Lire

Luc 3,1-5,16

[1] L’an quinze du principat de Tibère César, Ponce Pilate étant gouverneur de Judée, Hérode tétrarque de Galilée, Philippe son frère tétrarque du pays d’Iturée et de Trachonitide, Lysanias tétrarque d’Abilène, [2] sous le pontificat d’Anne et Caïphe, la parole de Dieu fut adressée à Jean, fils de Zacharie, dans le désert. [3] Et il vint dans toute la région du Jourdain, proclamant un baptême de repentir pour la rémission des péchés, [4] comme il est écrit au livre des paroles d’Isaïe le prophète :


Voix de celui qui crie dans le désert :
Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers ;
[5] tout ravin sera comblé,
et toute montagne ou colline sera abaissée ;
les passages tortueux deviendront droits
et les chemins raboteux seront nivelés.
[6] Et toute chair verra le salut de Dieu.


[7] Il disait donc aux foules qui s’en venaient se faire baptiser par lui : «Engeance de vipères, qui vous a suggéré d’échapper à la Colère prochaine ? [8] Produisez donc des fruits dignes du repentir, et n’allez pas dire en vous-mêmes : Nous avons pour père Abraham. Car je vous dis que Dieu peut, des pierres que voici, faire surgir des enfants à Abraham. [9] Déjà même la cognée se trouve à la racine des arbres ; tout arbre donc qui ne produit pas de bon fruit va être coupé et jeté au feu.» [10] Et les foules l’interrogeaient, en disant : «Que nous faut-il donc faire ?» [11] Il leur répondait : «Que celui qui a deux tuniques partage avec celui qui n’en a pas, et que celui qui a de quoi manger fasse de même.» [12] Des publicains aussi vinrent se faire baptiser et lui dirent : «Maître, que nous faut-il faire ?» [13] Il leur dit : «N’exigez rien au-delà de ce qui vous est prescrit.» [14] Des soldats aussi l’interrogeaient, en disant : «Et nous, que nous faut-il faire ?» Il leur dit : «Ne molestez personne, n’extorquez rien, et contentez-vous de votre solde.» [15] Comme le peuple était dans l’attente et que tous se demandaient en leur cœur, au sujet de Jean, s’il n’était pas le Christ, [16] Jean prit la parole et leur dit à tous : «Pour moi, je vous baptise avec de l’eau, mais vient le plus fort que moi, et je ne suis pas digne de délier la courroie de ses sandales ; lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et le feu. [17] Il tient en sa main la pelle à vanner pour nettoyer son aire et recueillir le blé dans son grenier ; quant aux bales, il les consumera au feu qui ne s’éteint pas.» [18] Et par bien d’autres exhortations encore il annonçait au peuple la Bonne Nouvelle. [19] Cependant Hérode le tétrarque, qu’il reprenait au sujet d’Hérodiade, la femme de son frère, et pour tous les méfaits qu’il avait commis, [20] ajouta encore celui-ci à tous les autres : il fit enfermer Jean en prison.

[21] Or il advint, une fois que tout le peuple eut été baptisé et au moment où Jésus, baptisé lui aussi, se trouvait en prière, que le ciel s’ouvrit, [22] et l’Esprit Saint descendit sur lui sous une forme corporelle, comme une colombe. Et une voix partit du ciel : «Tu es mon fils ; moi, aujourd’hui, je t’ai engendré.»

[23] Et Jésus, lors de ses débuts, avait environ 30 ans, et il était, à ce qu’on croyait, fils de Joseph, fils d’Héli, [24] fils de Matthat, fils de Lévi, fils de Melchi, fils de Jannaï, fils de Joseph, [25] fils de Mattathias, fils d’Amos, fils de Naoum, fils d’Esli, fils de Naggaï, [26] fils de Maath, fils de Mattathias, fils de Séméin, fils de Josech, fils de Joda, [27] fils de Joanan, fils de Résa, fils de Zorobabel, fils de Salathiel,
fils de Néri, [28] fils de Melchi, fils d’Addi, fils de Kosam, fils d’Elmadam, fils d’Er, [29] fils de Jésus, fils d’Eliézer, fils de Jorim, fils de Matthat, fils de Lévi, [30] fils de Syméon, fils de Juda, fils de Joseph, fils de Jonam, fils d’Eliakim, [31] fils de Méléa, fils de Menna, fils de Mattatha, fils de Nathan, fils de David, [32] fils de Jessé, fils de Jobed, fils de Booz, fils de Sala, fils de Naasson, [33] fils d’Aminadab, fils d’Admin, fils d’Arni, fils de Hesron, fils de Pharès, fils de Juda, [34] fils de Jacob, fils d’Isaac, fils d’Abraham, fils de Thara, fils de Nachor, [35] fils de Sérouch, fils de Ragau, fils de Phalec, fils d’Eber, fils de Sala, [36] fils de Kaïnam, fils d’Arphaxad, fils de Sem, fils de Noé, fils de Lamech, [37] fils de Mathousala, fils de Hénoch, fils de Jaret, fils de Maleléel, fils de Kaïnam, [38] fils d’Enos, fils de Seth, fils d’Adam, fils de Dieu.

 

[1] Jésus, rempli d’Esprit Saint, revint du Jourdain et il était mené par l’Esprit à travers le désert [2] durant 40 jours, tenté par le diable. Il ne mangea rien en ces jours-là et, quand ils furent écoulés, il eut faim. [3] Le diable lui dit : «Si tu es Fils de Dieu, dis à cette pierre qu’elle devienne du pain.» [4] Et Jésus lui répondit : «Il est écrit : Ce n’est pas de pain seul que vivra l’homme.» [5] L’emmenant plus haut, le diable lui montra en un instant tous les royaumes de l’univers [6] et lui dit : «Je te donnerai tout ce pouvoir et la gloire de ces royaumes, car elle m’a été livrée, et je la donne à qui je veux. [7] Toi donc, si tu te prosternes devant moi, elle t’appartiendra tout entière.» [8] Et Jésus lui dit : «Il est écrit : Tu adoreras le Seigneur ton Dieu, et à lui seul tu rendras un culte.»
[9] Puis il le mena à Jérusalem, le plaça sur le pinacle du Temple et lui dit : «Si tu es Fils de Dieu, jette-toi d’ici en bas ; [10] car il est écrit : Il donnera pour toi des ordres à ses anges, afin qu’ils te gardent. [11] Et encore : Sur leurs mains, ils te porteront, de peur que tu ne heurtes du pied quelque pierre.» [12] Mais Jésus lui répondit : «Il est dit : Tu ne tenteras pas le Seigneur, ton Dieu.» [13] Ayant ainsi épuisé toute tentation, le diable s’éloigna de lui jusqu’au moment favorable. [14] Jésus retourna en Galilée, avec la puissance de l’Esprit, et une rumeur se répandit par toute la région à son sujet. [15] Il enseignait dans leurs synagogues, glorifié par tous.

[16] Il vint à Nazara où il avait été élevé, entra, selon sa coutume le jour du sabbat, dans la synagogue, et se leva pour faire la lecture. [17] On lui remit le livre du prophète Isaïe et, déroulant le livre, il trouva le passage où il était écrit : [18] L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a consacré par l’onction, pour porter la bonne nouvelle aux pauvres. Il m’a envoyé annoncer aux captifs la délivrance
et aux aveugles le retour à la vue, renvoyer en liberté les opprimés, [19] proclamer une année de grâce du Seigneur. [20] Il replia le livre, le rendit au servant et s’assit. Tous dans la synagogue tenaient les yeux fixés sur lui. [21] Alors il se mit à leur dire : «Aujourd’hui s’accomplit à vos oreilles ce passage de l’Écriture.» [22] Et tous lui rendaient témoignage et étaient en admiration devant les paroles pleines de grâce qui sortaient de sa bouche. Et ils disaient : «N’est-il pas le fils de Joseph, celui-là ?» [23] Et il leur dit : «À coup sûr, vous allez me citer ce dicton : Médecin, guéris-toi toi-même. Tout ce qu’on nous a dit être arrivé à Capharnaüm, fais-le de même ici dans ta patrie.» [24] Et il dit : «En vérité, je vous le dis, aucun prophète n’est bien reçu dans sa patrie. [25] Assurément, je vous le dis, il y avait beaucoup de veuves en Israël aux jours d’Élie, lorsque le ciel fut fermé pour trois ans et six mois, quand survint une grande famine sur tout le pays ; [26] et ce n’est à aucune d’elles que fut envoyé Élie, mais bien à une veuve de Sarepta, au pays de Sidon. [27] Il y avait aussi beaucoup de lépreux en Israël au temps du prophète Élisée ; et aucun d’eux ne fut purifié, mais bien Naaman, le Syrien.» [28] Entendant cela, tous dans la synagogue furent remplis de fureur. [29] Et, se levant, ils le poussèrent hors de la ville et le menèrent jusqu’à un escarpement de la colline sur laquelle leur ville était bâtie, pour l’en précipiter. [30] Mais lui, passant au milieu d’eux, allait son chemin.

[31] Il descendit à Capharnaüm, ville de Galilée, et il les enseignait le jour du sabbat. [32] Et ils étaient frappés de son enseignement, car il parlait avec autorité. [33] Dans la synagogue il y avait un homme ayant un esprit de démon impur, et il cria d’une voix forte : [34] «Ah ! que nous veux-tu, Jésus le Nazarénien ? Es-tu venu pour nous perdre ? Je sais qui tu es : le Saint de Dieu.» [35] Et Jésus le menaça en disant : «Tais-toi, et sors de lui.» Et le précipitant au milieu, le démon sortit de lui sans lui faire aucun mal. [36] La frayeur les saisit tous, et ils se disaient les uns aux autres : «Quelle est cette parole ? Il commande avec autorité et puissance aux esprits impurs et ils sortent !» [37] Et un bruit se propageait à son sujet en tout lieu de la région.

[38] Partant de la synagogue, il entra dans la maison de Simon. La belle-mère de Simon était en proie à une forte fièvre, et ils le prièrent à son sujet. [39] Se penchant sur elle, il menaça la fièvre, et elle la quitta ; à l’instant même, se levant elle les servait.

[40] Au coucher du soleil, tous ceux qui avaient des malades atteints de maux divers les lui amenèrent, et lui, imposant les mains à chacun d’eux, il les guérissait. [41] D’un grand nombre aussi sortaient des démons, qui vociféraient en disant : «Tu es le Fils de Dieu !» Mais, les menaçant, il ne leur permettait pas de parler, parce qu’ils savaient qu’il était le Christ.

[42] Le jour venu, il sortit et se rendit dans un lieu désert. Les foules le cherchaient et, l’ayant rejoint, elles voulaient le retenir et l’empêcher de les quitter. [43] Mais il leur dit : «Aux autres villes aussi il me faut annoncer la Bonne Nouvelle du Royaume de Dieu, car c’est pour cela que j’ai été envoyé.» [44] Et il prêchait dans les synagogues de la Judée.

 

[1] Or il advint, comme la foule le serrait de près et écoutait la parole de Dieu, tandis que lui se tenait sur le bord du lac de Gennésaret, [2] qu’il vit deux petites barques arrêtées sur le bord du lac ; les pêcheurs en étaient descendus et lavaient leurs filets. [3] Il monta dans l’une des barques, qui était à Simon, et pria celui-ci de s’éloigner un peu de la terre ; puis, s’étant assis, de la barque il enseignait les foules. [4] Quand il eut cessé de parler, il dit à Simon : «Avance en eau profonde, et lâchez vos filets pour la pêche.» [5] Simon répondit : «Maître, nous avons peiné toute une nuit sans rien prendre, mais sur ta parole je vais lâcher les filets.» [6] Et l’ayant fait, ils capturèrent une grande multitude de poissons, et leurs filets se rompaient. [7] Ils firent signe alors à leurs associés qui étaient dans l’autre barque de venir à leur aide. Ils vinrent, et l’on remplit les deux barques, au point qu’elles enfonçaient. [8] À cette vue, Simon-Pierre se jeta aux genoux de Jésus, en disant : «Éloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur !» [9] La frayeur en effet l’avait envahi, lui et tous ceux qui étaient avec lui, à cause du coup de filet qu’ils venaient de faire ; [10] pareillement Jacques et Jean, fils de Zébédée, les compagnons de Simon. Mais Jésus dit à Simon : «Sois sans crainte ; désormais ce sont des hommes que tu prendras.» [11] Et ramenant les barques à terre, laissant tout, ils le suivirent.

[12] Et il advint, comme il était dans une ville, qu’il y avait un homme plein de lèpre. À la vue de Jésus, il tomba sur la face et le pria en disant : «Seigneur, si tu le veux, tu peux me purifier.» [13] Il étendit la main et le toucha, en disant : «Je le veux, sois purifié.» Et aussitôt la lèpre le quitta. [14] Et il lui enjoignit de n’en parler à personne : «Mais va-t-en te montrer au prêtre, et offre pour ta purification selon ce qu’a prescrit Moïse : ce leur sera une attestation.» [15] Or, la nouvelle se répandait de plus en plus à son sujet, et des foules nombreuses s’assemblaient pour l’entendre et se faire guérir de leurs maladies. [16] Mais lui se tenait retiré dans les déserts et priait.