Fiat Lux - Le ciel

09-11-2008

Imprimer

«À voir ton ciel ouvrage de tes doigts,
la lune et les étoiles que tu fixas» (Ps 8,4).

Deux jours la tête dans les étoiles à contempler la splendeur de la création et à nous émerveiller de la beauté et des mystères de la voûte céleste ! Le dernier week-end «Fiat Lux» (8-9 novembre) qui se déroulait à Vézelay, nous a emmenés bien au-delà de l’atmosphère terrestre pour y découvrir le ciel...

 

Frère Charles-Marie a introduit ce week-end en nous faisant voyager dans le monde de la cosmologie biblique… ou comment l’homme de l’ancien testament imaginait le ciel qui l’entourait : de la mythologie égyptienne aux Babyloniens imaginant un ciel peuplé d’objets divins, vers la révolution monothéiste où il n’y a qu’un seul Dieu créateur du ciel et de la terre, et où l’homme n’est plus soumis à la création mais désormais invité avec toute la cour céleste à chanter la gloire de Dieu ! Le ciel, demeure de Dieu qui visite son peuple : tout le cosmos a alors pour vocation d’être récapitulé dans le Christ. Notre frère soulignait ainsi la vision liturgique du ciel dans un monde créé à la gloire de Dieu et où l’homme est chantre pour louer son Seigneur, son Créateur.

 

C’est ensuite Géraud des Courtils qui a pris le relais pour nous faire visiter le système solaire… des millions de kilomètres parcourus, d’une planète à l’autre, de galaxies en galaxies, en entrant dans le mystère de la naissance et de la mort des étoiles. Un magnifique voyage haut en couleur (eh oui, le ciel est un univers coloré !! les gaz présents émettant des couleurs spécifiques…), nous avons plongé dans cet univers infiniment grand du ciel qui nous invite à regarder le passé : la lumière émise par cette multitude d’étoiles mettant un certains temps pour arriver jusqu’à nous (temps différents pour chaque étoile en fonction de son éloignement !). C’est ainsi que nous voyons l’étoile la plus proche telle qu’elle brillait il y a quatre jours, et d’autres telles qu’elles étaient il y a plusieurs milliards d’années ! Voyage vertigineux dans l’infiniment grand où nous découvrons tout à la fois notre petitesse et notre merveilleuse unicité !

 

Nous avons aussi eu l’occasion de parfaire notre parcours d’astronomes amateurs par une observation nocturne depuis la terrasse de la basilique samedi soir. Des espaces immenses, des temps infinis, des couleurs chatoyantes… un monde nouveau qui donne le vertige et suscite l’émerveillement ! Un hymne à la création !


«Alléluia louez-le soleil et lune, tous les astres de lumière, louez-le cieux des cieux et les eaux par-dessus les cieux» (Ps 148, 3-4).

 


Facebook Google Twitter