Qu'est-ce que prier ?

Pour moi, la prière, c'est essentiellement un dialogue avec Dieu, Père, Fils et Saint Esprit. C'est lire sa Parole, l'écouter, la méditer... Je lui confie les personnes qui m'entourent, nos souffrances, mes désirs, mes questions, mes faiblesses... mais je ne sais pas quel projet il a pour moi et je me demande souvent ce que peuvent nous apporter de plus les prières de demande et d'intercession auprès des Saints, des anges... Toutes nos prières ne sont-elles pas résumées dans le Notre Père ?

Bonjour et merci de votre question qui rejoint des réalités présentes dans la vie de chacun. Vous avez bien raison de dire que la prière est un dialogue : puisque nous croyons que Dieu existe, et qu’il est notre Père, comment ne pas désirer entretenir avec lui une relation vivante, fondée sur la confiance et le partage de ce que nous vivons ? C’est cela le premier mouvement de la prière : se tenir près de Dieu, «comme un ami qui parle à son ami», ainsi qu’il est dit de Moïse (Exode 33,11).

Et si notre prière peut alors prendre des formes diverses, elle se fonde d’abord, comme vous le rappelez, sur la Parole de Dieu qui est, comme le disent les mystiques, une lettre d’amour adressée par le Seigneur à chacun. Prier la Parole suppose la lire, l’étudier, la méditer ; c’est-à-dire, dans le silence, mettre tout en œuvre pour écouter Dieu qui nous parle.

La prière est donc d’abord cette écoute gratuite, au-delà de toute demande : elle nous permet de mettre au second plan nos questions immédiates, nos activités et nos préoccupations, pour rejoindre Celui qui déjà habite au fond de nous. L’Esprit Saint, reçu à notre baptême, est cet hôte intérieur qui tourne, cœur, intelligence et esprit, vers Dieu, et prie lui-même en nous. «L'Esprit, écrit l’apôtre Paul, vient au secours de notre faiblesse ; car nous ne savons que demander pour prier comme il faut ; mais l'Esprit lui-même intercède pour nous en des gémissements ineffables, et Celui qui sonde les cœurs sait quel est le désir de l'Esprit et que son intercession pour les saints correspond aux vues de Dieu» (Romains 8,26-27). Ce n’est que lorsque nous aurons appris à descendre ainsi en notre cœur profond, pour y rejoindre la prière de l’Esprit qui y vit, que notre prière pourra se colorer de nuances particulières : louange, action de grâces, intercession…

En ce qui concerne la prière de demande, le Quatrième Évangile nous donne une autre piste : «En vérité, en vérité, je vous le dis, affirme Jésus à ses disciples dans son grand discours d’adieu, ce que vous demanderez au Père, il vous le donnera en mon nom. Jusqu'à présent vous n'avez rien demandé en mon nom ; demandez et vous recevrez, pour que votre joie soit complète» (Jean 14,26-27). Prier «au nom de Jésus», c’est-à-dire dans l’esprit de Jésus et conformément au commandement de l’amour qu’il nous a laissé, peut nous aider concrètement à préciser l’objet et l’orientation de notre prière. Nous ne prions pas pour expliquer à Dieu ce qu’il devrait faire pour que les choses aillent bien – du moins selon notre point de vue –, mais nous le prions, comme Jésus, pour que sa «volonté soit faite» (Luc 22,42), sachant que c’est une volonté d’amour et que «notre Père céleste sait ce dont nous avons besoin» (Matthieu 6,32).

En ce sens, vous avez pleinement raison de dire que tout est contenu dans le Notre Père, la prière que Jésus a voulu laissé à ses disciples dont nous sommes puisque la première partie concerne l’action de Dieu et la seconde nos besoins humains, tant matériels que spirituels.. «Puisse le Père reconnaître quand nous prions les paroles de son Fils, écrivait saint Cyprien de Carthage au IIIe siècle ; qu’il soit aussi sur nos lèvres celui qui habite notre cœur et, puisqu’il est auprès du Père notre avocat, lorsque, pécheurs, nous implorons, laissons entendre les paroles mêmes de notre Paraclet.»