28e dimanche du Temps Ordinaire - B

 Discerner l'appel de Dieu

 Nous pourrions être tenté de croire que le discernement spirituel est un peu comparable 

à une sorte de grand jeu où il s'agit de résoudre des énigmes 

et trouver les bonnes réponses aux questions.

La rencontre de Jésus avec l'homme riche nous dirige dans une toute autre direction !


L'homme est riche.

C'est tout ce que nous savons de lui, car l'évangile ne nous dit ni d'où il vient,

ni ses origines, ni son nom...

C'est donc probablement que cette rencontre concerne toute la famille humaine.

Cet homme riche, c'est vous, c'est moi.


On ne sait pas non plus de quoi il est riche, ni le montant de sa fortune.

Car on peut être riche en possédant peu.

La richesse, ici, est d'abord une posture, une attitude devant la vie.


L'homme est riche, mais il reste insatisfait.

Il n'est pas comblé.

Dans sa posture de riche, il recherche donc à posséder encore :

il demande à Jésus d'avoir aussi la vie éternelle en héritage.


Notons bien que l'homme a déjà avancé son discernement :

il a mis sa vie en ordre, en suivant les commandements de la Loi.

Manifestement c'est un homme droit et fidèle.

De plus, il sait reconnaître que son cœur reste encore pauvre, malgré ses richesses.

Enfin, il sait aussi voir en Jésus un maître, 

c'est-à-dire quelqu'un qui pourra lui apporter une sagesse qui lui manque.


Notons aussi qu'il semble motivé :

il accourt vers Jésus et il tombe à ses genoux.

Il engage toute son énergie dans sa recherche.


Mais malgré tout cela, la rencontre se termine par un échec !

L'homme devient sombre et s'en va tout triste...


Comme se fait-il que Jésus, 

qui par ailleurs est si habile à retourner les cœurs, même ceux des pécheurs les plus endurcis,

n'ai pas réussi à ramener à lui un homme plein de bonnes dispositions

et, qui plus est, a fait le premier pas vers lui ?


On comprend le désarroi des disciples qui assistent à la scène,

et leur question : Mais alors, qui peut être sauvé ?

Et si on comprend que cet homme, ça peut être vous et moi,

on peut se prendre à avoir peur, en se demandant à juste titre 

si on ne serait pas nous aussi de ceux qui sont capables de s'éloigner de Jésus, tout tristes...


Que s'est-il passé qui aboutisse à cet échec ?

Cet homme, en fait, est un malade qui s'ignore. Et cette maladie est mortelle !


Sa maladie ne se situe pas dans le fait de disposer de richesses,

mais dans l'acte de posséder.

Son rapport à la vie consiste à posséder.

Et même quand il recherche la vie éternelle, il demande :

Que dois-je faire pour avoir la vie éternelle en héritage ?


La réponse de Jésus, c'est qu'il est impossible pour l'homme de faire quoi que ce soit

pour entrer dans la Royaume de Dieu.

On ne possède pas Dieu, 

on ne se l'approprie pas à la manière du riche qui cherche à en disposer.


On peut dès lors comprendre l'invitation de Jésus à cet homme :

Une seule chose te manque : va, vends ce que tu as et donne-le,

Puis viens, suis-moi.

Une seule chose te manque : c'est d'être pauvre,

c'est d'être un mendiant,

c'est d'être un homme qui accepte d'avoir besoin, de dépendre, de rester les mains vides.


Va, vends ce que tu as et donne-le !

Dépossède-toi. 

Jusque-là, tu cherchais la vie en accaparant ;

maintenant, ce que tu as à faire, c'est de défaire 

pour apprendre à recevoir et non plus à prendre...


Car le Royaume de Dieu ne peut que se recevoir,

la vie éternelle ne s'accueille qu'à la manière d'une cadeau,

Dieu ne se donne que dans la pure gratuité.


Dès lors que tu entres dans cet accueil à la manière d'un pauvre,

alors tu seras riche. 

Mais cette richesse n'est pas possédée.

Elle n'est pas due, encore moins conquise.

C'est la richesse du petit qui dispose de tout sans rien posséder :

Tout ce qui est à moi est à toi, nous dit Dieu.

Et Jésus appelle alors ses disciples : Mes enfants !


Alors viens, suis-moi !

Une fois que tu acceptes de rester pauvre et petit,

alors tu peux me suivre.

Alors tu peux vivre de ce regard d'amour que je pose sur toi.


Quitter, en soi, n'a pas de valeur.

Mais quitter tout par amour pour Jésus,

quitter la possession des biens par amour pour celui qui nous donne tout,

voilà qui est l'acte de discernement le plus sage et le plus éclairé.


Pour nous, aujourd'hui, nous ne pouvons pas suivre Jésus physiquement,

comme les disciples l'ont fait durant sa vie dans la chair.

Mais il nous reste sa Parole.

Cette Parole qui ne cesse de nous attirer à lui,

de nous appeler avec autorité :

Une seule chose te manque : va, dépossède-toi de tes richesses et fais-toi pauvre,

c'est à dire libre.

Puis viens, suis-moi !  


L'auteur de la lettre aux Hébreux, dans la deuxième lecture,

nous rappelle à sa manière que rien n'est impossible à la Parole de Dieu !

Cette Parole est énergique et elle tranche :

elle a en elle la puissance pour nous déposséder,

pour nous libérer de ces attachements qui nous tiennent comme on enchaîne un esclave.

Elle va jusqu'au point de partage de l'âme et de l'esprit,

c'est-à-dire en ce point où s'articulent en nous les attaches affectives et l'appel de Dieu,

et là, elle juge des intentions et des pensées du cœur.

Là, elle dévoile en nous les vrais désirs,

nous permettant de choisir le désir qui nous rendra vraiment heureux.


Notre vie est trop précieuse 

pour que nous la laissions sombrer dans la tristesse d'une fausse route.

Il nous faut prendre les moyens d'un authentique discernement,

mettre au jour ce qui nous rendra vraiment heureux et libre.


Jésus est venu pour nous libérer.

Et sa Parole nous est donnée pour qu'elle dénoue en nos vies les attachements trompeurs.

Nul n'entrera dans le royaume de Dieu qu'en pauvre et en mendiant.

Mais nul ne quittera ses richesses par amour du Christ

sans recevoir l'abondance d'une vie renouvelée,

ouverte sur des relations nouvelles avec soi, avec le monde et les autres, avec Dieu.

Là est le début de la vie éternelle.

 

Méditer la Parole

11 octobre 2015

Sainte Marie-Madeleine, Vézelay

Frère Grégoire

 

Frère Grégoire

Lectures bibliques

Sagesse 7,7-11

Psaume 89

Hbreux 4,12-13

Marc 10,17-30