2e Dimanche du Temps Ordinaire - C 

« Le troisième jour, il y eu des noces à Cana en Galilée »
Depuis plusieurs jours déjà, on s'activait pour tout préparer.
Tout semblait prêt pour célébrer avec joie une noce d'ici-bas, un mariage.
Les préparatifs étaient achevés et on attendait les futurs époux.

La célébration des noces pouvait commencer.
On notait alors parmi les invités Jésus et sa mère,
ainsi que quelques-uns de ses disciples.

Tout était accompli aux yeux des hommes
et nul ne présageait ce qui pourtant arriva :
on manqua de vin car « le vin des noces était épuisé ».

On avait tout prévu sauf le manque, sauf cette soif de Dieu
On avait tout envisagé sauf la grâce que le Christ venait inaugurer
et que Lui seul pouvait donner, son Alliance de Paix.

On avait tout préparé sauf cette noce
que Dieu voulait ainsi célébrer avec l'humanité
au cœur de son Église déjà rassemblée autour de Marie.

Car en effet, lorsqu'on manqua de vin,
« la Mère de Jésus était là ».
Déjà elle veillait sur l’Église et aujourd'hui encore
elle prépare nos cœurs à une Alliance nouvelle et éternelle.

Au cœur de nos alliances d'ici bas, au cœur de nos engagements quotidiens,
à la source de toutes nos vocations,
il y a toujours cette soif de Dieu et cette part de manque,
il y a toujours cette expérience d'incomplétude et de solitude originelle,
il y a toujours cette terre informe et vague en nous,
cet espace sacré que Dieu se réserve pour nous recréer.

C'est là, dans le secret de notre cœur,
dans ce Cana intérieur, dans cet espace de liberté
que Dieu dépose en nous son germe d'éternité,
son désir d'infini, sa soif de sainteté ;
et qu'ainsi il nous convie dès ici bas avec Marie aux noces éternelles.

Alors nous pourrons dire « Comment cela va-t-il se faire ? »
Laissons-nous visiter et que le Seigneur achève ainsi en nous
ce qu'il a déjà commencé.

*

Pour réaliser son Alliance dans nos vies
le Seigneur nous conduira sans doute tout d'abord auprès de Marie.
Il nous montrera sa Mère, cette humble servante.

C'est elle la Mère des vivants, l'Ève nouvelle, qui nous enfante
et nous accompagne aux noces éternelles de son Fils.

Pour entrer dans l'Alliance avec le Père,
Nous avons besoin d'une Mère.

Pour nous laisser épouser par le Christ,
Marie nous apprend le secret du silence et de la Parole.

Elle nous enseigne la grâce de l'écoute et de l’obéissance,
lorsqu'elle nous dit : « Faites tout ce qu'il vous dira ».

De Cana au Golgotha, Marie entend nos prières,
de ces noces d'ici bas, aux noces de la Croix,
de ces joies bienheureuses aux joies douloureuses.

Marie nous apprend à demeurer avec son Fils.
Elle nous apprend à veiller sur l'homme sans jamais désespérer de Dieu.
Dans nos labeurs et nos solitudes d'ici bas, dans nos soucis et dans nos misères,
Marie demeure fidèle de Cana au Golgotha.

À Cana elle t'apprendra l'intercession
Au Golgotha elle te donnera la compassion.
Ainsi ton cœur se transformera, se dilatera
et tout en toi s'accomplira, par l'amour du Cœur de notre Dieu.

*

Mais, pour réaliser son Alliance dans nos vies,
le Seigneur nous montrera aussi des serviteurs.

Il nous conduira à son Église, il nous dévoilera
la richesse des charismes et des ministères qu'il a confiés à son Église
et dont chacun de nous est dépositaire pour sa part,
pour accompagner l’œuvre du Christ.

Car en effet, à Cana, il fallait bien des serviteurs.
Il fallait bien des ministres pour opérer et agir
selon la Parole du Seigneur.

Marie, la première entre tous, les avait préparé en leur disant :
« Faites tout ce qu'il vous dira ».
Elle veillait, de telle sorte, que les charismes et les ministères
puissent se déployer et s'ordonner au service de la mission de son Fils,
dans l'unique sacerdoce du Christ qui déjà se manifeste à Cana.

« Il y avait là six jarres de pierre destinées aux purifications des Juifs. »
À l'invitation du maître, les serviteurs ont rempli d'eau ces jarres.
Puis dans la foi, ils ont puisé et ils ont ainsi porté
un vin nouveau aux convives de la noce.

Par leur foi et par leur obéissance, un vin nouveau fut tiré de l'eau.
Ainsi le vin qui réjouit le cœur de l'homme
fut tiré de l'eau qui purifie, qui lave et qui vivifie.

Ainsi une joie nouvelle fut tirée du pardon qui purifie,
de cette miséricorde qui vivifie.

Par le ministère de l’Église, c'est le Seigneur qui accordait
en prémices la joie de son pardon.

Mais, ces serviteurs, qui sont-ils ?
C'est peut-être chacun de nous
lorsque nous nous laissons convertir par le Seigneur,
lorsque nous venons puiser aux sources du salut,
lorsque nous recevons avec foi le sacrement de la réconciliation,
lorsque nous vivons notre sacerdoce, qu'il soit baptismal ou ministériel.

Ce serviteur qui a vu l'eau changée en vin c'est vous, c'est moi,
lorsque l'Esprit vient opérer en nos vies
son œuvre de réconciliation et de bénédiction.

C'est ainsi que Dieu réjouit son peuple.
C'est ainsi qu'il se réconcilie l’Église
et plus particulièrement en cette année de la miséricorde.
C'est ainsi qu'il opère tout en tous dans le respect
de la diversité des charismes et des ministères.

*

Enfin pour accomplir son Alliance dans nos vies,
pour la gloire de Dieu et le salut du monde,
le Seigneur aura besoin de témoins.

Si les serviteurs ont fait tout ce que Jésus a dit,
il faudra en retour des témoins qui diront
tout ce que Jésus a fait.

Il faudra des amis de Dieu, il faudra des amis de l’Époux,
des hommes et des femmes capables d'intimité avec le Christ,
capables de contemplation, d'émerveillement et de louange.

Il faudra des hommes et des femmes capables de discerner
le vin nouveau du Royaume au cœur des aigreurs de notre monde d'ici-bas.

Le noces de Cana appellent donc des hommes d'espérance
qui pourront témoigner à la face du monde
de cette nouveauté de l'Esprit et de la joie de l’Évangile.

Dans une vie prophétique, ils rappelleront au monde
avec les mots du prophète Isaïe :
« Ton Époux, ô homme, c'est ton Créateur ».

Ces témoins, si leur vie est cachée avec le Christ en Dieu,
n'en demeurent pas moins des prophètes et des missionnaires
pour notre monde.

Après avoir goûté au vin des noces ils se sont laissés émerveiller,
transformer et appeler à la mission.

Ce sont eux et peut être que ce sera nous,
qui rappelleront encore aujourd'hui au monde cette promesse d'Isaïe :
« On ne te dira plus ‘Délaissée’, ni ta terre ‘Abandonnée’,
on t'appellera ‘Bien Aimée’ et ta terre ‘Épousée’ ».

C'est par ces témoins que le Seigneur manifeste sa Gloire.
 
C'est par ces signes et cette joie de l’Évangile
que le monde connaîtra  les merveilles de Dieu et se convertira.

*

Alors, frères et sœurs,
Que devons nous faire ?

Laissons Marie nous redire :
« Faites tout ce qu'il vous dira »

Laissons nous conduire par l'Esprit,
par les mains de Marie, de Cana au Golgotha,
elle devient jour après jour notre Mère et nous devenons ses enfants.

Laissons nous visiter par le don de la miséricorde
car aujourd’hui encore le Seigneur vient renouveler
son Alliance avec nous, avec l’Église et il veut
nous prodiguer en abondance la joie de son pardon.

Laissons nous transformer et ouvrons nos yeux devant
les merveilles de Dieu, ouvrons nos cœurs à sa louange,
car oui,

En cette Eucharistie,
Voici l’Époux qui vient,
Allons à sa Rencontre,
Amen,
Alléluia !

Méditer la Parole

17 janvier 2016

Saint-Gervais, Paris

Frère Charles

 

Frère Charles

Lectures bibliques

Isaie 62,1-5

Psaume 95

1 Corinthiens 12,4-11

Jean 2,1-11

Écouter l'homélie

Player mp3