Lire les Actes des Apôtres - 9

Introduction à l'étape

Les deux derniers chapitres des Actes des Apôtres sont entièrement occupés par un récit qui semble avoir tout du carnet de voyage : dès le premier verset (27, 1 : «Quand notre embarquement...»), Luc reprend en effet le «nous» qui l’associe étroitement aux événements. Mais, à y regarder de plus près, l’importance de la place accordée à ce récit, par rapport à l’ensemble du livre, permet de lui donner une portée plus large : à travers les épreuves et les dangers que traverse le «témoin» du Christ, il devient pour ceux qui l’entourent un instrument de salut. La leçon vaut donc finalement pour toute vie chrétienne.

Lire la suite : Introduction à l'étape

   

Lire le texte

[1] Quand notre embarquement pour l’Italie eut été décidé, on remit Paul et quelques autres prisonniers à un centurion de la cohorte Augusta, nommé Julius. [2] Nous montâmes à bord d’un vaisseau d’Adramyttium qui allait partir pour les côtes d’Asie, et nous prîmes la mer. Il y avait avec nous Aristarque, un Macédonien de Thessalonique. [3] Le lendemain, nous touchâmes à Sidon. Julius fit preuve d’humanité à l’égard de Paul en lui permettant d’aller trouver ses amis et de recevoir leurs bons offices.

Lire la suite : Lire le texte

   

Méditer - Le salut dans la tempête (Actes 27,21-38)

La traversée de Paul prisonnier et de ses compagnons vers Rome est riche en difficultés et en rebondissements : des vents contraires qui retardent la navigation, une tempête qui les maintient quatorze jours dans l’abîme et se solde par un naufrage, un hivernage forcé sur une île.

Pour lire le texte de cette rubrique, cliquez ici

   

Théophile en prière

Dieu de vie qui, par désir d’amour, as créé le monde et l’homme,
et veux les mener à leur plein achèvement
pour qu’éternellement ils vivent en toi,
sois béni pour ce dessein de salut que tu poursuis depuis l’origine,
à travers les vicissitudes de l’histoire,
et que, sans fin, avec une infinie patience,
tu reprends à la mesure des infidélités et des erreurs de l’homme.
Sois béni d’avoir envoyé le Fils de ta grâce
qui, en notre chair, a traversé les eaux du mal et de la mort
pour qu’après lui nous puissions aborder au port tranquille de ton éternité.
Sois béni pour ton Esprit Saint qui nous inspire et ravive en nous le courage
dans la traversée tumultueuse et les remous de cette vie.
Sois béni pour les témoins de ton amour qui nous ont fait connaître ta Parole
et qui, pour nous, dessinent ton visage ;
sois béni pour leur ardeur à porter ta bonne nouvelle au cœur du monde
et à publier les merveilles que tu accomplis
pour peu que l’on se laisse aller à ta grâce.
Fais que nous soyons comptés parmi ces témoins heureux,
libres «Théophile», qui mettent leur joie à parler de toi
et qui déjà s’appliquent à ta louange, leur vocation d’éternité,
notre vocation commune qui nous réunira avec toi, Père,
et les vivants de tous les temps, pour les siècles sans fin. Amen.

   

Qu'en dit Théophile ?

L’attention de Théophile est suspendue aux péripéties du voyage de Paul vers Rome, à la succession de contretemps et d’épreuves qui s’abattent sur le navire, au vain déploiement de tout l’art des marins qui tentent d’en reprendre la maîtrise. Il a lu les récits grecs des grandes odyssées maritimes ; il connaît les mésaventures du prophète Jonas embarqué pour Troas ; il a prié les psaumes avec les voyageurs perdus dans les tempêtes : «Montant aux cieux, descendant aux gouffres, sous le mal leur âme fondait ; tournoyant, titubant comme un ivrogne, leur sagesse était toute engloutie. Et ils criaient vers le Seigneur dans la détresse, de leur angoisse il les a délivrés» (Psaume 107,26-28). Mais là, il pressent qu’il s’agit de tout autre chose.

Lire la suite : Qu'en dit Théophile ?