Saint Barnabé

Saint Barnabé Apôtre

Prenez la route
et proclamez que le Royaume des cieux est tout proche (Mt 10,7).
Détachez pour moi Barnabé et Saul
en vue de l’oeuvre à laquelle je les ai appelés (Ac 13,2).
 
Ainsi le Seigneur a-t-il voulu
que la proclamation de l’Evangile
- cet Evangile du salut qui est aussi l’Evangile de Dieu -
soit essentiellement confié aux hommes.
La fête de celui qui porte aussi le nom d’apôtre
et que nous célébrons en ce jour - saint Barnabé -
nous le rappelle avec force.
Si nous réfléchissons à cette sorte de sommation globale
dont le Christ en personne,
et, tout de suite après lui, les premiers apôtres,
ont fait un impératif aussi universel et catégorique
- proclamer la Bonne Nouvelle -,
on ne peut manquer de dire : pourquoi cela ?
Et plus encore : comment le faire ?


Les paroles de Jésus dans l’Evangile
et les révélations faites à Barnabé dans les Actes
nous aident d’abord à répondre au pourquoi.
Pourquoi donc proclamer le Royaume des cieux ?
Jésus nous l’explique en une brève mais éloquente formule :
Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement (Mt 10,9).
Comment dès lors nous dire propriétaires du salut ?
C’est par grâce en effet que nous somme sauvés (Ep 2,5).
Oui, de sa plénitude nous avons tous reçu
et grâce pour grâce (Jn 1,16).
Comment ne pas vouloir partager une vie
dont on sait qu’elle est donnée en abondance
et qu’elle jaillit en nous en vie éternelle ?
 
C’est parce que Dieu nous aime
qu’il est venu, lui-même,
nous annoncer la Bonne Nouvelle
et nous faire le don, par sa vie, de la Vie éternelle.
Le disciple n’est pas différent de son maître.
Et l’on comprend fort bien la parole de Paul disant :
Prêcher l’Evangile n’est pas pour moi un titre de gloire,
c’est une nécessité qui m’incombe (1 Co 9,16).
C’est parce que, enfants de Dieu, nous aimons les hommes
que, comme Dieu, Père de tous les hommes, nous non plus
nous ne pouvons pas ne pas parler.
Et donc, par amour des hommes, et par amour de Dieu,
nous disons aux hommes la Bonne Nouvelle de l’amour de Dieu.
 
Le Livre des Actes des Apôtres nous dit ensuite
que lorsque Barnabé arriva à Antioche,
voyant les effets de la grâce de Dieu, il fut dans la joie (Ac 11,23).
Voilà qui éclaire aussi le pourquoi
de notre devoir de proclamer l’Evangile du Christ.
Voyant les effets de la grâce de Dieu...
Que nous donne l’Evangile en effet,
si nous savons le transmettre tel qu’il nous a été annoncé ?
Il nous donne la joie.
Il nous conduit dans la lumière.
Il nous établit dans la paix.
Il nous rend participants de la Vie divine.
Dans la peine, il nous réconforte.
Dans la tristesse et le deuil, il nous console et nous réjouit.
Par lui, notre travail prend tout son sens.
Notre amour est embelli et grandi.
Et la mort elle-même devient un porche d’espérance.
 
Frères et soeurs, si vraiment nous croyons aux effets de l’Evangile,
nous ne pouvons plus vivre qu’en devenant, nous aussi,
ministres, c’est-à-dire serviteurs, de l’Evangile !
Toujours au nom de ce double amour
et de Dieu et des hommes.
De Dieu qui aime les hommes
pour que les hommes aiment Dieu
et s’aiment aussi, réellement entre eux.


Reste la grande question du : comment faire cela ?,
pour proclamer que le Royaume des cieux est proche.
Là encore les paroles de Jésus et l’exemple de saint Barnabé
nous répondent en toute clarté.
 
C’est par ce que l’on est plus que par ce que l’on dit ;
c’est par ce que l’on vit plus que par ce que l’on a,
que l’on annonce, en vérité, l’Evangile de Dieu.
Ni or ni argent, ni grosse fortune, ni petite monnaie,
ni lourd équipement apostolique ou technique... (Mt 10;9).
Il faut, bien sûr, un minimum de moyens pour atteindre cette fin.
Mais l’essentiel n’est pas là.
Il est dans le rayonnement d’une vie tout entière donnée pour lui,
et qui annonce, proclame, donne la paix.
La paix du Christ !
Une paix qui surpasse toute connaissance (Ph 4,6)
et qui, lorsqu’elle est goûtée, partagée, acquise,
ne peut plus jamais s’oublier
et fixe quiconque la possède définitivement au Christ.
 
Tel est bien ce qu’a vécu Barnabé,
ce par quoi il est devenu un véritable apôtre
et un authentique saint de l’Eglise de Dieu.
Il les exhortait tous à rester, d’un coeur ferme,
attachés au Seigneur.
Et le texte ajoute : car c’était un homme de valeur,
rempli d’Esprit Saint et de foi (Ac 11,24).
Oui, soyons toujours remplis d’Esprit Saint et de foi
et, en étant dociles à sa voix,
en devenant des hommes spirituels,
nous serons des propagateurs de l’Evangile.
 
Alors, en vérité, par la foi et la charité
- Seule compte la foi s’exerçant par la charité (Ga 5,6) -,
la Bonne Nouvelle du salut sera annoncée.
Seules annoncent la Parole de Dieu les vies données à Dieu !
 
 Saint Paul, saint Barnabé, priez pour nous !
 

Méditer la Parole

11 juin 1998

Saint-Gervais, Paris

Frère Pierre-Marie

 

Frère Pierre-Marie

Lectures bibliques

Matthieu 10,7-13

Imprimer l'homélie

Télécharger la version pdfTélécharger la version pdf