Rencontrer la prière des psaumes et se l'approprier

PDFImprimerEnvoyer

Pourquoi suis-je membre des fraternités évangéliques de Jérusalem ? Pourquoi se sentir proche de la Communion de Jérusalem ? Parce qu’elle crée un espace liturgique accueillant le passant sans lui poser de question, le passant qui se débat avec la vie et qui est appelé à refaire jour après jour le pas dont il a pressenti, une fois, qu’il le conduisait dans la bonne direction.


Dans cet espace, il va rencontrer la prière des psaumes et se l’approprier, en suivant, s’il le souhaite, le programme et le rythme de la prière monastique. Or, lire les psaumes, c’est voir confirmer la réalité et le contenu de ce que l’on est. Les psaumes renvoient en effet à l’expérience de l’existence ; quels que soient son équation personnelle et les avatars de sa propre histoire, ils confirment tout ce qu’ils ont été l’occasion d’éprouver. Prier les psaumes, c’est donc dire la réalité que l’on est et l’inatteignable réalité à laquelle on aspire. Quel appui et quels repères ! Occasion à la fois de reprendre racine dans la réalité présente et d’en entrevoir une qui la transcende.

 

Quelles raisons de rejoindre, en plus, une fraternité évangélique ? Sans doute pour ce qu’elle donne de cadre de rendez-vous périodiques, à la fois d’extraction du monde et de prière de citadins, peut-être aussi, pour prévenir, au contact d’autres, le risque de pétrification de sa propre vie spirituelle.

P. B., 09-10-2009