1er Dimanche de Carême - A

Vivre la tentation
Les tentations font partie de la vie humaine,
les lectures du jour nous montrent bien qu’il ne s’agit pas de les nier,
il s’agit plutôt d’apprendre à les traverser. Nul n’est tenté au-delà de ses forces.
Si la tentation est une occasion de chute,
elle est aussi et avant tout une occasion de grandir dans la foi.
La tentation est une épreuve de liberté.
Sur le chemin de la foi, il nous faudra souvent choisir :
vivre sans Dieu ou avec Dieu.
Si nous sommes des saints en espérance
nous demeurons parfois aussi des athées en résistance.
Face à la foi, il y a en nous comme des athéismes qui demeurent,
des lieux de résistance à la grâce.
Ainsi nos lieux de tentation qui oscillent entre adhésion et négation de Dieu.
Ces athéismes, nous les connaissons de nom.
Si nous les côtoyons à l’extérieur,
nous y adhérons parfois de l’intérieur.
Ce ne sont pas seulement des idées,
ce sont aussi des réalités, que Jésus vient aujourd’hui visiter.

Pas à pas, avec l’évangile, confessons notre foi en Dieu.

*



1ère tentation : « Si tu es Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains ».

Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, Jésus eut faim.
Alors le tentateur s’approcha de lui, il s’approche de ses limites humaines
et il insinue un doute : « Si tu es Fils de Dieu ».
« Si tu es fils »…c’est le soupçon au sujet d’une filiation,
c’est le doute concernant la paternité de Dieu.
La première tentation touche la paternité de Dieu.
 « Si tu es le Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains. »
Si tu es fils de Dieu ordonne que tes limites, tes faims, ta mort même disparaissent.
Devant la fragilité, il y a cette tentation d’affranchissement,
il y a ce désir de maitrise et de toute puissance.
Sous l’ombre d’un certain positivisme,
ces idées nous traversent et nous tentent dans nos fragilités.
Tentation d’un transhumanisme qui veut s’affranchir de la mort,
tentation d’un homme qui se fait dieu et qui s’oppose au Dieu fait homme.
Tentation insinuée par le démon dans le livre de la Genèse :
« Vous serez comme des dieux connaissant le bien et le mal ».
C’est la tentation de l’autonomie,
le rejet de la fragilité, de la vieillesse et de la dépendance.
C’est oublier que la mort fait partie de la vie.
C’est le début d’un exil volontaire que le Seigneur vient guérir par une parole de l’exode :
 « L’homme ne vit pas seulement de pain
mais de toute parole qui sort de la bouche du Seigneur » .
Ainsi le Seigneur nous rappelle le sens de la fragilité.
L’homme dans sa fragilité naturelle ne survivra pas par lui-même.
Illusion d’une survivance par la science ou la technique.
Non, l’homme ressuscitera, il reviendra vers le Père
qui ne cesse de nous parler et de nous nourrir par sa Sagesse.
Aujourd’hui encore, cette Sagesse a dressé une table,  
elle invite les hommes au festin,
elle vient combler la faim de ceux qui mettent leur foi dans le Seigneur.
La Sagesse nous invite à croire en ce Dieu créateur, bienfaiteur et Père de toute chose.



2ème tentation : « Si tu es Fils de Dieu, si tu viens de Dieu, jette-toi en bas du Temple ;

 
car il est écrit : Il donnera pour toi des ordres à ses anges et Ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre ».

Ce n’est plus la tentation du désert, c’est la tentation du Temple,
c’est l’épreuve du sacré et de la sainteté.
 « Si tu es Fils de Dieu…» Le Fils serait-il vraiment Dieu ? Jésus est-il vraiment Dieu ?
Ce n’est plus la filiation qui est remise en cause, c’est plutôt la divinisation.
Le diable ici ne nie pas l’humanité, il veut réduire la divinité.
La deuxième tentation touche la divinité du Fils,
en réalité, elle touche notre appel à la sainteté.
C’est la tentation de l’homme sans Dieu,
c’est pour une part le drame d’un humanisme athée
qui ne sait plus s’émerveiller,
qui ne sait plus contempler,
qui ne sait plus prier
et qui pour cela se met en quête de sensation immédiate,
de lumière éphémère, de projets extraordinaires.
Alors devant cette séduction éphémère Jésus répond :
« Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu »,
autrement dit, tu ne viendras pas éteindre l’étincelle de divin qui est dans l’homme,
tu ne réduiras pas ma Présence qui est dans l’homme.
Toucher à l’homme, c’est toucher à Dieu, c’est toucher au Temple de Dieu.
Ainsi Jésus nous invite à redécouvrir sa Présence dans nos vies humaines.
Il ne s’agit pas tant d’avoir une vie sensationnelle,
il s’agit plutôt d’avoir une vie pleine et habitée en Dieu.
Par la prière, Jésus veut nous ramener au Temple intérieur,
il nous combler de sa Présence, il veut habiter toute notre vie
et pour cela il nous convie à la liturgie du cœur,
pour vivre et servir en sa présence comme les anges de Dieu.

*



3ème tentation : le diable emmène Jésus sur une haute montagne et lui dit :


« Tous les royaumes du monde je te les donnerai,


si tombant à genoux, tu te prosternes devant moi »

Après le désert, le Temple, voici la tentation de la haute montagne,
la tentation du pouvoir et de l’élévation.
Cette tentation touche l’Esprit de Dieu et l’héritage du Royaume des cieux.
Ainsi le diable montre à Jésus tous les royaumes du monde et leur gloire.
C’est l’utopie du matérialisme, l’illusion des faux trésors et l’idolâtrie du pouvoir.
Par notre baptême, l’Esprit de Dieu habite en nous par la foi.
Mais par le matérialisme, le consumérisme, le Mal veut étouffer cet esprit de pauvreté, de chasteté, d’obéissance et d’humilité.
Par l’idolâtrie, il veut pervertir l’esprit d’adoration.
Alors Jésus répond au diable :
« Arrière, Satan !
Il est écrit : C'est devant le Seigneur ton Dieu que tu te prosterneras,
et c'est lui seul que tu adoreras. »
Pour Jésus, il ne s’agit pas d’acquérir, de posséder et de dominer
il s’agit de partager, de servir et d’adorer.
Il s’agit de vivre dès maintenant du Royaume des cieux et de l’Esprit des Béatitudes.
Son Royaume n’est pas de ce monde,
alors face aux élévations du démon, Jésus nous indique le signe de sa Croix,
il nous conduit aux portes du Royaume.
La Croix, c’est le lieu du vrai Roi,
c’est le lieu du don total de l’offrande éternelle, de l’adoration véritable.
C’est le lieu de notre sanctification.
C’est là que seront vaincues toutes nos tentations.

*


Seigneur, notre Dieu,
toi qui es Père, fais de nous des enfants, fais de nous des vivants.
toi qui es Fils et qui te fais notre frère dans la chair, fais de nous des priants, pour découvrir toujours plus ta présence
toi qui es l’Esprit de sainteté, apprends-nous l’adoration, conduis-nous vers le Ciel.
Toi notre Dieu, à l’heure de la tentation, délivre-nous du mal et garde-nous dans ta sainteté.

Méditer la Parole

5 mars 2017

Saint-Gervais, Paris

Frère Charles

 

Frère Charles

Lectures bibliques

Gense 2,7-3,7

Psaume 50

Romains 5,12-19

Matthieu 4,1-11