Lire

Luc 17,11-19,27

[11] Et il advint, comme il faisait route vers Jérusalem, qu’il passa aux confins de la Samarie et de la Galilée. [12] À son entrée dans un village, dix lépreux vinrent à sa rencontre et s’arrêtèrent à distance ; [13] ils élevèrent la voix et dirent : «Jésus, Maître, aie pitié de nous». [14] À cette vue, il leur dit : «Allez vous montrer aux prêtres». Et il advint, comme ils y allaient, qu’ils furent purifiés. [15] L’un d’entre eux, voyant qu’il avait été purifié, revint sur ses pas en glorifiant Dieu à haute voix [16] et tomba sur la face aux pieds de Jésus, en le remerciant. Et c’était un Samaritain. [17] Prenant la parole, Jésus dit : «Est-ce que les dix n’ont pas été purifiés ? Les neuf autres, où sont-ils ? [18] Il ne s’est trouvé, pour revenir rendre gloire à Dieu, que cet étranger !» [19] Et il lui dit : «Relève-toi, va ; ta foi t’a sauvé».


[20] Les Pharisiens lui ayant demandé quand viendrait le Royaume de Dieu, il leur répondit : «La venue du Royaume de Dieu ne se laisse pas observer, [21] et l’on ne dira pas : Voici : il est ici ! ou bien : il est là ! Car voici que le Royaume de Dieu est au milieu de vous.»


[22] Il dit encore aux disciples : «Viendront des jours où vous désirerez voir un seul des jours du Fils de l’homme, et vous ne le verrez pas. [23] On vous dira : ‘Le voilà ! Le voici !’ N’y allez pas, n’y courez pas. [24] Comme l’éclair en effet, jaillissant d’un point du ciel, resplendit jusqu’à l’autre, ainsi en sera-t-il du Fils de l’homme lors de son Jour. [25] Mais il faut d’abord qu’il souffre beaucoup et qu’il soit rejeté par cette génération.
[26] Et comme il advint aux jours de Noé, ainsi en sera-t-il encore aux jours du Fils de l’homme. [27] On mangeait, on buvait, on prenait femme ou mari, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche ; et vint le déluge, qui les fit tous périr. [28] De même, comme il advint aux jours de Lot : on mangeait, on buvait, on achetait, on vendait, on plantait, on bâtissait ; [29] mais le jour où Lot sortit de Sodome, Dieu fit pleuvoir du ciel du feu et du soufre, et il les fit tous périr. [30] De même en sera-t-il, le Jour où le Fils de l’homme doit se révéler.

[31] En ce Jour-là, que celui qui sera sur la terrasse et aura ses affaires dans la maison, ne descende pas les prendre et, pareillement, que celui qui sera aux champs ne retourne pas en arrière. [32] Rappelez-vous la femme de Lot. [33] Qui cherchera à épargner sa vie la perdra, et qui la perdra la sauvegardera. [34] Je vous le dis : en cette nuit-là, deux seront sur un même lit : l’un sera pris et l’autre laissé ; [35] deux femmes seront à moudre ensemble : l’une sera prise et l’autre laissée.» [37] Prenant alors la parole, ils lui disent : «Où, Seigneur ?» Il leur dit : «Où sera le corps, là aussi les vautours se rassembleront».

 

[1] Et il leur disait une parabole sur ce qu’il leur fallait prier sans cesse et ne pas se décourager. [2] «Il y avait dans une ville un juge qui ne craignait pas Dieu et n’avait de considération pour personne. [3] Il y avait aussi dans cette ville une veuve qui venait le trouver, en disant : Rends-moi justice contre mon adversaire ! [4] Il s’y refusa longtemps. Après quoi il se dit : ‘J’ai beau ne pas craindre Dieu et n’avoir de considération pour personne, [5] néanmoins, comme cette veuve m’importune, je vais lui rendre justice, pour qu’elle ne vienne pas sans fin me rompre la tête’.»
[6] Et le Seigneur dit : «Écoutez ce que dit ce juge inique. [7] Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus qui crient vers lui jour et nuit, tandis qu’il patiente à leur sujet ! [8] Je vous dis qu’il leur fera prompte justice. Mais le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ?»
[9] Il dit encore, à l’adresse de certains qui se flattaient d’être des justes et n’avaient que mépris pour les autres, la parabole que voici : [10] «Deux hommes montèrent au Temple pour prier ; l’un était Pharisien et l’autre publicain. [11] Le Pharisien, debout, priait ainsi en lui-même : ‘Mon Dieu, je te rends grâces de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes, qui sont rapaces, injustes, adultères, ou bien encore comme ce publicain ; [12] je jeûne deux fois la semaine, je donne la dîme de tout ce que j’acquiers.’ [13] Le publicain, se tenant à distance, n’osait même pas lever les yeux au ciel, mais il se frappait la poitrine, en disant : ‘Mon Dieu, aie pitié du pécheur que je suis !’ [14] Je vous le dis : ce dernier descendit chez lui justifié, l’autre non. Car tout homme qui s’élève sera abaissé, mais celui qui s’abaisse sera élevé.»

[15] On lui présentait aussi les tout-petits pour qu’il les touchât ; ce que voyant, les disciples les rabrouaient. [16] Mais Jésus appela à lui ces enfants, en disant : «Laissez les petits enfants venir à moi, ne les empêchez pas ; car c’est à leurs pareils qu’appartient le Royaume de Dieu. [17] En vérité je vous le dis : quiconque n’accueille pas le Royaume de Dieu en petit enfant n’y entrera pas.»

[18] Un notable l’interrogea en disant : «Bon maître, que me faut-il faire pour avoir en héritage la vie éternelle ?» [19] Jésus lui dit : «Pourquoi m’appelles-tu bon ? Nul n’est bon que Dieu seul. [20] Tu connais les commandements : Ne commets pas d’adultère, ne tue pas, ne vole pas, ne porte pas de faux témoignage ; honore ton père et ta mère.» - [21] «Tout cela, dit-il, je l’ai observé dès ma jeunesse.» [22] Entendant cela, Jésus lui dit : «Une chose encore te fait défaut : Tout ce que tu as, vends-le et distribue-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux ; puis viens, suis-moi.» [23] Mais lui, entendant cela, devint tout triste, car il était fort riche.

[24] En le voyant, Jésus dit : «Comme il est difficile à ceux qui ont des richesses de pénétrer dans le Royaume de Dieu ! [25] Oui, il est plus facile à un chameau de passer par un trou d’aiguille qu’à un riche d’entrer dans le Royaume de Dieu !» [26] Ceux qui entendaient dirent : «Et qui peut être sauvé ?» [27] Il dit : «Ce qui est impossible pour les hommes est possible pour Dieu.»

[28] Pierre dit alors : «Voici que nous, laissant nos biens, nous t’avons suivi !» [29] Il leur dit : «En vérité, je vous le dis : nul n’aura laissé maison, femme, frères, parents ou enfants, à cause du Royaume de Dieu, [30] qui ne reçoive bien davantage en ce temps-ci, et dans le monde à venir la vie éternelle.»

[31] Prenant avec lui les Douze, il leur dit : «Voici que nous montons à Jérusalem et que s’accomplira tout ce qui a été écrit par les Prophètes pour le Fils de l’homme. [32] Il sera en effet livré aux païens, bafoué, outragé, couvert de crachats ; [33] après l’avoir flagellé, ils le tueront et, le troisième jour, il ressuscitera.» [34] Et eux ne saisirent rien de tout cela ; cette parole leur demeurait cachée, et ils ne comprenaient pas ce qu’il disait.

[35] Or il advint, comme il approchait de Jéricho, qu’un aveugle était assis au bord du chemin et mendiait. [36] Entendant une foule marcher, il s’enquérait de ce que cela pouvait être. [37] On lui annonça que c’était Jésus le Nazôréen qui passait. [38] Alors il s’écria : «Jésus, Fils de David, aie pitié de moi !» [39] Ceux qui marchaient en tête le rabrouaient pour le faire taire, mais lui criait de plus belle : «Fils de David, aie pitié de moi !» [40] Jésus s’arrêta et ordonna de le lui amener. Quand il fut près, il lui demanda : [41] «Que veux-tu que je fasse pour toi ?» - «Seigneur, dit-il, que je recouvre la vue !» [42] Jésus lui dit : «Recouvre la vue ; ta foi t’a sauvé.» [43] Et à l’instant même il recouvra la vue, et il le suivait en glorifiant Dieu. Et tout le peuple, voyant cela, célébra les louanges de Dieu.

 

[1] Entré dans Jéricho, il traversait la ville. [2] Et voici un homme appelé du nom de Zachée ; c’était un chef de publicains, et qui était riche. [3] Et il cherchait à voir qui était Jésus, mais il ne le pouvait à cause de la foule, car il était petit de taille. [4] Il courut donc en avant et monta sur un sycomore pour voir Jésus, qui devait passer par là. [5] Arrivé en cet endroit, Jésus leva les yeux et lui dit : «Zachée, descends vite, car il me faut aujourd’hui demeurer chez toi.» [6] Et vite il descendit et le reçut avec joie. [7] Ce que voyant, tous murmuraient et disaient : «Il est allé loger chez un homme pécheur !» [8] Mais Zachée, debout, dit au Seigneur : «Voici, Seigneur, je vais donner la moitié de mes biens aux pauvres, et si j’ai extorqué quelque chose à quelqu’un, je lui rends le quadruple.» [9] Et Jésus lui dit : «Aujourd’hui le salut est arrivé pour cette maison, parce que lui aussi est un fils d’Abraham. [10] Car le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu.»

[11] Comme les gens écoutaient cela, il dit encore une parabole, parce qu’il était près de Jérusalem, et qu’on pensait que le Royaume de Dieu allait apparaître à l’instant même. [12] Il dit donc : «Un homme de haute naissance se rendit dans un pays lointain pour recevoir la dignité royale et revenir ensuite. [13] Appelant dix de ses serviteurs, il leur remit dix mines et leur dit : ‘Faites-les valoir jusqu’à ce que je vienne’. [14] Mais ses concitoyens le haïssaient et ils dépêchèrent à sa suite une ambassade chargée de dire : Nous ne voulons pas que celui-là règne sur nous.
[15] «Et il advint qu’une fois de retour, après avoir reçu la dignité royale, il fit appeler ces serviteurs auxquels il avait remis l’argent, pour savoir ce que chacun lui avait fait produire. [16] Le premier se présenta et dit : ‘Seigneur, ta mine a rapporté dix mines’. - [17] ‘C’est bien, bon serviteur, lui dit-il ; puisque tu t’es montré fidèle en très peu de chose, reçois autorité dix villes.’ [18] Le second vint et dit : ‘Ta mine, Seigneur, a produit cinq mines’. [19] À celui-là encore il dit : ‘Toi aussi, sois à la tête de cinq villes.’
[20] «L’autre aussi vint et dit : ‘Seigneur, voici ta mine, que je gardais déposée dans un linge. [21] Car j’avais peur de toi, qui es un homme sévère, qui prends ce que tu n’as pas mis en dépôt et moissonnes ce que tu n’as pas semé.’ - [22] ‘Je te juge, lui dit-il, sur tes propres paroles, mauvais serviteur. Tu savais que je suis un homme sévère, prenant ce que je n’ai pas mis en dépôt et moissonnant ce que je n’ai pas semé. [23] Pourquoi donc n’as-tu pas confié mon argent à la banque ? À mon retour, je l’aurais retiré avec un intérêt.’ [24] Et il dit à ceux qui se tenaient là : ‘Enlevez-lui sa mine, et donnez-la à celui qui a les dix mines’. - [25] ‘Seigneur, lui dirent-ils, il a dix mines !’ - [26] Je vous le dis : à tout homme qui a l’on donnera ; mais à qui n’a pas on enlèvera même ce qu’il a.
[27] «Quant à mes ennemis, ceux qui n’ont pas voulu que je règne sur eux, amenez-les ici, et égorgez-les en ma présence.»

 


 

Traduction Bible de Jérusalem - Tous droits réservés