21e Dimanche du Temps Ordinaire - C

Un signe qui s’élève au loin
et une porte qui s’ouvre à l’horizon ;

Un étendard qui se dresse parmi les nations
et un passage où se presse une foule de peuples.

Un signal qui appelle et qui interpelle,
Une porte qui engage, qui ouvre des horizons nouveaux.

Un signal et une porte,
Voilà deux images que nous pourrions retenir de ces lectures que nous venons d’entendre.
À travers ces deux images,
c’est tout un chemin qui nous est proposé,
c’est toute notre vie chrétienne qui est illustrée,
c’est toute la vie de l’Église, peuple de Dieu, peuple pascal qui est comme révélée à nos yeux.

Oui frères et sœurs,
notre salut est comme une promesse, un signe que l’on voit au loin et qui attire toute notre vie. C’est le signe de la Croix qui nous guide et qui nous sauve.
Notre salut, c’est aussi un chemin,
c’est l’expérience d’un passage,
passage d’une porte étroite,
un passage resserré à travers les eaux de la mort.
Passage par la porte de la Croix, c’est la porte de la Miséricorde, qui nous ouvre à la vie, à la Pâque éternelle du Christ.
Alors, frères et sœurs, à l’aide des lectures de ce jour,
prenons la route avec Jésus et découvrons ce signe de la Croix dans nos vies,
efforçons nous de passer par elle, afin de nous ouvrir à la vie,
au salut que Dieu nous a promis.


« Au nom du Père
Et du Fils
Et du Saint-Esprit »
Voilà le signe de la croix,
Voilà l’empreinte de Dieu dans nos vies.
Dieu nous a marqué d’un sceau au jour de notre baptême
et nous en faisons mémoire à chaque prière, à chaque eucharistie.
Par ce signe de la Croix, nous rappelons notre appartenance à Dieu, à son peuple, à l’Église. Nous nous souvenons que nous avons été rachetés,
que nous sommes des rescapés de la mort et du péché et que Dieu est venu nous sauver.
Notre vie est marquée, elle est signée d’une empreinte de salut.
C’est ce que le prophète Isaïe nous rappelle dans la première lecture :
« Je viens rassembler toutes les nations de toute langue, dit le Seigneur.
Elles viendront et verront ma gloire, je mettrai chez elles un signe.
Des rescapés de l’exil ramèneront tous vos frères en offrande au Seigneur jusqu’à ma montagne sainte à Jérusalem, dit le Seigneur. »
Ainsi frères et sœurs, c’est bien le Christ qui nous rassemble ici même, de toutes les nations, de toutes les langues.
C’est lui qui nous attire à Lui,
C’est le signe de sa croix qui nous a rassemblé au seuil de cette liturgie
et c’est encore par ce signe que nous serons envoyés au terme de l’Eucharistie pour être ces témoins.
La Croix est ce signe de bénédiction qui rappelle et qui annonce la gloire de Dieu, son Amour, sa miséricorde, parmi toutes les nations.
Oui, comme le dit le prophète, par la Croix, par ce signe inscrit dans nos vies, nous sommes ces rescapés de la mort, nous sommes sauvés de l’exil du péché.
C’est pourquoi il nous faut revenir sans cesse à ce signe de vie.
La Croix est ce signe que le monde a besoin de voir pour venir à Dieu, pour se laisser attirer par Lui, pour y puiser son Amour.
Bien que parfois le monde ou nos sociétés le rejette, à nous de l’inscrire dans nos vies, à nous de la tracer sur notre cœur, à nous de la révéler dans nos actes par la prière et la charité.
Alors aujourd’hui, comment traçons nous ce signe de la Croix dans nos vies ?

Méditer la Parole

21 août 2016

Abbatiale du Mont-Saint-Michel

Frère Charles

 

Frère Charles

Lectures bibliques

Isaie 66,16-21

Psaume 116

Hbreux 12,5-13

Luc 13,22-30