3e semaine de Carême - A

Sur le mont Thabor, aux côtés de Jésus transfiguré, les Apôtres ont vu apparaître Moïse et Elie. Moïse représente la Loi et Elie, les prophètes. Tous deux rendent témoignage à Jésus.
La Loi et les Prophètes ont conduit à Jésus ; ils lui ont préparé le chemin de sa venue et de sa glorification. Après, sur le Thabor, les Apôtres ne voient plus que Jésus seul.
Car en Jésus la Loi et les Prophètes sont récapitulés. Tout converge vers Jésus. Jésus accomplit, mène à son achèvement tout ce qui était contenu dans la première Alliance.
Il est le Nouvel Adam, le Nouveau Moïse, le Prophète par excellence, le Roi qui a reçu l'onction dans la lignée de David, le grand-prêtre parfait,...
Ce récit de la Transfiguration peut nous aider à comprendre les paroles que Jésus prononce aujourd'hui : 
«Ne pensez pas que je suis venu abolir la Loi ou les Prophètes ; je ne suis pas venu abolir, mais accomplir».
Il y a bien continuité entre la Première et la Nouvelle Alliance.
Ce que la Loi demandait, l'Évangile ne peut le supprimer.
C'est le même Seigneur qui nous enseigne, qui nous guide, nous sanctifie.
Deux difficultés subsistent cependant : 

La première, c'est que Jésus, qui nous dit de ne rejeter aucun petit commandement de la Loi, n'hésite pas de lancer à l'occasion :
«On vous a dit :… moi, je vous dis...» (Mt 5,27.33-34)
Que ce soit sur la loi du talion, l'amour des ennemis, le sabbat, les ablutions, Jésus contredit, voire annule telle ou telle pratique ou coutume.
Peut-on dire alors qu'il abolit la Loi ?
Non, il lutte contre les interprétations fausses, contre tout formalisme, contre toute étroitesse. Jésus ne détruit pas la Loi, il vient la sauver, l'améliorer, la mener à son achèvement.
Le but de la Loi, c'est de libérer l'amour et la vie dans le coeur de l'homme.
Toute une série de préceptes tombent avec Jésus, car en lui ils sont réalisés, accomplis.
Ils n'ont pas besoin d'être renouvelés, car Jésus est la Vie et son coeur n'est qu'amour.
En Jésus, la Loi est parachevée, car il vit ce pour quoi elle a été promulguée.

Une deuxième difficulté apparaît dans notre vie de chrétien : à quelle loi doit-on obéir ? «L'amour de Dieu a été répandu dans nos cours par le Saint-Esprit», nous dit Paul.
La loi de la première Alliance était extérieure à l'homme et elle n'a pas changé son coeur. Alors Dieu, par la pâque du Christ et le don de l'Esprit, a mis sa loi d'amour dans notre coeur. Désormais, l'amour nous est déjà donné. Il n'est pas à conquérir mais à accueillir.
La loi à laquelle nous avons à obéir, c'est celle qui parle au tréfonds de nous, c'est la voix de Dieu, qui a fait sa demeure en nos coeurs. Or nous le voyons bien, cette loi nouvelle gravée à l'intérieur de nous, n'empêche pas la promulgation des préceptes que Jésus nous laisse dans la droite ligne de la loi deutéronomique.
Et l'Église les rappelle, les actualise au fil des siècles.
Mais cette loi extérieure n'a d'autre but que de nous amener à l'écoute de l'Esprit, de la loi nouvelle déposée en nous.
La règle de vie que nous nous fixons, en communauté, en famille, en Église, ne nous sauve pas.
C'est le Christ qui nous sauve.
Mais la règle nous apprend à l'écouter à l'intérieur de nous-mêmes, Lui qui est «le Chemin, la Vérité et la Vie» (Jn 14).
La loi extérieure est accomplie quand nous sommes totalement dociles à l'Esprit, quand nous pouvons dire :
«Ce n'est plus moi qui vis, c'est le Christ qui vit en moi».
Nous n'avons plus besoin d'une aide extérieure pour apprendre à écouter la voix de Dieu en nous.
Alors nous sommes pleinement libres vis-à-vis de cette loi, non par opposition mais par accomplissement de ce pour quoi elle avait été promulguée.
Alors oui, tout se résume en cette unique attitude du coeur, de l'esprit, de l'âme et du corps, qui éclaire tout, commande tout, informe tout, unifie tout.
«Une fois pour toutes t'est donné ce court précepte, dit St Augustin :
Aime et fais ce que tu veux.
Si tu te tais, tais-toi par amour. 
Si tu parles, parle par amour.
Si tu pardonnes, pardonne par amour.
Aie au fond de ton coeur la racine de l'amour.
De cette racine, il ne peut rien sortir que de bon !
»
 

Méditer la Parole

2 mars 2005

Saint-Gervais, Paris

Frère Jean-Christophe

 

Frère Jean-Christophe

Lectures bibliques

Deutéronome 4,1.5-9

Psaume 147

-

Matthieu 5,17-19

Imprimer l'homélie

Télécharger la version pdfTélécharger la version pdf