6e Dimanche de Pâques B 

« La communauté, lieu du pardon et de la fête. »
C’est par ces mots que Jean Vanier a pu définir le visage d’une communauté chrétienne. Mystère d’Amour où peuvent se vivre tout à la fois le pardon et la fête.
La communauté, c’est notre lieu d’humanité, c’est notre lieu de croissance.
La communauté, c’est cette famille dans laquelle nous avons vu le jour,
c’est cette famille que certains ont pu fonder,
c’est cette communauté où certains se sont engagés,
c’est cette fraternité que certains ont choisi de tisser,
ce sont ces amitiés que plusieurs ont choisi d’honorer.
La communauté, c’est au fond ce lieu de résonnance de l’Amour
où se mélangent peu à peu les mélodies de nos existences.
Ce sont ces lieux de consonance et de dissonance
qui sont appelés à composer un hymne à la Charité.
Ce sont ces polyphonies mêlées de cacophonie
qui s’acheminent pas à pas au rythme de l’Esprit vers une symphonie.
« Une communauté ce n’est pas seulement un groupe de personnes qui vivent ensemble
et qui s’aiment, écrit Jean Vanier,
C’est un lieu de résurrection, un courant de vie : un cœur, une âme, un esprit.
Ce sont des personnes très différentes les unes des autres qui s’aiment, (…)
qui célèbrent le même amour.
De là vient cette atmosphère particulière de joie et d’accueil
qui caractérise la vraie communauté. »
La vraie communauté est finalement ce Cénacle que Dieu vient visiter
pour en faire une demeure de l’Esprit.
À quelques jours de la Pentecôte, frères et sœurs,
le Seigneur vient visiter nos communautés,
il s’invite dans nos familles, dans nos fraternités, dans nos rassemblements
pour nous préparer à l’effusion de son Esprit
et pour nous prédisposer à sa mission.
Et pour cela, en ce dimanche de l’expansion missionnaire,
il vient nous façonner aux sources de l’Amour.
Il vient visiter nos communautés pour en faire des demeures de l’Esprit Saint.
Il vient les transformer pour en faire des lieux de joie,
un espace de liberté et un lieu de fécondité.
Par la bouche de l’évangéliste,
il nous fait redécouvrir la beauté de nos vies communautaires.
Alors frères et sœurs, laissons-nous visiter,
laissons-nous émerveiller et interpeler par cette œuvre de Dieu dans nos communautés.

***

Si la communauté est une demeure de l’Esprit Saint,
alors elle devient progressivement le lieu de la joie de Dieu.
Dans nos vies souvent chargées et trépidantes,
il nous faut découvrir ce mouvement allègre et fondamental de la joie.
C’est la joie de l’Amour, c’est la joie de Dieu,
c’est la joie de reconnaitre que nous sommes aimés tels que nous sommes,
c’est la joie de communier avec Dieu.
 « Demeurez dans mon amour,  nous dit Jésus.
Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour »
« Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite. »
La joie de l’Amour, c’est la joie de vivre avec Dieu,
c’est la joie de tout disciple qui vit en communion avec Dieu.
« Le véritable missionnaire, qui ne cesse jamais d’être disciple,
sait que Jésus marche avec lui, parle avec lui, respire avec lui, travaille avec lui. »
nous rappelle le pape François.
C’est dans cette présence à Dieu que se fonde notre enthousiasme
pour aimer et vouloir aimer lorsque c’est plus difficile.
L’Amour ainsi vécu en communion avec Dieu donne sens et joie à nos communautés.
« Si quelqu’un ne découvre pas (Jésus) présent au cœur même de la tâche missionnaire,
il perd aussitôt l’enthousiasme et doute de ce qu’il transmet ».
Il perd la joie d’aimer, il perd la joie de vivre.
C’est donc dans la prière et dans l’adoration
que nous trouverons le sens et la joie pour nos vies communautaire.


La joie de l’Amour, c’est aussi la joie de vivre avec des frères sous le regard de Dieu.  
C’est la joie d’un amour simple et vrai qui recherche la Vérité.
C’est la joie du pardon qui nous rétablit dans la fraternité.
Dès lors la communauté est bien ce lieu du pardon et de la fête,
elle est ce lieu que le Seigneur cultive pour nous convertir à sa Joie.
Saint Jean nous le redit :
« Ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, mais c’est lui qui nous a aimés,
 et il a envoyé son Fils en sacrifice de pardon pour nos péchés. »
Dans le pardon, « le Seigneur exulte de joie pour toi,
il te renouvelle par son Amour, il danse pour toi avec des cris de joie comme au jour de fête »

Frères et sœurs, que nous communautés éveille en nous la joie de Dieu,
qu’elles sèment cette joie de l’esprit dans le cœur de nos contemporains
ainsi le monde connaitra l’Amour que Dieu lui donne.

***

Si la communauté est une demeure de l’Esprit,
elle est aussi le lieu de la liberté dans l’Amour,
c’est le lieu de l’amitié partagée.
Dans nos relations souvent multiples et superficielles,
à travers ce commandement de l’Amour, nous pouvons redécouvrir le sens de l’Amitié.
Nous pouvons redécouvrir le sens profond de la Fraternité
qui nous rassemble en un seul cœur.
Le Christ nous le redit en ce jour :
« Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis »
L’Amitié révélée en Jésus Christ est un chemin de liberté dans l’Amour.
Devenir libre dans l’Amour, c’est accueillir le Christ comme un Ami, comme un frère.
C’est accepter cette Amitié profonde avec le Christ afin qu’il libère en nous son Amour.
« Je ne vous appelle plus serviteurs, nous dit Jésus,
car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; je vous appelle mes amis,
car tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître. »
Désormais dans le Christ, nous ne sommes plus esclaves mais fils,
nous ne sommes plus serviteurs, mais nous devenons amis.
Nous sommes faits amis de Dieu.
L’Amitié avec le Christ, c’est le mystère d’un abaissement,
c’est le don total du Maître et Seigneur qui s’est fait pour nous serviteur
afin que nous devenions ses amis,
afin que nous devenions libres pour aimer le Père et les frères en acte et en vérité.


Sur ce chemin de liberté dans l’Amour, le Seigneur nous enseigne aussi l’amitié fraternelle.
Avec pédagogie, notre Dieu ami des hommes
nous envoie parfois des hommes amis de Dieu.
C’est la grâce de l’amitié.
Le Seigneur met parfois sur notre route
des hommes et des femmes capables de nous faire grandir dans l’Amour libre.
À force de douceur, il nous fait passer de l’Amour qui donne
à l’amour qui se donne librement.
Il nous montre concrètement « qu’il n’y a pas de plus grand amour
que de donner sa vie pour ses amis »
et il nous invite à faire de chaque frère un ami.
L’amitié, au-delà du sentiment est un service de liberté dans l’Amour.
L’amitié dans nos communautés, dans nos familles est cette semence de liberté et d’éternité qu’il nous faut cultiver avec soin.
C’est par elle que nous apprenons à nous connaître et à nous aimer en vérité.
C’est par elle que nos communautés seront des demeures de liberté et de responsabilité.
C’est en elle que nous apprenons à nous engager dans l’Amour.

***

Si la communauté est une demeure de l’Esprit elle est enfin
le lieu de notre croissance dans l’Amour.
C’est le lieu que le Seigneur a choisi pour nous faire porter du fruit.
C’est le lieu que le Seigneur nous offre pour faire fructifier par Lui l’Amour dans le monde.  Ce sont ces frères et sœurs, ce conjoint,
ces enfants, ces parents que le Seigneur nous a donnés
pour aimer en acte et en vérité.
Ce n’est pas nous qui choisissons d’aimer,
c’est l’Amour qui nous choisit pour œuvrer, pour porter du fruit dans nos lieux de vie.
L’Amour nous choisit, l’Amour nous établit en communauté
« Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, nous dit Jésus, c’est moi qui vous ai choisis et établis. »
Ce n’est pas nous qui avons choisi l’Amour,
mais c’est l’Amour de Dieu qui nous a choisis, qui nous a établis, enracinés en lui,
afin que nous allions, afin que nous portions du fruit, et que notre fruit demeure.
En communauté, on ne se choisit pas, on se reçoit de Dieu les uns des autres,
on se reconnait frères. Mais l’Amour va plus loin.
Lorsque le Christ nous choisit par Amour, il nous engage aussi pour l’Amour.
Il nous envoie en mission afin que notre Amour reçu soit désormais partagé avec le monde. La mission que nous partageons est cette résonance de l’Amour
de sorte que chacun de nous se trouve engagé dans le jeu d’une symphonie.
Et comme un orchestre dont le chef est le Christ,
nous pouvons découvrir émerveillé dans le partage des consonances et des dissonances
cet hymne à la Charité.
Cette résonnance aux couleurs multiples,
c’est l’hymne à la joie du Père,
c’est la voix du Verbe dans son Église,
c’est le souffle de l’Esprit dans nos vies et dans nos communautés.
C’est l’expression des différents ministères au service de l’Église.
C’est le début de l’expansion missionnaire.
Ainsi la communauté devient elle le berceau de la mission.
C’est en elle que sont portés et engendrés les œuvres d’Amour.
Ainsi nos communautés doivent-elles devenir missionnaires et disponibles à cet Amour en expansion.

***

 « Tout ce que vous demanderez au Père en mon nom,
il vous le donnera » nous dit Jésus.
Frères et sœurs, en ces jours qui vont nous conduire à la fête de Pentecôte,
demandons au Seigneur de venir visiter nos familles, nos communautés
afin que nous sachons en faire des demeures de l’Esprit.
Par l’intercession de Marie, demandons la grâce d’accueillir l’Esprit.
Demandons au Seigneur de faire de nos communautés
des lieux de joie et de liberté afin que nous puissions grandir dans l’Amour.
Demandons au Seigneur que son Amour résonne toujours plus dans nos cœurs
et qu’il se déploie toujours plus largement et fidèlement dans nos communautés.
Demandons au Seigneur qu’il nous guide ensemble sur le chemin de la mission
afin que son Amour se répande dans le monde et porte un fruit de vie.

Méditer la Parole

10 mai 2015

Saint-Gervais, Paris

Frère Charles

 

Frère Charles

Lectures bibliques

Actes 10,25-48

Psaume 97

1 Jean 4,7-10

Jean 15,9-17

Écouter l'homélie

Player mp3