Les Fraternités de Jérusalem à Cologne - Reportage

PDFImprimerEnvoyer

Une semaine tout juste après le triduum pascal, nos Fraternités ont vécu un autre triduum : celui de notre fondation à Cologne. Depuis plusieurs années en effet, l’Archevêque de Cologne, le Cardinal Joachim Meisner souhaitait notre implantation dans son diocèse ; c’est maintenant chose faite dans la magnifique basilique romane dédiée à saint Martin, toute proche de la cathédrale et des berges du Rhin, qu’il nous a affectée.

Reportage photos (©FMJ) de la fondation des Fraternités de Jérusalem à Cologne

 

Samedi 18 avril - Mot de frère Pierre-Marie et sœur Marie au Cardinal Meisner

Dimanche 19 avril - Présentation du charisme de Jérusalem à l'Église de Cologne

Lundi 20 avril - Homélie de frère Pierre-Marie

 

Ce triduum de ferveur et de joie a rassemblé presque tous les frères et sœurs de Jérusalem – seules les Fraternités de Montréal manquaient à l’appel, mais étaient quand même représentées par deux délégués – et de nombreux parents et amis, membres des Fraternités laïques ou proches de nos Fraternités, venus de Paris, Strasbourg, Bruxelles et même d’Italie pour participer à cet événement familial et soutenir de leur prière nos douze frères et sœurs de la fondation. Ils sont en effet douze – cinq frères et sept sœurs – qui vivront, prieront et travailleront désormais au cœur de la ville de Cologne.


Le triduum était surtout, bien entendu, liturgique : vêpres le samedi à Groß Sankt Martin, présidées par le Cardinal Meisner ; messe solennelle, le dimanche, à la cathédrale où se fêtait aussi l’anniversaire de l’élection de Benoît XVI, puis vêpres à Groß Sankt Martin présidées par Mgr Manfred Melzer, évêque auxiliaire ; messe d’envoi, le lundi matin où la lecture du jour tirée des Actes des Apôtres permettait à frère Pierre-Marie d’exhorter nos frères et sœurs à «vivre simplement, mais vraiment, dans la simplicité et la ferveur, la fidélité, l’amour fraternel, la prière assidue et la joie des premières communautés de Jérusalem qui restent à jamais le modèle de toute vie monastique.»