Les gestes liturgiques

ImprimerEnvoyer

Un corps pour prier (2)

Un manuscrit célèbre du XIIIe s. présente les «neuf manières de prier de saint Dominique». Neuf miniatures illustrent les gestes du saint : bras étendus en croix, mains levées vers le ciel, ou incliné, prosterné…  De la même manière, les attitudes liturgiques (être debout, assis, agenouillé) envisagées dans l’article précédent sont complétées par des gestes qui interviennent, au cours des liturgies de la part des célébrants ou des fidèles.


Certains gestes sont de nature sacramentelle (par exemple, l’imposition des mains) ou font partie inhérente de la liturgie de l’Église catholique (comme l’élévation du pain et du vin après la consécration, ou le baiser de paix, attesté dans les écrits apostoliques par exemple en 1 Th 5,26, et réintroduit dans le rituel de l’eucharistie par la  réforme liturgique qui a suivi Vatican II) ; ils ne seront pas traités ici où l’on se contentera d’évoquer quelques gestes accomplis par l’assemblée.

Se signer de la croix : une petite croix sur le front est apparue très tôt, dans les rites du baptême, comme signe de l’appartenance au Christ et de la foi en sa mort-résurrection. Les chrétiens répétaient ensuite le geste sur eux-mêmes. Le signe de la croix a aussi été tôt utilisé comme geste de bénédiction. Mais le grand signe de croix que les fidèles tracent sur eux-mêmes du front à la poitrine et d’une épaule à l’autre (de gauche à droite pour les catholiques ; et de droite à gauche pour les orthodoxes) est une habitude moderne.
Ce geste ouvre toutes les célébrations liturgiques «au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit», et rappelle donc à la fois le mystère de la Rédemption par la croix du Christ et celui de la Trinité. C’est pourquoi on peut le faire, durant les célébrations, chaque fois qu’est invoquée la Trinité ; les Orientaux se signent alors avec trois doigts joints de manière à affirmer l’unicité de la Trinité.
Le signe de la croix est aussi associé à la lecture de l’Évangile, Parole du Christ vivant, et s’effectue ainsi, lors de la célébration eucharistique, au début de la lecture de l’Évangile, et, durant les offices, lors du chant des cantiques tirés de l’Évangile (le cantique de Zacharie aux laudes, le cantique de Marie aux vêpres et le cantique de Syméon aux complies, tous trois venant de Luc 1 et 2).

Élever les mains : c’est le geste biblique traditionnel de la prière (Ex 17, 9-12 ; Is 1,15 ; Lm 3,41 ; et nombreux psaumes tels que 28(27),2 ; 63(62),5 ; 134(133),2…) repris par les premières générations chrétiennes. L’iconographie a conservé de belles représentations de l’orant (plus souvent d’ailleurs une orante), priant bras à demi levés, mains ouvertes, paumes tournées vers le ciel. C’est le geste que nous faisons en priant le Notre Père et qui exprime l’offrande que nous faisons de nous-mêmes à travers la prière du Fils.
Fait avec les bras étendus vers le ciel, ce geste accompagne le plus souvent une prière d’intercession – ainsi Moïse priait, mains levées, pour que le peuple soit victorieux (Ex 17,11) ; et il est associé, pour les chrétiens, à la prière de Jésus, bras étendus en croix. Mais il exprime aussi la bénédiction (comme dans le psaume 134) et la louange ; c’est surtout en ce sens que le Renouveau charismatique nous l’a rendu familier comme manifestation de la joie de la prière.
Dans nos Fraternités de Jérusalem, il accompagne, pendant le lucernaire des vêpres, le chant d’un verset du psaume 141(140) : «Que ma prière vers toi, Seigneur, s’élève comme l’encens et mes mains devant toi comme l’offrande du soir».

Vivre la liturgie

L'Office des Complies

La prière avant le repos...

L'Office du milieu du Jour

La Parole priée et commentée La...

Les fêtes mariales

Célébrer la Mère de...

Le rituel du baptême des adultes

Les étapes de l’initiation...

L'Office des Vêpres

La prière du soir L’importance...

Le temps du Carême

40 jours vers la victoire...

L'Office des Laudes

La prière du matin Héritière...

Le temps de Noël

De la Nativité...

Le temps de l'Avent

Le «Carême...

Les gestes liturgiques

Un corps pour prier (2) Un...

Les attitudes liturgiques

Un corps pour prier (1) S’il...

Le cycle liturgique

Le temps de Dieu Faut-il...

Le pain et le vin

La communion sous les...

Les hymnes à l'Esprit Saint

Pourquoi un hymne à...

Le temps pascal

50 jours pour fêter...

La métanie

Qu’est-ce qu’une...

Le Trisagion

Qu'est-ce le Trisagion...

Trois offices

Pourquoi trois offices...

Le rite du lucernaire

Qu’est-ce que...

La Menorah

Pourquoi un chandelier...

module by Inspiration

Au fil de la liturgie

Agenda de la prière