Les fêtes mariales

PDFImprimerEnvoyer

Célébrer la Mère de Dieu

C’est à partir du Concile d’Ephèse (431) qui décerna à Marie le titre de «Theotokos» (Mère de Dieu) que le culte marial s’est instauré dans l’Église d’Occident. La première fête, fixée au 1er janvier, fut à Rome, celle de la Nativité de Marie ; mais elle fut supplantée par l’introduction à la fin du Ve siècle des quatre grandes fêtes du 2 février (Présentation au Temple), 25 mars (Annonciation), 15 août (Dormition) et 8 septembre (Nativité), alors même que deux seulement ont des appellations strictement mariales. La tradition a aussi toujours associé la figure de Marie aux liturgies de l’Avent et de Noël.

Pendant plusieurs siècles, l’Église romaine s’en tint ainsi aux «quatre Notre-Dame». Ce ne fut qu’à la fin du XIVe siècle que fut instituée la fête de la Visitation (commémorant la visite de Marie à sa cousine Élisabeth) et, un siècle plus tard, celle de la Conception de Marie (démarquée de ce que l’Église byzantine célébrait sous le nom de «Conception de sainte Anne»). D’autres fêtes mineures naquirent à la fin du Moyen Âge, parfois inspirées par les évangiles apocryphes, comme celle de la Présentation de Marie au Temple ; et aux temps modernes, telles la fête du Saint Nom de Marie (XVIIe siècle) ou celle du Rosaire ou de Notre-Dame du Mont-Carmel (XVIIIe siècle).

Tout en conservant l’essentiel de ces fêtes, la Concile Vatican II a voulu, selon l’explication de Paul VI, «introduire de façon plus organique, et en marquant davantage le lien qui les unit, la mémoire de la Mère dans le cycle annuel des mystères de son Fils» (Exhortation Marialis cultus 2).
Ainsi quelques fêtes secondaires ont été supprimées ; et deux des fêtes principales, celles de l’Annonciation du Seigneur et de la Présentation de Jésus au Temple, ont été rattachées, comme l’indique leur intitulé au cycle des fêtes du Seigneur.

Trois solennités sont désormais fêtées : la Maternité divine de Marie, le 1er janvier (qui retrouve ainsi l’ancienne fête romaine) ; la Conception immaculée de Marie, le 8 décembre ; et l’Assomption, le 15 août, qui célèbrent les deux derniers dogmes promulgués respectivement par Pie IX, en 1854, et Pie XII, en 1950.
Viennent ensuite deux fêtes : celles de la Nativité de Marie, le 8 septembre, et celle de la Visitation déplacée au 31 mai, avant la Nativité de Jean Baptiste, pour respecter la chronologie de Luc.
Enfin quatre mémoires sont obligatoires : la Présentation de Marie au Temple, le 21 novembre ; Notre-Dame des Douleurs, le 15 septembre, au lendemain de la Croix glorieuse ; Marie Reine, qui se célèbre le 22 août à la fin de l’octave de l’Assomption ; et Notre-Dame du Rosaire, le 7 octobre.
Des mémoires facultatives sont en lien avec des lieux de pèlerinage : Notre-Dame du Mont-Carmel, le 16 juillet, Notre-Dame de Lourdes, le 11 février, et la Dédicace de Sainte-Marie Majeure de Rome. La dernière fête le Cœur immaculé de Marie, au lendemain du Sacré-Cœur de Jésus.

Ainsi l’Église se confie-t-elle à la prière de la Mère de Dieu – «Accorde-nous, demande la prière d’entrée de la messe du 1er janvier, de sentir qu’intervient en notre faveur celle qui nous permit d’accueillir l’auteur de la vie, Jésus-Christ» – ; mais elle la présente aussi comme le modèle de notre prière : «Accorde-nous d’être dociles au souffle de l’Esprit, afin de pouvoir nous aussi comme elle te magnifier éternellement» (prière de la fête de la Visitation).

Vivre la liturgie

L'Office des Complies

La prière avant le repos...

L'Office du milieu du Jour

La Parole priée et commentée La...

Les fêtes mariales

Célébrer la Mère de...

Le rituel du baptême des adultes

Les étapes de l’initiation...

L'Office des Vêpres

La prière du soir L’importance...

Le temps du Carême

40 jours vers la victoire...

L'Office des Laudes

La prière du matin Héritière...

Le temps de Noël

De la Nativité...

Le temps de l'Avent

Le «Carême...

Les gestes liturgiques

Un corps pour prier (2) Un...

Les attitudes liturgiques

Un corps pour prier (1) S’il...

Le cycle liturgique

Le temps de Dieu Faut-il...

Le pain et le vin

La communion sous les...

Les hymnes à l'Esprit Saint

Pourquoi un hymne à...

Le temps pascal

50 jours pour fêter...

La métanie

Qu’est-ce qu’une...

Le Trisagion

Qu'est-ce le Trisagion...

Trois offices

Pourquoi trois offices...

Le rite du lucernaire

Qu’est-ce que...

La Menorah

Pourquoi un chandelier...

module by Inspiration

Au fil de la liturgie

Agenda liturgique

Bruxelles  Le 26 avril 2015

Pas de messe à Saint-Gilles

Étant à Banneux, nous ne chanterons pas les offices (laudes, messe et vêpres) à Saint-Gilles ce dimanche.

Vous pouvez vous joindre à cette journée. Un car est prévu.


Cologne  Le 1er mai 2015

Hochfest der Weihe von Groß St. Martin

Am 1. Mai 1172 wurde die Kirche Groß Sankt Martin geweiht als Ort für alle "lebendigen Steine" des Leibes Christi, die wir zusammen Kirche sind.

 

Dank des Feiertags aus einem anderen Anlass sind unsere Gebetszeiten wie folgt:

 

8.00 Uhr Laudes

 

12.30 Uhr Mittagsgebet

 

18.00 Uhr Vesper

18.30 Uhr Heilige Messe,

anschließend, wie jeden ersten Freitagabend, beten wir den Rosenkranz. Auch dazu herzliche Einladung!


Cologne  Le 3 mai 2015

Sonntagabend: Vesper entfällt

Die Monastischen Gemeinschaften von Jerusalem singen die Vesper an diesem Sonntag nicht in Groß Sankt Martin.

Die Sonntagsmesse um 11.00 Uhr findet statt.

 

Wir bitten um Ihr Verständnis und bleiben im Gebet verbunden!


Mont-Saint-Michel  Du 13 au 14 mai 2015

Solennité de l'Ascension

Mercredi 13 mai

20h30 : Vigiles de l'Ascension

 

Jeudi 14 mai

7h50 : Laudes

11h15 : Messe solennelle

18h20 : Vêpres

Lieu : Abbatiale

Contact


Paris  Du 13 au 14 mai 2015

Solennité de l'Ascension

"Après leur avoir parlé, le Seigneur Jésus fut enlevé au ciel..."

 

Mercredi 13 mai :

20h30 : Entrée dans la prière silencieuse
21h00 : Chant des Vigiles

 

Jeudi 14 mai :

Laudes à 8h
Messe à 11h00
Vêpres à 18h30

 


 

Lieu : Eglise Saint-Gervais