Questions de foi


Mieux comprendre l'Écriture en lien avec notre vie concrète ; expliciter les contenus de la foi... C'est la vocation de cette rubrique qui reçoit désormais les contributions du site jesus.catholique.fr. (voir la liste des «Questions sur Jésus» dans la colonne de droite)

 

Les frères de Jésus

Jésus avait-il des frères et des sœurs, des enfants de Marie et de Joseph ? Lorsqu'il est dit en Marc et Luc que «ta mère et tes frères sont dehors»...
Lorsqu'il est dit dans la lettre à Timothée, que Paul n'a rencontré que «Jacques, le frère du Seigneur»... de quel lien de parenté parle t-on ? La doctrine de la conception virginale est-elle vraie pour une période et donc, après, il n'est plus nécessaire de parler de la virginité de Marie ? Merci de votre réponse.

C’est une question dont discutent certains exégètes, surtout dans les Églises luthériennes et réformées. La position catholique et orthodoxe cependant est d’affirmer la virginité de Marie avant, pendant et après la naissance de Jésus (ce qui est symbolisé sur les icônes par trois petites étoiles sur son manteau et son voile), signe de son union totale à Dieu.

Lire la suite : Les frères de Jésus

   

Les psaumes et la violence...

J’ai beaucoup de mal à prier les psaumes car je suis rebutée par tous ces versets qui parlent de violence et parfois même semblent la conseiller ! Comment concilier cela avec notre religion de l’amour ? Merci beaucoup de votre réponse.

Bonjour et merci pour cette question, qui reflète une difficulté bien réelle qui empêche parfois nos contemporains de s’associer à la prière de l’Église. Car il s’agit bien d’une question de notre temps : les générations qui nous ont précédés n’avaient pas le même sens de la justice que nous et étaient choqués par le fait que le méchant ne soit pas puni, plus que par la violence !

Lire la suite : Les psaumes et la violence...

   

Qu'est-ce que prier ?

Pour moi, la prière, c'est essentiellement un dialogue avec Dieu, Père, Fils et Saint Esprit. C'est lire sa Parole, l'écouter, la méditer... Je lui confie les personnes qui m'entourent, nos souffrances, mes désirs, mes questions, mes faiblesses... mais je ne sais pas quel projet il a pour moi et je me demande souvent ce que peuvent nous apporter de plus les prières de demande et d'intercession auprès des Saints, des anges... Toutes nos prières ne sont-elles pas résumées dans le Notre Père ?

Bonjour et merci de votre question qui rejoint des réalités présentes dans la vie de chacun. Vous avez bien raison de dire que la prière est un dialogue : puisque nous croyons que Dieu existe, et qu’il est notre Père, comment ne pas désirer entretenir avec lui une relation vivante, fondée sur la confiance et le partage de ce que nous vivons ? C’est cela le premier mouvement de la prière : se tenir près de Dieu, «comme un ami qui parle à son ami», ainsi qu’il est dit de Moïse (Exode 33,11).

Lire la suite : Qu'est-ce que prier ?

   

Faut-il aimer ou haïr le monde ?

Que signifie le mot «monde» dans l’Écriture ? On entend à la fois qu’il faut l’aimer et le haïr, qu’il est aimé de Dieu et qu’il faut s’en garder… Pouvez-vous nous donner quelques repères, en particulier dans l’évangile selon saint Jean, particulièrement subtil sur ce point ?

Bonjour et merci de votre question. Il est vrai que le «monde», dans l’Écriture, même en se cantonnant au Nouveau Testament est une réalité tout sauf univoque. «N’aimez ni le monde, ni ce qui est dans le monde. Si quelqu’un aime le monde, l’amour du Père n’est pas en lui» (1 Jn 2,15) ne va pas sans : «Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique» (Jn 3,16). Si Dieu aime le monde, comment le disciple du Fils de Dieu devrait-il le haïr ? Si Dieu envoie son Fils dans le monde, comment le disciple du Fils de Dieu pourrait-il choisir de le fuir ?

Lire la suite : Faut-il aimer ou haïr le monde ?

   

Dans quel esprit lire la Bible ?

Bonjour, je suis interpellée par l'attitude d'un interlocuteur qui veut absolument me faire admettre qu'un possédé peut cracher (sans supercherie) des crapauds et des vipères (des vrais, bien vivants) et comme je ne suis pas convaincue, il me répète que : «C'est écrit dans la Bible». J'avoue que cette dernière affirmation me fait peur (fondamentalisme...) : j'ai appris à recevoir la Bible à la fois comme Parole de Dieu et comme histoire d'un peuple, avec ses symboles et ses images fortement datés : Bref, «la lettre tue et l'Esprit vivifie...». Je suis désarmée devant une telle attitude (répandue, paraît-il). Et je n'ai pas trouvé d'autre réponse que de prier Dieu de nous éclairer l'un et l'autre...

Bonjour et merci de votre question, très importante ! Pour ce qui est de la possibilité de «cracher des crapauds»... je ne me prononcerai pas... En revanche, la question que vous posez sur la Bible mérite d’être traitée comme une question de première importance pour les croyants que nous voulons être.

Lire la suite : Dans quel esprit lire la Bible ?

   

Faut-il avoir peur de Dieu ?

Bonjour, je vous écris parce que tout le monde a peur de Dieu et de son jugement mais moi je n'arrive pas à imaginer Dieu vouloir nous punir dans l'apocalypse. Pour plusieurs raisons. On y parle du serpent du ciel, le serpent n'est certainement pas Dieu, et parce que Dieu dès le commencement de la bible s'est engagé à ne plus détruire la terre, je crois que nous sommes assez grands pour le faire nous-mêmes et nous auto-détruire. J'ai demandé l'avis d'un homme de Dieu sur internet, je me suis fait insulter, il me maudit «parce que je n'avais pas peur de la colère divine présente dans toute la Bible». Je pense que Dieu veut nous prévenir de ce qui va nous arriver comme tribulations, mais cela ne veut pas dire que c'est lui qui va nous les imposer. Qu'en pensez-vous ?

Bonjour et merci de votre question. Le problème du mal, de la souffrance, et de la présence de Dieu au cœur de tout cela, ne cesse de nous rejoindre et de nous préoccuper. La première semaine de Carême, qui commence dimanche prochain, nous conduira à le méditer une fois de plus à travers l'épisode de la tentation du Christ.

Lire la suite : Faut-il avoir peur de Dieu ?

   

Communier aux souffrances du Christ ?

Dans la lettre qu'il adresse aux Philippiens, Paul parle de «communier aux souffrances du Christ et lui devenir conforme dans la mort» (3,10)Pouvez-vous expliquer ce que cela signifie ? Sommes-nous réellement appelés à devenir conformes au Christ dans sa mort ? Que veut dire Paul ?

En ce jour de la fête de la Conversion de saint Paul, merci de nous donner cette occasion de parler de lui ! Un très beau verset, qu'il faut bien resituer dans son contexte pour le comprendre...

Lire la suite : Communier aux souffrances du Christ ?

   

Jésus Fils de Dieu ?

Jésus, dit-on, est le Fils de Dieu depuis toujours... Mais que faisait-il avant sa naissance ? Ma préférence intellectuelle serait de dire que Jésus est né comme tout homme, est devenu un grand prophète comme toute la lignée des grands prophètes, est devenu intime avec Dieu Père et amour et que ce Dieu l'a proclamé son Fils par l'acte de la résurrection, pour montrer que tout être humain est fils de dieu par adoption. Pouvez-vous m'éclairer sur cette interrogation ?

Merci de votre question, qui reflète probablement les interrogations d'autres que vous ! La théologie trinitaire et la christologie sont d'éternels lieux de questionnement pour l'esprit humain...

Lire la suite : Jésus Fils de Dieu ?

   

Quel sens a le temps de l'Avent ?

L'année liturgique est riche de tout un cheminement, nous le savons, mais il n'est pas toujours facile à saisir. Pour ce qui est du temps de l'Avent, je vois bien, me semble-t-il, sa signification la plus importante : l'attente de la naissance du Fils de Dieu sur notre terre, mais n'y a-t-il pas encore davantage à comprendre et surtout à vivre ? Merci beaucoup de votre réponse.

Merci pour cette belle question ! Il y a tant à comprendre et à vivre en effet pendant ce magnifique temps de l'Avent : temps de l'attente, temps du désir, temps fait pour les pèlerins qui cherchent à imprimer dans leur vie la marque de l'espérance.

Lire la suite : Quel sens a le temps de l'Avent ?

   

Pourquoi faut-il mourir ?

La mort vient tôt ou tard à notre rencontre... Celle des autres, celle qu'on n'attend pas, celle qu'on attend trop... Y a-t-il une façon de s'y préparer ? de ne pas l'envisager uniquement comme un scandale ou une perte mais comme une rencontre puisque c'est que nous lisons dans l'Écriture ?... Ne sommes-nous pas toujours et tout à fait démunis devant la mort ? Pourquoi faut-il mourir ? Merci de votre réponse.

Vous avez raison : c'est vivre qu'il faut ! Il faut que notre monde vive. Il faut que chacun de nous soit vivant et source de vie pour son entourage et pour le monde. Dieu est le Vivant. Chrétiens nous avons été baptisés dans la Vie de Dieu Père, Fis et Esprit Saint. Alors pourquoi nous faut-il mourir ? Réponse : pour vivre.

Lire la suite : Pourquoi faut-il mourir ?

   

Le mal est-il compatible avec Dieu ?

Lorsque je débats de religion avec des non-croyants, je crois parvenir à répondre à leurs objections, sauf sur un point : l'explication des grandes catastrophes, de la maladie, qui touchent des gens «bien» et/ou innocents. On peut expliquer le mal dans l'homme mais comment expliquer le mal naturel ou l'absence d'intervention du divin face à l'injustice ? Car enfin Dieu par définition est omnipotent, pourquoi n'intervient-il pas ? Je n'ai jamais entendu de réponse satisfaisante sur ce sujet (elles sont tirées par les cheveux la plupart du temps). Par ailleurs, si Dieu prend des décisions qui contreviennent à l'humanité la plus élémentaire, comment pourrions-nous encore le louer ou avoir foi en lui ?

Question incontournable, pierre d'achoppement pour beaucoup sinon pour tous... la question du mal. On peut la formuler ainsi : ou bien Dieu est tout-puissant et puisque le mal existe, c'est qu'il n'est pas tout-aimant, qu'il ne veut pas vraiment le bonheur de l'homme ; ou bien Dieu n'est pas tout-puissant, puisqu'il ne peut faire que le mal ne soit pas, que l'homme ne souffre pas, que le malheur n'affecte pas l'innocent... On est obligé de répondre à cela !

Lire la suite : Le mal est-il compatible avec Dieu ?

   

L'homme à l'image de la Trinité ?

Alors que nous venons de fêter le dimanche de la Trinité, sans doute le plus grand mystère, je me pose une question : Dieu est Un, même si chacun des trois membres de la Trinité semble avoir des fonctions spécifiques (le Fils obéit au Père... etc.). Et nous, si nous sommes créés à l'image de Dieu, nous sommes donc l’image de la Trinité. Comment cela ?

Merci pour cette très belle question ! Il me semble très important que nous redécouvrions l’importance du mystère de la Trinité non comme théorème mathématique complexe que nous devrions sinon résoudre, du moins subir comme une croix pour notre intelligence, mais plutôt comme la source la plus profonde à la fois de notre identité et de notre vocation.

Lire la suite : L'homme à l'image de la Trinité ?

   

Parler de Dieu ?

N'est-ce pas vain de parler des expériences de Jésus, de la résurrection de Jésus, des miracles de Jésus, comme si nous les avions vécus, alors que seul lui-même pourrait se dire ? N'est ce pas là tout l'orgueil de la théologie ?

Comment parler de Dieu ? L'homme a-t-il les moyens de dire le mystère de Dieu sans le rétrécir ?

Lire la suite : Parler de Dieu ?

   

Comment croire en la résurrection ?

Pourquoi les apparitions du Ressuscité ? Pourquoi Jésus ressuscité est-il apparu à ses disciples ? Quel sens ont pour nous ces apparitions ? Et, plus largement : comment croire en la résurrection ?

Le fait de la Résurrection est capital pour nos vies de croyants. Sinon, vaine serait notre espérance, vide notre foi, seulement humain l’Évangile annoncé. Et, comme l’apôtre Paul ose l’avouer, nous serions alors les plus malheureux de tous les hommes (1 Co 15,20). Sur quelle base repose notre croyance ? Sur le fait même des apparitions de Pâques et des témoignages qui en découlent.

Lire la suite : Comment croire en la résurrection ?

   

Jésus apporte-t-il la guerre ou la paix ?

L'oracle d'Isaïe dit «Il ne fera point de querelles ni de cris» (Matthieu 12,19) et pourtant durant son ministère, Jésus engendre les querelles et les cris de ceux qui lui sont hostiles. De plus, il dit : «Je ne suis pas venu apporter la paix sur terre, mais le glaive» (Matthieu 10,34-36)... Comment comprendre ?

Voilà une question qui nous renvoie en même temps qu'à l'Écriture directement à l'actualité. On accuse en effet souvent les religions d'être responsables des fanatismes et donc de la violence dans le monde. Comment, en tant que chrétiens, pouvons-nous nous situer par rapport à cette question ? Les textes bibliques nous en montrent toute la pertinence... Encore faut-il bien les lire et les situer pour en tirer des conclusions qui puissent réellement éclairer notre comportement.

Lire la suite : Jésus apporte-t-il la guerre ou la paix ?