Montréal - Professions monastiques

03-04-2013

Imprimer

Vœux de la nouvelle année…

La fête du Baptême du Christ fut pour nous cette année une plongée dans le mystère de la consécration. Consécration baptismale, eucharistique et monastique… tout se tient et fait écho pour une amplitude de sens.  «Le moine n’est rien d’autre qu’un chrétien intégral», dit notre Livre de Vie, et deux de nos sœurs ont confessé publiquement leur décision de vivre la grâce de leur baptême. Arrivant au terme de son noviciat, sœur Arlette a prononcé ses vœux  temporaires, tandis que sœur Susannah, entrée à Florence, passée par Paris, s’enracinait pour toujours dans le cœur de Dieu et recevait le nouveau nom de Susannah Miriam.

Voir le reportage photos (© FMJ)

 

Venant d’horizons très différents – la Guinée et les États-Unis – , mais unies déjà par le même baptême, la même foi et le même appel, voici nos deux sœurs réunies en «Jérusalem où tout ensemble fait corps» (Psaume 121), consacrées en Église, signes de la fraternité universelle à laquelle nous sommes tous appelés en Christ. Dans son homélie, monseigneur Thomas Dowd, évêque auxiliaire de Montréal, nous invitait à développer le don de notre baptême, «le potentiel d'être enfant de Dieu», ce qu’il appelait «le troisième ADN». Il ajoutait : «Certains, pour le développer, cherchent un environnement porteur, ils entrent au monastère ! C'est un environnement favorable pour vivre la prière, la charité fraternelle, la confiance, l'espérance. Voilà le but de la vie monastique : développer ce troisième ADN en nous», vivre pleinement cette dimension filiale, vivre pleinement de cette filiation divine…Tout un programme de vie, spécialement en cette année de la foi !

Sœur Violaine était bien évidemment là pour l’occasion, comme il se doit –  et ce fut une grande joie de profiter ainsi de sa présence et de partager avec elle la réalité simple et belle de notre quotidien montréalais. Mais nous avions également la joie d’accueillir sœur Rachel, de Paris, ambassadrice fraternelle de toutes nos communautés d’Europe. Sa présence fut un signe fraternel fort qui nous a fait toucher du doigt la profondeur du lien qui nous unit en Dieu de par cet appel commun. Jérusalem où tout ensemble fait corps… Nous espérons donc que cette initiative deviendra vite une tradition !

 


Facebook Google Twitter