2e semaine de l’Avent - A

Comme elle est belle la mission du Peuple de Dieu !
Elle est exigeante, mais comme elle est belle !

«Élie va venir pour remettre tout en place.»
«Le prophète Élie surgit comme un feu, sa parole brûlait comme une torche…»
Élie, dont il est question ici, mais c’est la figure de l’Église !
Tout baptisé, qui par son baptême est incorporé au Corps unique de l’Église, devient, du fait de son baptême, prêtre, prophète et roi. Prophète du Très-Haut, devant qui il marche, pour préparer son chemin dans le cœur des hommes.
Oui, tout baptisé a pour mission de préparer le chemin du Seigneur dans le cœur des hommes ! Le sait-on assez ?
Avant de se tourner vers soi-même, de s’introspecter et de se plaindre sur lui-même, tout baptisé est d’abord un «envoyé», un envoyé du Très-Haut pour marcher devant sa Face.
En ces temps qui sont les derniers, il vient – lui, l’artisan de paix, parce qu’il est devenu fils de Dieu – apaiser la colère du monde, avant qu’elle n’éclate et le détruise lui-même ; il vient tourner les cœurs vers le Père, leur Père du Ciel.
Il est la voix qui crie dans le désert de ce monde : «Redressez le chemin de votre cœur ! Enlevez tout obstacle, aplanissez ce qui est élevé, redressez ce qui est dévié… Laissez la route libre… N’ayez pas peur, laissez la route libre !»
Il est la voix qui crie dans le désert, qui clame, qui tonne peut-être, parce que pour réveiller les cœurs, il faut peut-être parfois cela…
Lorsque vous vous êtes un peu assoupis et que soudain vous entendez un appel, vous sortez de votre torpeur, vous prêtez l’oreille… C’est cela la mission de la voix.
Le Verbe, la Parole éternelle, résonne déjà dans le cœur de tout homme, mais pour que le cœur de l’homme puisse l’entendre il faut que la voie retentisse ; c’est sa mission. Elle clame : «Réveille-toi, ô toi qui dors ! Relève-toi d’entre les morts et le Christ, Parole Incarnée, t’illuminera !»

Le baptisé est donc d’abord un envoyé, un héraut – c’est-à-dire celui qui annonce la venue de quelqu’un, dont il est le serviteur – il ne travaille pas pour son propre compte, il travaille au service des autres. C’est une mission de feu, car il faut que le feu se répande partout sur la terre.
Il y a une belle parole à ce sujet, elle surgit du livre de la Sagesse : «Au temps de la venue dernière, ils resplendiront, et comme des étincelles à travers le chaume ils courront» (Sg 3,7).
C’est une belle mission que celle du Peuple de Dieu tout entier ! Une belle mission, mais une mission exigeante ! Le Seigneur ne dit-il pas en effet : « Au lieu de reconnaître Élie, ils lui ont fait tout ce qu’ils ont voulu» ?
Mais qu’importe, puisque la Puissance du Seigneur se déploie à travers notre faiblesse, jusqu’à ce que tout soit accompli en ce monde ; et on pourrait reprendre la belle parole du père Teilhard de Chardin :
«Le Feu a pénétré la Terre. Il n’est pas tombé bruyamment sur les cimes, comme la foudre en son éclat. Sans secousse, sans tonnerre, la flamme a tout illuminé par le dedans. Dans la Nouvelle Humanité qui s’engendre, le Verbe a prolongé l’acte sans fin de sa naissance.»



 

Méditer la Parole

15 décembre 2007

Abbatiale du Mont-Saint-Michel

Frère Bernard-Marie

 

Frère Bernard-Marie

Lectures bibliques

Siracide 48,1-4.9-11

Psaume 79

-

Matthieu 17,10-13

Imprimer l'homélie

Télécharger la version pdfTélécharger la version pdf