6e Dimanche Pâques

 Il bouscule ta vie pour que ta vie bascule dans l'amour

Vous vous souvenez de ce qu'étaient les Samaritains ?
De comment ils étaient perçus ?
Comme des schismatiques.
Des gens qu'il faut éviter,
qui ont des croyances déviées et dangereuses.
 
Or on vient d'apprendre à Jérusalem
que des Samaritains ont accueilli l'Évangile
grâce à la prédication de Philippe,
un des sept serviteurs de la communauté.
On imagine la surprise, l'émoi, les questionnements.

Mais les apôtres sont ouverts à cela...
Ils envoient Pierre et Jean sur place.

Qu'est-ce que Pierre et Jean voient en arrivant en Samarie ?
Ils voient que,
grâce à la prédication et aux signes accomplis par Philippe,
beaucoup de Samaritains
ont dit oui à Jésus comme Messie et Seigneur,
croient en sa résurrection,
et ont reçu le baptême.

Même une espèce de gourou magicien
qui fascinait tout le monde a demandé le baptême !
Et le fruit de tout cela, c'est une grande joie dans la ville (Ac 8,8).

Alors les apôtres, satisfaits, s'en retournent ? Non !
Ils prient pour que tous ces baptisés reçoivent l'Esprit Saint.
Pourquoi cela ?
Cela ne suffit pas d'être baptisé ?
«Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé», non ? (Mc 16,16).
Avaient-ils besoin de l'Esprit Saint ?
Et nous, avons-nous vraiment besoin de l'Esprit Saint ?

Je voudrais répondre avec deux images :
La première est biblique. C'est une prophétie (cf. Éz 37).
Le prophète Ézéchiel eut un jour la vision d'une grande vallée
couverte d'ossements tout à fait desséchés.
Au moment où il prophétise,
où il fait entendre la Parole de Dieu,
les ossements commencent à bouger,
à se remettre ensemble.
La chair, les nerfs, la peau poussent
et ils retrouvent figure humaine.
Mais ils sont inertes...
«Il n'y avait pas de souffle en eux.»
Alors le Seigneur invite Ézéchiel
à appeler le Souffle, l'Esprit de Dieu.
«Viens Esprit Saint, souffle sur ces morts et qu'ils vivent.»
Et, de fait, ils se remettent debout !

Sans l'Esprit Saint, nous sommes inertes pour le Royaume.
Nous sommes des demi-vivants, des demi-chrétiens.
Nous croyons en la résurrection,
mais la résurrection n'est pas en nous !

La deuxième image est plus immédiate.
Si un couple ne consomme pas le mariage
par l'union des corps,
c'est un couple qui ne donnera pas la vie.

Il en va de même pour nous.
Si nous ne consommons pas notre union au Seigneur
en laissant l'Esprit Saint nous envahir,
notre vie de foi sera stérile...

*

Vous voyez, recevoir le baptême et la confirmation
sans s'ouvrir effectivement à la personne de l'Esprit Saint,
cela donne un peuple chrétien inerte et stérile.
C'est une forme de contraception spirituelle.
L'Église peut être pleine d'idées, pleines de rites,
même pleine de gens,
mais elle ne donne pas la vie du Royaume.
Et un jour ça donne des églises vides et des condos à la place...

*
De fait, qu'est-ce que nous apporte l'Esprit Saint ?
La vie ! La vraie vie !
Jésus aujourd'hui nous promet l'Esprit
en nous le présentant comme Esprit de Vérité (Jn 14,17).
La vérité dans la Bible ce n'est pas la vérité que 2 + 2 = 4.
La vérité, c'est la solidité de ce qui vient de Dieu.
L'Esprit de Vérité, c'est le Souffle divin
qui nous fait bouger pour nous mener dans cette solidité,
qui nous fait bouger, nous pousse,
pour que nous entrions dans l'amour vrai, en Dieu.

Comment fait-il cela ?
Par un témoignage intérieur et ecclésial
qui nous empêche d'embarquer dans des modes de pensée
– et des pensées à la mode –
qui défigurent l'humanité, notamment les plus faibles.
Et surtout par un témoignage qui nous révèle la beauté de Dieu
et la beauté de toute âme humaine.
La beauté de ton âme...

L'Esprit nous mène dans cette solidité
qui devient une force intérieure.

Tout à l'heure l'apôtre Pierre nous a dit
qu'«il nous faut être toujours prêt à justifier notre espérance
devant ceux qui nous en demandent compte.
Et toujours avec douceur et respect» (1 P 3.15-16).

Croyez-vous que cela soit facile ?
Croyez-vous que cela soit facile aujourd'hui
au Soudan ou au Centre-Afrique ?
En Syrie ? Et même à Montréal ?
 
Nous avons besoin de l'Esprit Saint
pour être témoins du Christ par notre vie.
C'est explicitement ce que Jésus a dit aux apôtres.
«Vous recevrez une force, celle de l'Esprit Saint
et vous serez mes témoins» (Ac 1,8).

*

Quel est l'effet de la Pentecôte
sur les apôtres et les premiers disciples ?
Un double effet.
Premièrement l'Esprit tisse la communauté,
au point qu'ils veulent mettre leurs biens en commun.
Deuxièmement l'Esprit les fait sortir dans la rue
pour annoncer les merveilles de Dieu.

Voilà les deux indices qui disent
que nous avons effectivement accueilli l'Esprit :
1.   Le goût de vivre la communauté chrétienne
et de ne plus s'enfuir au plus vite
à la fin de la messe dominicale.
2.   le désir de sortir et d'aller avec d'autres chrétiens
partager la joie de l'Évangile
à ceux qui ne la connaissent pas.
*
Alors, as-tu effectivement accueilli l'Esprit Saint ?
Oui, bien sûr, je suis baptisé, confirmé, j'ai mes certificats...
As-tu vraiment accueilli l'Esprit Saint ?
Il y a trois étapes dans l'accueil de l'Esprit Saint :
1.   permettre à l'Esprit Saint de préparer la vie chrétienne en nous ;
2.   être rempli, marqué de l'Esprit Saint ;
3.   être débordé par l'Esprit qui nous envoie là où il veut.
La première étape, nous y sommes tous.
«L'Esprit Saint reste, demeure, près de vous»,
dit Jésus aujourd'hui (Jn 14,17).
C'est vrai de toute personne qui fréquente l'Écriture,
qui fréquente Jésus.
L'Esprit travaille pour nous mener vers Jésus,
vers le Royaume, vers l'Amour.

La deuxième étape, c'est quand la personne de l'Esprit Saint
nous habite, se joint à notre Esprit (Rm 8,16) .
L'image la plus exacte est celle d'une onction avec de l'huile
qui pénètre en nous, qui nous marque
et... ça ne part pas... et ça ne partira jamais.
Et depuis la Pâque de Jésus,
il n'y a pas seulement une onction pour une mission,
il y a l'onction qui se répand dans tout notre être
et sur toute notre vie.
Tu peux le renier, mais lui reste là.
«Il sera en vous», dit Jésus aujourd'hui.

La troisième étape,
c'est le moment où tu dis «oui» à l'Esprit Saint
pour qu'il «tombe» littéralement sur toi.
Pas un oui intellectuel seulement,
mais un oui à te laisser déborder, à te laisser désorganiser.

Vous pensez bien... l'Esprit Saint est une personne divine.
Si tu l'accueilles en toi,
ça ne peut que déborder... te déborder.
 
Alors l'Esprit t'envoie,
Il bouscule ta vie pour que ta vie bascule dans l'amour.

L'expression favorite de la Bible
c'est l'Esprit fondit sur telle ou telle personne
Et le sens littéral, c'est l'Esprit triomphe de telle ou telle personne.
Est-ce qu'il y a eu un moment de ta vie
où l'Esprit a triomphé en toi ?
Où tu t'es laissé déborder ?
Si oui... «je t'invite à raviver
le don de Dieu qui est en toi»,
comme le dit Paul à Timothée (2 Tim 1,6).

Si non... demande la prière à d'autres chrétiens
parce que le sacrement du baptême et de la confirmation
sont «liés» en toi.
Au lieu de te laisser kidnapper par Dieu,
tu as kidnappé la grâce pour ne pas être dérangé !
«Si quelqu'un disait que chacun de nous, fidèles,
reçoit et possède l'Esprit sans en avoir connaissance ni conscience,
il blasphème en faisant mentir le Christ qui a dit:
‘En lui se produira une source jaillissant
pour la vie éternelle (Jn 4,14)
et encore: Celui qui croit en Moi,
des fleuves couleront de son sein en eau vive’. (Jn 7,38) » [1].
*
Frères et sœurs,
pourquoi Pierre et Jean ont-ils prié pour que l'Esprit Saint
vienne sur les baptisés de Samarie ?
Pour qu'ils deviennent une Église vivante ! Une Église féconde !

Le Seigneur veut que notre union en lui ne soit pas stérile.
Que notre foi porte du fruit.
Que notre communauté eucharistique soit féconde.
Qu'elle donne la vie à beaucoup d'âmes.
Non à la contraception spirituelle
d'une vie qui refuse l'Esprit Saint !
 
Au début de cette messe,
nous avons prié pour que le mystère de Pâques reste présent dans notre vie et la transforme.
Comment la transforme-t-il ?
Par la Parole et par l'Esprit Saint !
Sans l'Esprit Saint, Dieu est loin, le Christ est dans le passé,
l'Évangile est une lettre morte, l'Église une simple organisation,
l'autorité une domination, la mission de la propagande,
le culte une évocation,
et l'agir chrétien une morale d'esclave.

Mais dans l'Esprit, dans une synergie entre lui et nous,
le Christ ressuscité est là,
l'Évangile est puissance de vie,
l'Église signifie la communion trinitaire,
l'autorité est un service libérateur,
la mission est une pentecôte,
la liturgie est mémorial et l'agir humain est déifié.[2]

Demandons pardon à l'Esprit Saint
de le mettre si souvent de côté...

Et prions les uns pour les autres.
Priez pour moi
pour que notre ambition ne soit pas
d'avoir du pouvoir sur les autres
et sur les événements,
mais qu'elle soit de perdre du pouvoir au profit de l'Esprit Saint.

[1] S. Syméon le Nouveau théologien. Cent. 2,3. Cité par Y. Congar. Je crois en l'Esprit Saint - 1 pp. 136-137.
[2] d'après Ignace de Latakie.

Méditer la Parole

25 mai 2014

Saint-Sacrement, Montréal

Frère Antoine-Emmanuel

 

Frère Antoine-Emmanuel

Lectures bibliques

Actes 8,5-8.14-17

Psaume 65

1 Pierre 3,15-18

Jean 14,15-21