Mercredi des Cendres - C

Qu’est-ce que se convertir ?

Frères et sœurs, nous voilà partis pour
40 jours de marche au désert,
40 jours où le superflu est mis de côté
pour ne s’appuyer que sur le nécessaire,
40 jours de vigilance afin d’être plus disponibles
à l’amour du frère et du Seigneur,
40 jours que l’on peut résumer par le mot : conversion.
Se convertir, voilà bien le message
de ce temps de Carême.
Mais que signifie plus précisément
cette exigence de la conversion ?

Tout d’abord, la conversion ne doit pas être
le mouvement premier de notre cœur.
La conversion n’est pas un mot d’ordre,
c’est une réponse.
Ce qui est premier, c’est l’expérience
de l’amour de Dieu.
Oui, il n’y a pas de vraie conversion
sans ce préalable de la présence
toute aimante de Dieu dans notre cœur.
C’est parce qu’on se sait aimés
qu’en réponse, Dieu nous appelle
à nous dépouiller de ce qui nous encombre.
Inutile donc de commencer ce Carême
avec une liste d’efforts ascétiques
si on n’a pas d’abord pris
le temps de se laisser aimer par Dieu,
d’accueillir sa présence.
C’est de son amour reçu,
et non de notre volonté qui idéalise notre vie spirituelle,
que va jaillir notre route personnelle
de conversion pour ce Carême.
Ne commençons donc pas ce Carême
en nous scrutant nous-mêmes,
en recensant nos petites et grandes imperfections,
mais plutôt en regardant Jésus.
C’est sur lui, le Christ, que nous devons poser notre regard
et non sur nous-mêmes.
Se laisser attirer par lui,
faire l’expérience de la Transfiguration,
que sa lumière envahisse le tréfonds de notre être.
En me laissant illuminer de l’intérieur,
je vis ce passage de moi à Dieu en moi.
Par la prière, je m’enrichis de Dieu.
Ce n’est plus moi qui vis,
c’est le Christ qui vit en moi. (Ga 2,20)

La conversion est la réponse
à cette illumination intérieure,
à cette inhabitation divine.
Me convertir, ce n’est pas chercher des mérites,
courir après des vertus aussi belles soient-elles ;
me convertir, c’est prendre les moyens nécessaires
pour permettre à Dieu de demeurer en moi.
Je vais probablement retrouver ma petite liste d’efforts
mais sa finalité est tout autre :
elle n’est pas pour moi
mais pour la vie de Dieu en moi.
La véritable ascèse, c’est se tourner vers Dieu
et non vers soi.
Plus je vais m’enrichir de Dieu,
plus je vais me dépouiller du monde.
Sûrement que le plus dur dans la conversion,
n’est pas dans le dépouillement
de nos petits défauts, de nos manquements,
mais plutôt dans le dépouillement
de nos réussites spirituelles.
Tant que je suis préoccupé par mes réussites,
c’est que je ne suis pas encore totalement
tourné vers le Seigneur.

Et qu’est-ce qui va me permettre
de savoir si je vis une vraie conversion ?
C’est ma capacité à me donner.
Si je peux me donner à l’autre
dans le service, le partage, la charité,
c’est que mon regard est vraiment tourné vers Dieu.
Toute personne se révèle pleinement quand elle se donne.
En se recevant totalement de Dieu,
on peut se donner totalement aux autres.
Le saint est un pécheur
qui se sait en état de conversion permanente.
Il n’a jamais fini de recevoir pour donner.
Et le pécheur, lui, est un saint en puissance.
Si comme le bon larron,
il fixe son regard non plus sur lui mais sur Jésus,
la pauvreté de son péché sera engloutie par le trésor infini
de la miséricorde de Dieu.
Pauvre, il deviendra riche des biens éternels.
Et riche de Dieu, il laissera de côté
tout ce qui n’est pas de Dieu en lui.
La conversion est donc une route de sainteté.
Être saint, voilà le désir
qui doit habiter notre temps de Carême.
Aujourd’hui est le premier jour du reste de notre vie…
Il est donc grand temps de commencer
à devenir saint !

Que cette croix de cendres, Seigneur,
soit notre unique couronne ici-bas.
Arme-nous pour le bon combat de la foi.
Et donne-nous dans ton royaume
la couronne des vainqueurs,
celle de ta grâce et de ton salut.






Méditer la Parole

21 février 2007

Saint-Gervais, Paris

Frère Jean-Christophe

 

Frère Jean-Christophe

Lectures bibliques

Joël 2, 12-18

Psaume 50

2 Corinthiens 5, 20-6,2

Matthieu 6,1…18

Imprimer l'homélie

Télécharger la version pdfTélécharger la version pdf