Solennité de la Toussaint

 La porte de l'au-delà

 Quel est le sens de ma vie ?

Cette vie que j’ai reçue, qu’en faire ? Elle me précède, mais est-ce qu’elle m’appartient vraiment ?

Et que vais-je en faire ?


Tout homme qui voit le jour se retrouve avec ces questions.

Questions profondes et lourdes de conséquence, 

car, suivant la vision qui va orienter ma route, je peux conduire ma vie en des directions bien différentes.


D’un point de vue objectif, mon existence terrestre commence par ma conception, 

et se terminera par ma mort.

Bien des sagesses, et plus encore la tradition chrétienne, tout spécialement celle des moines,

invitent à considérer sa vie en la regardant depuis sa fin : au jour de notre mort.


Regarder sa mort en face, ce n’est pas très confortable…

En notre époque, on évite plutôt ce regard sur la mort. La condition mortelle de l’homme dérange.

Beaucoup préfèrent le déni. On cherche à augmenter la vie, à la repousser au-delà des limites.

N’est-ce pas vain ? car notre mort corporelle est aussi inéluctable que notre naissance.


Mais plus encore, la mort a quelque chose à nous dire sur nous-mêmes, 

quelque chose d’essentiel,

ce quelque chose indispensable à recevoir pour pouvoir vivre en donnant du sens à sa vie.


Pour s’engager dans la vie, il nous faut une vision.

Si on ne considère pas le terme, on erre, et on se perd, 

on ne peut engager sa volonté et mobiliser ses forces.


La fête de Toussaint, en nous ouvrant sur l’au-delà, nous aide à regarder autrement le moment de la mort.

Cette fête est en effet comme une porte qui s'ouvre,

comme un voile qui serait soulevé pour découvrir la beauté de l’au-delà.

Elle nous donne à voir au delà de la mort.

Et la vision qui nous est donnée est resplendissante de beauté.


L’au-delà est au-delà du beau, en réalité, parce que ses habitants sont revêtus de gloire.

Pour ce qui est les anges, rien d'étonnant, nous semble-t-il.

Mais pour les saints, c'est une autre histoire : car ils sont homme ou femme, eux aussi.

La personne humaine est belle, certes, mais sa beauté décline au fil de sa vie.

Tout humain est en effet marqué par la laideur du déclin et de la mort, 

mais aussi par sa complicité avec le mal. 

Qu’une personne humaine puisse devenir éblouissante de gloire, voilà qui n'est pas sans question...

On voudrait demander, un peu comme l’a fait la vierge Marie à l'ange Gabriel : 

comment cela va-t-il se faire, puisque je suis un homme pécheur ?


Saint Jean, dans la première lecture, 

voit par anticipation la foule des saints debout devant le Trône de Dieu et devant l'Agneau ; 

il nous donne ainsi à voir ce que tout homme est appelé à devenir : un adorateur du vrai Dieu.


Dans la deuxième lecture, le même apôtre affirme qu'à l'avènement du Christ,

nous lui serons semblables parce que nous le verrons tel qu'il est ;

Jean dévoile ainsi le chemin à prendre pour cette aventure de la sainteté :

le chemin vers la sainteté, c'est l'homme Jésus, 

celui que nous devons contempler jusqu’à devenir tel qu’il est.


Enfin, quand Jésus, dans l'évangile, proclame les Béatitudes, il révèle le passage.

Sans ce passage, le chemin bute sur une impasse : la mort.


Au moment où Jésus proclame les Béatitudes, la vision demeure énigmatique

tant ces paroles semblent paradoxales.

Mais en continuant à suivre Jésus, à le suivre jusqu’à la croix,

on découvre alors que les Béatitudes dressent le portrait du crucifié.


Jésus, sur la croix, est le pauvre par excellence : il est dépouillé de tout, abandonné par tous.

 

Heureux les pauvres de cœur.

Jésus, sur la croix, pleure sur les hommes égarés et enfermés dans le péché.

 

Heureux ceux qui pleurent.


Jésus, sur la croix, est enveloppé d'une douceur, d'une tendresse que la souffrance n'arrive pas à voiler.

Heureux les doux.

Jésus, dans sa Passion, sans compromission avec le mensonge, ne succombe pas pour autant à la révolte.

 

Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice.


Jésus, avant sa mort, pardonne à ceux qui le crucifient.

 

Heureux les miséricordieux.

Jésus, devant l'épreuve, remet son esprit entre les mains du Père.

 

Heureux les cœurs purs.


Jésus, devant le déchaînement de la violence contre lui, répond par le don de lui-même.

 

Heureux les artisans de paix.

Jésus est calomnié, condamné, insulté, humilié.

 

Heureux si l'on vous insulte à cause de moi.


Ce chemin des Béatitudes, le Christ l'a ouvert pour nous.

Et ce chemin, au matin de la résurrection, débouche sur l’avènement de la Vie.

Il semble alors que la véritable naissance soit celle du matin de Pâques. 


Dès lors, le chemin des Béatitudes, qui est le chemin de la croix, révèle son secret :

il ouvre sur le passage de la mort à la vie, 

de la vaine préservation à la nouvelle naissance.


Les saints ont tous emprunté ce chemin-là.

Ils sont tous passés par la grande épreuve qui ressemble à un pressoir de la mort,

mais qui s'avère être un passage.

Sans ce passage, la mort est une porte close. Nos vies humaines ne peuvent pas se mêler à la vie divine.

La croix du Christ est la clef qui ouvre la porte de la mort sur une vie nouvelle. 

Elle est le remède qui transforme la mort en vie éternelle.


Au milieu de l’évangile, Jésus se tourne vers ses disciples pour leur dire :

« Voici que nous montons à Jérusalem. »

Il y a deux Jérusalem vers lesquelles Jésus conduit :

La Jérusalem où Jésus descend, jusqu’à la mort sur la croix,

jusqu’au tombeau où son corps sera déposé dans le creux du rocher.

Et la Jérusalem que voit saint Jean dans l’Apocalypse : la Jérusalem de la communion du ciel,

ville où tout ensemble ne fait qu’un.


C’est la même ville, en réalité.

Mais au terme, la Jérusalem qui tue les prophètes est passée par le creuset de la mort du Christ,

elle a été relevée par la résurrection du Christ.

L’Agneau lui a fait traverser le gouffre de la mort, et il règne au milieu d’elle.


Nous considérions au début que, pour s’engager dans la vie, 

il pouvait être profitable de la regarder depuis le jour de notre mort. 

Ce jour-là, celui qui ne sait que compter sur lui-même a toutes les raisons pour désespérer.

Car alors, il n’a plus rien. Et ce qu’il laisse derrière lui ne peut lui donner un surcroît de vie.


Celui qui a appris à compter sur le Christ se tournera spontanément vers celui qui tient la clef,

vers celui qui est la porte.

Quand Jésus invite ceux qui veulent le suivre à prendre leur croix chaque jour (Lc 9, 23),

il les invite à affronter les petites morts de la vie quotidienne en acceptant qu’elles deviennent des Pâques.

De Pâques en Pâques, le disciples fait l’expérience dès ici-bas de la vie nouvelle.

Heureux est-il.


Heureux est-il s’il affronte la pauvreté, la violence, l’injustice, l’offense, et les épreuves

selon les Béatitudes, 

en contemplant le Christ à sa Passion.


Heureux est-il s’il choisit le chemin qu’a ouvert le Christ : car déjà, il vit du Royaume,

déjà, il goûte à la saveur de la vie divine 

et se prépare à ne compter que sur le salut qui appartient à Dieu et à l’Agneau.


Pour cela, il nous fallait une vision. Notre vision, c’est le Christ.

Voyez quel grand amour nous a donné le Père, dit saint Jean !

Au jour du grand passage, nous serons semblables à Dieu, car nous le verrons tel qu’il est.


Dès aujourd’hui, nous le voyons dans la chair, en contemplant Jésus.

Il s’est fait chemin afin que sa Pâque nous fasse naître à la vie de l’au-delà, 

cette vie qui ne finira pas.


Cette vision, cette espérance, nous permet d’avancer par la foi et d’agir selon la charité.

Non plus en mettant toutes nos forces à préserver ce qui tient encore,

mais en donnant notre vie.

Dès à présent, nous sommes enfants de Dieu, enfants de lumière, en Jésus le Fils unique.


Méditer la Parole

1er novembre 2019

Saint-Gervais, Paris

Frère Grégoire

 

Frère Grégoire

Lectures bibliques

Apocalypse 7, 2-14

Psaume 23

1 Jean 3, 1-3

Matthieu 5, 1-12