Baptême du Seigneur - A

Pour Jean-Baptiste, il était inconcevable
que le Messie lui-même vienne se faire baptiser.
Pourquoi ?
Que signifie ce rite pour Jean ?

Le baptême, littéralement «l’immersion»,
pour lequel Jean avait reçu mission d’en haut (Jn 1,33),
était un baptême de pénitence.
C’était d’abord un geste de conversion.
Il faut se rappeler le récit du déluge (Gn 7,17-24)
où l’eau baptise le monde entier,
en le purifiant du mal qui avait proliféré (1 P 3,21).
Le baptême de Jean reprend ce geste de rupture avec le péché.
Symboliquement, le péché de l’homme est lavé,
emporté par les eaux saintes du Jourdain.
Cette démarche était très forte.
Chaque personne, au moment de son immersion,
confessait ses péchés (Mt 3,6).

Pourquoi une si intense volonté de conversion ?
Parce que le baptême de Jean était aussi une préparation.
Déjà, dans l’Ancien Testament,
juste avant la conclusion de l’Alliance au mont Sinaï,
Dieu avait imposé à tout le peuple
un bain de purification (Ex 19,10).
Ici, Jean a conscience de préparer le peuple
à l’Alliance nouvelle et éternelle annoncée par les prophètes :
cette définitive communion avec Dieu,
qui devait se réaliser grâce à un personnage mystérieux,
le Messie.
L’attente du Messie, à cette époque, atteint un paroxysme.
Le baptême de Jean était l’expression
la plus forte de cette attente.
À travers le rite de Jean,
le peuple revivait la traversée de la mer Rouge (Ex 14,26-31),
la libération de l’esclavage – donc de l’esclavage du péché –
et l’entrée dans la Terre Promise,
à la rencontre du Messie qui allait venir bientôt.
Quand on se rappelle tout cela
– la conversion, la préparation à la venue du Messie –,
on comprend bien que ce baptême s’adressait à tous,
sauf un ; un seul ne devait pas s’en approcher :
le Messie lui-même, Jésus !

Or Jésus s’approche.
Jean vient de le reconnaître comme Messie (Jn 1,29),
et pourtant, Jésus s’approche,
il se dépouille de ses vêtements,
s’enfonce dans l’eau.
Tout le monde est dérouté…
Que veut-il dire ?
Au moment précis où tous les autres
confessaient leurs péchés, Jésus, lui, se tait.
Et le Ciel se déchire (Mt 3,16),
«Tu es mon Fils bien Aimé,
en toi j’ai mis tout mon amour» (Mt 3,17).

Jésus vient de transformer le sens de ce baptême.
Dans ce premier geste public de Jésus,
tout est dit déjà de la façon dont Dieu
compte sauver l’humanité.
Le Messie plonge dans cette eau chargée
du péché des hommes,
lui, le Très Saint, le très pur,
il va sauver les hommes en s’immergeant dans leur mort.
Le baptême dans l’eau annonce le baptême dans le sang (Lc 12,50)
par le Mystère de la Croix.
D’une façon inattendue,
le Messie se met au rang des pécheurs
et il entre dans l’eau du Jourdain,
comme celui qui emporte le péché du monde.

La croix sera le véritable baptême qui déchire les cieux.
Là aussi, et d’une façon infiniment plus profonde,
Jésus se dépouille.
Il se rend solidaire de toute l’humanité.
Il s’immerge dans le monde des pécheurs,
dans la souffrance, la mort et même l’enfer.
Mais à travers ces eaux de la mort qui l’engloutissent,
Jésus va frayer un passage vers le Père.
Comme l’arche de Noé (Gn 6),
le Christ emporte en lui l’humanité
et la fait passer au-delà du déluge du néant.
Alors l’Amour infini du Père fait remonter son Fils,
et l’humanité avec lui, des eaux de la mort.

Dans la Résurrection, le ciel se déchire,
l’Esprit descend, transfigure le corps de Jésus,
dans un baptême éternel de Miséricorde et de Vie.
Le corps du Christ ressuscité remonte des eaux de la mort
pour que l’Esprit demeure en lui,
comme au Baptême,
pour que l’Esprit repose sur lui
comme sur cette terre nouvelle
qui émerge après le déluge
et sur laquelle, la colombe cueille le rameau de la paix (Gn 8,11).
Alors l’eau de la mort elle-même
devient le lieu de la nouvelle Création.
Dieu, en son Fils, a transformé la mort
qui devait nous engloutir,
en fleuve qui purifie, en fleuve de vie
qui nous entraîne vers le Père.

Méditons, frères et sœurs, sur ce salut de Dieu,
car il a quelque chose de renversant…
Nous croyons trop qu’il faut nous purifier nous-mêmes,
nous débarrasser nous-mêmes de nos péchés,
nous préparer d’abord, pour qu’ensuite arrive Jésus.
Mais c’est l’inverse,
Jésus plonge dans notre misère et notre condition de péché.
Il s’unit déjà à nous,
alors que nous sommes indignes de lui,
de sa sainteté.
Soyons bouleversés, comme le fut Jean-Baptiste,
par ce renversement !
N’attendons pas de changer pour nous unir à Jésus,
mais unissons-nous à lui et nous changerons !
Plus nous plongeons en lui,
plus nous allons vers l’océan infini de l’Amour du Père.
Amen.
 

Méditer la Parole

12 janvier 2014

Saint-Gervais, Paris

Frère Charles-Marie

 

Frère Charles-Marie

Lectures bibliques

Isae 42,1-7

Psaume 28

Actes 10,34-38

Matthieu 3,13-17