Dimanche de la Sainte Famille - A

La paternité de Joseph

Cette page de l’Evangile selon Saint Matthieu
oriente notre regard, en cette fête de la Sainte Famille,
sur la figure paternelle de saint Joseph.
Sa discrétion ne doit pas nous faire croire
que son rôle est secondaire.
Comme tout enfant, Jésus a besoin
d’un père et d’une mère
pour grandir et devenir un homme.
Si l’évangéliste Matthieu met toujours en vis-à-vis
Joseph d’un côté, et «l’enfant et sa mère» de l’autre,
c’est pour insister sur la mission qui est propre à Joseph,
au sein de la Sainte Famille.
En quoi se caractérise donc la paternité de Joseph
qui trouve son prolongement dans nos réalités familiales ?

Joseph a pour première mission
de protéger l’œuvre de Dieu.
Nous pouvons découvrir cela
dans l’annonce faite à Marie :
«L’Esprit-Saint viendra sur toi», dit l’ange,
voilà le secret de Marie …
«et la puissance du Très-Haut
te prendra sous son ombre» (Lc 1,35),
voilà la mission de Joseph.
Joseph est ce rempart puissant, choisi par Dieu,
pour protéger Marie et l’enfant.
On peut dire, à la suite de plusieurs maîtres spirituels,
que l’Esprit Saint descend par Marie
et qu’il demeure en Jésus grâce à Joseph.
Jean-Baptiste l’a annoncé : le Messie,
c’est celui sur qui tu verras l’Esprit
descendre et demeurer (Jn 1,33).
Marie et Joseph auront chacun leur rôle
pour permettre à Jésus de croître
dans son humanité et dans l’Esprit-Saint.
Joseph assure cette sorte de forteresse
inaccessible aux forces du mal.
Concrètement, il protègera l’Enfant-Jésus
de la main d’Hérode en fuyant en Egypte.
Joseph offre la sécurité sans pour autant
écraser l’autre par sa force paternelle.
«Joseph est l’homme tendre,
expression de la force de Dieu»
dit la Bienheureuse Marie de l’Incarnation.
La force paternelle est tendresse.
Elle est exigence sans être domination.
Elle est autorité sans être brutalité.
Un autre aspect du rôle du père
est de cacher, de retrancher, de séparer.
Le rôle de la mère à l’inverse
est de dévoiler, de montrer et de donner.
En hébreu, le nom de Joseph
veut dire «celui qui retranche».
Joseph est caché et il cache.
Il protège la virginité de Marie
car aux yeux de tous, elle est l’épouse de Joseph.
Il cache au monde la divinité de Jésus
car pour tous, Jésus est le fils du charpentier.
Joseph met à part pour protéger.

A cette première mission de protection,
Joseph reçoit celle de faire grandir l’enfant.
La mère accueille et donne la vie
mais c’est le père qui donne la croissance.
Le nom de Joseph signifie également
«celui qui fait augmenter».
Joseph est comme un tuteur
qui accompagne la croissance de l’Enfant.
Le père donne des repères, détermine des limites,
affirme des exigences et des interdits.
Son autorité est au service de l’amour.
Il l’exerce non pas en commandant
mais en se donnant lui-même.
De son père de la terre, Jésus apprendra
à être le bon pasteur
qui donne sa vie pour ses brebis (Jn 10,14-15).
En hébreu, les mots «agneau» et «petit enfant»
ont même racine.
Joseph a donc pour mission
de mener cet Enfant-Agneau jusqu’à la stature
de berger de l’humanité entière.
Joseph est un père qui voit plus loin que l’enfant
et qui l’initie à sa mission qui vient de Dieu.
A l’exemple de Joseph,
un père est un «plus grand»
et qui appelle à devenir plus grand.

En finale, saint Joseph initie Jésus au combat de la vie,
ce combat qui le conduira jusqu’à sa pâque.
Ce combat commence par l’accueil du réel.
Joseph est toujours prêt à agir.
C’est lui qui prend l’initiative
de partir de Bethléem en Egypte
et ensuite de rejoindre directement Nazareth
sans passer par la Judée.
Il sait être à l’écoute de la réalité des événements.
Il ne se perd pas dans l’imaginaire.
Il laisse entrer ce qui convient
et écarte ce qui ne convient pas.
Il est attentif à l’extérieur,
tout comme Marie sait l’être à l’intérieur d’elle-même.
Marie fait entrer dans l’inspiration
et Joseph dans l’expiration.
Joseph enseigne aussi l’art de durer
et d’attendre le moment favorable.
Il apprend l’effort, l’art de se donner sans s’épuiser,
à mener les choses jusqu’au bout dans la persévérance.
Tout l’exercice de la paternité consiste
à apprendre à l’enfant à se donner
tout en ménageant sa monture,
car il doit pouvoir aller loin
en usant correctement de ses forces :
«C’est par votre constance
que vous sauverez vos vies» (Lc 21,19).
Le salut s’expérimente
en accomplissant les choses jusqu’au bout,
en prenant le temps nécessaire,
en s’y adonnant d’une manière ajustée.
Dans la Sainte Famille,
c’est Marie qui reçoit les intuitions du Saint-Esprit
mais c’est Joseph qui connaît le moment
de leur accomplissement.
Le père apprend à l’enfant à savoir attendre
ce qu’il désirerait avoir tout de suite.
Le père promet tout mais donne progressivement.
Il donne même ce qu’il ne possède pas de lui-même.
Il ouvre à une paternité plus haute que la sienne.
Sa vie renvoie à Celui dont toute paternité,
au ciel et sur la terre, tire son nom (Ep 3,15).

Par deux fois, l’ange dira à Joseph :
«Prends avec toi l’enfant …» (Mt 2,13-20).
Personne dans l’Evangile n’entendra plus cette parole.
Quand Marie de Magdala, au tombeau,
voudra prendre Jésus,
il ne supportera même pas d’être touché.
Seul Joseph a été introduit dans l’intimité du Fils
et le premier aussi à contempler
ce mystère de la faiblesse qui est Dieu.
Le fort se fait le gardien du faible
et pourvoit à ce que le faible devienne fort.
Avant que Jésus ne soit le sauveur du monde,
Joseph est le sauveur du Sauveur.

Frères et sœurs, nous pouvons le choisir comme gardien
et protecteur de nos familles,
et avec lui nous pouvons dire :
Réjouis-toi, Joseph,
comblé des bénédictions divines,
le Seigneur a reposé dans tes bras.
Tu es béni entre tous les hommes
et Jésus, le fruit de ta chaste épouse est béni.
Saint Joseph, donné pour père
au Fils de Dieu sur la terre,
prie pour nous, pécheurs,
maintenant et à l’heure de notre mort.
Amen .




 

Méditer la Parole

30 décembre 2007

Saint-Gervais, Paris

Frère Jean-Christophe

 

Frère Jean-Christophe

Lectures bibliques

Siracide 3,2-6.12-14

Psaume 127

Colossiens 3,12-21

Matthieu 2,13-15.19-23

Imprimer l'homélie

Télécharger la version pdfTélécharger la version pdf