère Giordano Maria

Facebook Google Twitter