Lire les Actes des Apôtres - 1

Lire le texte

[1] J’ai consacré mon premier livre, ô Théophile, à tout ce que Jésus a fait et enseigné, depuis le commencement [2] jusqu’au jour où, après avoir donné ses instructions aux apôtres qu’il avait choisis sous l’action de l’Esprit Saint, il fut enlevé au ciel. [3] C’est encore à eux qu’avec de nombreuses preuves il s’était présenté vivant après sa passion ; pendant quarante jours, il leur était apparu et les avait entretenus du Royaume de Dieu. [4] Alors, au cours d’un repas qu’il partageait avec eux, il leur enjoignit de ne pas s’éloigner de Jérusalem, mais d’y attendre ce que le Père avait promis, «ce que, dit-il, vous avez entendu de ma bouche : [5] Jean, lui, a baptisé avec de l’eau, mais vous, c’est dans l’Esprit Saint que vous serez baptisés sous peu de jours.»


[6] Étant donc réunis, ils l’interrogeaient ainsi : «Seigneur, est-ce maintenant le temps où tu vas restaurer la royauté en Israël ?» [7] Il leur répondit : «Il ne vous appartient pas de connaître les temps et moments que le Père a fixés de sa seule autorité. [8] Mais vous allez recevoir une force, celle de l’Esprit Saint qui descendra sur vous. Vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre.» [9] À ces mots, sous leurs regards, il s’éleva, et une nuée le déroba à leurs yeux. [10] Et comme ils étaient là, les yeux fixés au ciel pendant qu’il s’en allait, voici que deux hommes vêtus de blanc se trouvèrent à leurs côtés ; [11] ils leur dirent : «Hommes de Galilée, pourquoi restez-vous ainsi à regarder le ciel ? Celui qui vous a été enlevé, ce même Jésus, viendra comme cela, de la même manière dont vous l’avez vu s’en aller vers le ciel.»

[12] Alors, du mont des Oliviers, ils s’en retournèrent à Jérusalem ; la distance n’est pas grande : celle d’un chemin de sabbat. [13] Rentrés en ville, ils montèrent à la chambre haute où ils se tenaient habituellement. C’étaient Pierre, Jean, Jacques, André, Philippe et Thomas, Barthélemy et Matthieu, Jacques fils d’Alphée et Simon le Zélote, et Jude fils de Jacques. [14] Tous, d’un même cœur, étaient assidus à la prière avec quelques femmes, dont Marie mère de Jésus, et avec ses frères.

[15] En ces jours-là, Pierre se leva au milieu des frères, – ils étaient réunis au nombre d’environ cent vingt personnes, - et il dit : [16] «Frères, il fallait que s’accomplît l’Écriture où, par la bouche de David, l’Esprit Saint avait parlé d’avance de Judas, qui s’est fait le guide de ceux qui ont arrêté Jésus. [17] Il avait rang parmi nous et s’était vu attribuer une part dans notre ministère. [18] Et voilà que, s’étant acquis un domaine avec le salaire de son forfait, cet homme est tombé la tête la première et a éclaté par le milieu, et toutes ses entrailles se sont répandues. [19] La chose fut si connue de tous les habitants de Jérusalem que ce domaine fut appelé dans leur langue Hakeldama, c’est-à-dire ‘Domaine du Sang’. [20] Or il est écrit au Livre des Psaumes : ‘Que son enclos devienne désert et qu’il ne se trouve personne pour y habiter’. Et encore : ‘Qu’un autre reçoive sa charge’. [21] «Il faut donc que, de ces hommes qui nous ont accompagnés tout le temps que le Seigneur Jésus a vécu au milieu de nous, [22] en commençant au baptême de Jean jusqu’au jour où il nous fut enlevé, il y en ait un qui devienne avec nous témoin de sa résurrection.» [23] On en présenta deux, Joseph dit Barsabbas, surnommé Justus, et Matthias. [24] Alors ils firent cette prière : «Toi, Seigneur, qui connais le cœur de tous les hommes, montre-nous lequel de ces deux tu as choisi [25] pour occuper, dans le ministère de l’apostolat, la place qu’a délaissée Judas pour s’en aller à sa place à lui.» [26] Alors on tira au sort et le sort tomba sur Matthias, qui fut mis au nombre des douze apôtres.

[1] Le jour de la Pentecôte étant arrivé, ils se trouvaient tous ensemble dans un même lieu, [2] quand, tout à coup, vint du ciel un bruit tel que celui d’un violent coup de vent, qui remplit toute la maison où ils se tenaient. [3] Ils virent apparaître des langues qu’on eût dites de feu ; elles se partageaient, et il s’en posa une sur chacun d’eux. [4] Tous furent alors remplis de l’Esprit Saint et commencèrent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer. [5] Or il y avait, demeurant à Jérusalem, des hommes dévots de toutes les nations qui sont sous le ciel. [6] Au bruit qui se produisit, la multitude se rassembla et fut confondue : chacun les entendait parler en son propre idiome. [7] Ils étaient stupéfaits, et, tout étonnés, ils disaient : «Ces hommes qui parlent, ne sont-ils pas tous Galiléens ? [8] Comment se fait-il alors que chacun de nous les entende dans son propre idiome maternel ? [9] Parthes, Mèdes et Élamites, habitants de Mésopotamie, de Judée et de Cappadoce, du Pont et d’Asie, [10] de Phrygie et de Pamphylie, d’Égypte et de cette partie de la Libye qui est proche de Cyrène, romains en résidence, [11] tant Juifs que prosélytes, Crétois et Arabes, nous les entendons publier dans notre langue les merveilles de Dieu !» [12] Tous étaient stupéfaits et se disaient, perplexes, l’un à l’autre : «Que peut bien être cela ?» [13] D’autres encore disaient en se moquant : «Ils sont pleins de vin doux !»

[14] Pierre alors, debout avec les Onze, éleva la voix et leur adressa ces mots : «Hommes de Judée et vous tous qui résidez à Jérusalem, apprenez ceci, prêtez l’oreille à mes paroles. [15] Non, ces gens ne sont pas ivres, comme vous le supposez ; ce n’est d’ailleurs que la troisième heure du jour. [16] Mais c’est bien ce qu’a dit le prophète : [17] ‘Il se fera dans les derniers jours, dit le Seigneur, que je répandrai de mon Esprit sur toute chair. Alors vos fils et vos filles prophétiseront, vos jeunes gens auront des visions et vos vieillards des songes. [18] Et moi, sur mes serviteurs et sur mes servantes je répandrai de mon Esprit. [19] Et je ferai paraître des prodiges là-haut dans le ciel et des signes ici-bas sur la terre. [20] Le soleil se changera en ténèbres et la lune en sang, avant que vienne le Jour du Seigneur, ce grand Jour. [21] Et quiconque alors invoquera le nom du Seigneur sera sauvé.’ [22] «Hommes d’Israël, écoutez ces paroles. Jésus le Nazôréen, cet homme que Dieu a accrédité auprès de vous par les miracles, prodiges et signes qu’il a opérés par lui au milieu de vous, ainsi que vous le savez vous-mêmes, [23] cet homme qui avait été livré selon le dessein bien arrêté et la prescience de Dieu, vous l’avez pris et fait mourir en le clouant à la croix par la main des impies, [24] mais Dieu l’a ressuscité, le délivrant des affres de l’Hadès. Aussi bien n’était-il pas possible qu’il fût retenu en son pouvoir ; [25] car David dit à son sujet : ‘Je voyais sans cesse le Seigneur devant moi, car il est à ma droite, pour que je ne vacille pas. [26] Aussi mon cœur s’est-il réjoui et ma langue a-t-elle jubilé ; ma chair elle-même reposera dans l’espérance [27] que tu n’abandonneras pas mon âme à l’Hadès et ne laisseras pas ton Saint voir la corruption. [28] Tu m’as fait connaître des chemins de vie, tu me rempliras de joie en ta présence.’ [29] «Frères, il est permis de vous le dire en toute assurance : le patriarche David est mort et a été enseveli, et son tombeau est encore aujourd’hui parmi nous. [30] Mais comme il était prophète et savait que Dieu lui avait juré par serment de faire asseoir sur son trône un descendant de son sang, [31] il a vu d’avance et annoncé la résurrection du Christ qui, en effet, n’a pas été abandonné à l’Hadès, et dont la chair n’a pas vu la corruption : [32] Dieu l’a ressuscité, ce Jésus ; nous en sommes tous témoins. [33] Et maintenant, exalté par la droite de Dieu, il a reçu du Père l’Esprit Saint, objet de la promesse, et l’a répandu. C’est là ce que vous voyez et entendez. [34] Car David, lui, n’est pas monté aux cieux ; or il dit lui-même : ‘Le Seigneur a dit à mon Seigneur : Siège à ma droite, [35] jusqu’à ce que j’aie fait de tes ennemis un escabeau pour tes pieds. [36] «Que toute la maison d’Israël le sache donc avec certitude : Dieu l’a fait Seigneur et Christ, ce Jésus que vous, vous avez crucifié.»

[37] D’entendre cela, ils eurent le cœur transpercé, et ils dirent à Pierre et aux apôtres : «Frères, que devons-nous faire ?» [38] Pierre leur répondit : «Repentez-vous, et que chacun de vous se fasse baptiser au nom de Jésus Christ pour la rémission de ses péchés, et vous recevrez alors le don du Saint Esprit. [39] Car c’est pour vous qu’est la promesse, ainsi que pour vos enfants et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera.» [40] Par beaucoup d’autres paroles encore, il les adjurait et les exhortait : «Sauvez-vous, disait-il, de cette génération dévoyée.» [41] Eux donc, accueillant sa parole, se firent baptiser. Il s’adjoignit ce jour-là environ 3.000 âmes.

[42] Ils se montraient assidus à l’enseignement des apôtres, fidèles à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières. [43] La crainte s’emparait de tous les esprits : nombreux étaient les prodiges et signes accomplis par les apôtres. [44] Tous les croyants ensemble mettaient tout en commun ; [45] ils vendaient leurs propriétés et leurs biens et en partageaient le prix entre tous selon les besoins de chacun. [46] Jour après jour, d’un seul cœur, ils fréquentaient assidûment le Temple et rompaient le pain dans leurs maisons, prenant leur nourriture avec allégresse et simplicité de cœur. [47] Ils louaient Dieu et avaient la faveur de tout le peuple. Et chaque jour, le Seigneur adjoignait à la communauté ceux qui seraient sauvés.