Jean le Précurseur

PDFImprimerEnvoyer

 

Cet article est issu du Sources Vives n°136.

Voir le numéro.

 

 

 

Tous les prophètes, ainsi que la loi, ont parlé jusqu’à Jean, a déclaré un jour Jésus. Et, si vous voulez bien comprendre, le prophète Élie qui doit venir, c’est lui» (Mt 11,14). Jean Baptiste occupe une place unique dans l’histoire du salut. À l’extrême pointe de la lignée des prophètes, à la jonction entre les deux alliances, il est ce nouvel Élie annoncé par Malachie (Ml 3,23), «préparé pour la fin des temps» (Si 48,10), et qui précède l’apparition du Royaume de Dieu. Après tant de lointains précurseurs du Messie qui ont jalonné le long Avent de l’histoire d’Israël, il est celui qui précède immédiatement la venue du Seigneur et en qui l’humanité le rencontre.

Et c’est justement cette grande figure de Jean Baptiste que la liturgie nous invite à contempler dans les jours qui précèdent la Nativité du Seigneur. Celui qui a précédé Jésus dans sa vie terrestre et dans son ministère prépare chaque année l’Église à la venue du Sauveur. Il y a un perpétuel Avent du Christ et «jusqu’à aujourd’hui l’esprit et la vertu de Jean précèdent l’Avent du Seigneur Sauveur» (Origène).

La voix de celui qui crie dans le désert

Le prophète Isaïe avait annoncé que la venue de Dieu serait préparée par un messager (Is 40,3). Et voilà que des siècles plus tard «la Parole de Dieu fut adressée à Jean, fils de Zacharie, dans le désert [...]. Et il vint proclamant un baptême de repentir pour la rémission des péchés, comme il est écrit au livre des paroles d’Isaïe le prophète : Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur» (Lc 3,2-4). Après une longue attente dans le silence de tout ce qui n’est pas Dieu, le dernier et le plus grand des prophètes livre un ultime message de conversion. Il porte en lui comme le symbole de toutes ces voix» qui l’ont précédé (saint Bernard), mais il les dépasse infiniment (Lc 7,26). Car Jean Baptiste prépare les cœurs à accueillir la Bonne Nouvelle (Lc 3,18), l’Évangile de la grâce de Dieu. Sa vocation bienheureuse est, et sera toujours, d’annoncer le salut et la rémission des péchés aux prisonniers des ténèbres et de la mort (Lc 1,79), de proclamer que l’amour de Dieu qui est un feu dévorant (Lc 3,17) sera le plus fort.

La lampe qui brûle et qui éclaire

Les anciens prophètes avaient entrevu de loin (Cf. Nb 24,17) la clarté du jour du Seigneur. Jean Baptiste, lui, vit déjà dans la lumière du Christ ; rempli d’Esprit Saint dès le sein de sa mère (Lc 1,41), il ne vit que de cette lumière. Et lorsque paraît Jésus, l’Esprit qui veille en lui rend témoignage à son esprit : «Au milieu de vous se tient quelqu’un que vous ne connaissez pas» (Jn 1,26). Jean rend témoignage à la lumière (Jn 1,7), il est le feu qui éclaire pour Israël le visage encore obscur du Christ. Il est «la lampe qui brûle et qui éclaire» (Jn 5,35) pour que nous puissions raviver un instant à sa lumière la vive flamme de notre espérance. Jusqu’à ce que, Soleil levant, lumière d’en haut, le Seigneur vienne nous visiter (Lc 1,78).

Son nom est Jean

Jean ne manifeste pas seulement le Christ à travers ses paroles, mais à travers sa vie entière, qui est toute relative au Christ. Les événements de sa naissance, rapportés par Luc dans l’Évangile de l’enfance et lus dans la semaine préparatoire à Noël, sont comme une annonce de ceux de la naissance de Jésus. La naissance merveilleuse de Jean, le fils de la femme stérile (Lc 1,36), est une œuvre de la puissance de Dieu qui n’a pas d’autre fin que de préparer une œuvre infiniment plus grande, celle de la naissance de Jésus. Elle «magnifie la miséricorde de Dieu» (Lc 1,58), elle rappelle la fidélité de Dieu à sa grâce tout au long de l’histoire d’Israël — «Son nom est Jean» (Lc 1,63), c’est-à-dire Dieu fait grâce — et elle prépare ainsi les cœurs à accueillir dans la foi la grâce incomparable de l’incarnation. «Car rien n’est impossible à Dieu» (Lc 1,37).

Celui qui est ravi de joie à la voix de l’Époux

Dans la scène de la Visitation, méditée trois jours avant Noël, Jean montre celui dont il est le précurseur avant même de l’avoir vu. Saisi par l’Esprit, il tressaille d’allégresse dans le sein de sa mère (Lc 1,44). Déjà se réalise ce qu’il dira ensuite, qu’il est «celui qui est ravi de joie à la voix de l’Époux» (Jn 3,29). «Il semble qu’il ne pouvait pas ne pas tressaillir quand le Seigneur était là, qu’il y avait une mystérieuse affinité entre le Seigneur et lui. Il est celui qui s’est réservé pour la joie unique d’entendre la Voix du Seigneur» (Jean Daniélou, Le Mystère de l’Avent). Avec Jean, c’est déjà la joie messianique qui est donnée, cette joie qui éclatera le jour de sa naissance — «Tu auras joie et allégresse, et beaucoup se réjouiront de sa naissance», avait annoncé l’ange à Zacharie (Lc 1,14). Jean le précurseur nous ouvre à la joie indicible de Noël.

Le jour même de la Nativité du Seigneur, la liturgie nous donne encore une fois à contempler la place unique de Jean Baptiste dans le mystère de l’Avent. «Il y eut un homme envoyé de Dieu ; son nom était Jean. Il vint pour témoigner, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous croient par lui» (Jn 1,7). Afin que tous, pas seulement au moment de la première venue du Christ, mais tous et toujours, croient par lui, jusqu’à la venue du Christ dans la gloire.

Au fil de la liturgie

Agenda liturgique

Cologne  Du 30 juillet au 31 août 2017

Keine Liturgie im August

Da sich unsere Gemeinschaften im August in Exerzitien befinden, wird es in der Zeit von Sonntag, 30. Juli ab der Vesper, bis einschließlich Donnerstag, 31. August, keine Gebetszeiten und Gottesdienste in Groß Sankt Martin geben. Ab September halten wir unsere Gebetszeiten wieder wie gewohnt.

 

Die letzte Gebetszeit vor der Abreise am Sonntag, 30. Juli:

11.00 Uhr Heilige Messe

 

Die Kiche bleibt von Dienstag bis Sonntag am Nachmittag von 14.00 -17.00 Uhr für das stille Gebet und zur Besichtigung geöffnet.

 

Wir bedanken uns für Ihr Verständnis und bleiben mit Ihnen im Gebet verbunden.

Die Schwestern und Brüder von Jerusalem


Strasbourg  Du 1er au 31 août 2017

Absence des Fraternités au mois d'août

Les frères et sœurs des Fraternités Monastiques de Jérusalem seront absents du mardi1er au jeudi 31 août 2017. Les liturgies reprendront à Saint-Jean le vendredi 1er septembre avec le chant des laudes à 7h. 

 

Au cours du mois d'août, il vous est possible de participer à la messe paroissiale célébrée à 17h30 à Saint-Jean le dimanche ainsi que le lundi 15 août.

Lieu : Église Saint-Jean-Baptiste


Mont-Saint-Michel  Le 5 août 2017

Fête de la Transfiguration

Vigiles : RDV à l'entrée de l'abbaye à 20h30

Attention, plan VIGIPIRATE : les valises, les sacs à dos et objets coupants ne sont pas autorisés dans l'abbaye.


Mont-Saint-Michel  Le 14 août 2017

Fête de l'Assomption

Lundi 14 août

vigiles : RDV à l'entrée de l'abbaye à 20h30 

 

dimanche 15 août

Laudes : RDV à l'entrée de l'abbaye à 7h50 

 

Messe : RDV à l'entrée de l'abbaye à  11h00

 

 

 

Attention, plan VIGIPIRATE : les valises, les sacs à dos et objets coupants ne sont pas autorisés dans l'abbaye.


Mont-Saint-Michel  Du 13 au 14 septembre 2017

Fête de la Croix Glorieuse

Mercredi 13 septembre
Vigiles : RV à l'entrée de l'abbaye à 20h30

Jeudi 14 septembre
Laudes : RV à l'entrée de l'abbaye à 6h50
Messe : RV à l'entrée de l'abbaye à 12h00
Vêpres : RV à l'entrée de l'abbaye à 18h30

Attention, plan VIGIPIRATE : les valises, les sacs à dos et objets coupants ne sont pas autorisés dans l'abbaye.