Les 40 ans de Jérusalem à Paris

14-11-2015

Imprimer

Merci ! 40 fois plus…

Nous avions voulu ce week-end d'anniversaire à l'image de notre communauté, qu'il dise qui nous sommes, ce que nous vivons et ce que nous avons de plus beau à partager, et vous le partager largement. En rétrospective, quelques éclats de ce que nous avons vécu, en résonance avec notre Livre de Vie, pour un immense MERCI.

Voir le reportage photos (© FMJ, M.-F. Malheu)

Aime

Joie de voir réunis les fidèles qui assistent aux liturgies quotidiennes, les membres des diverses Fraternités laïques, de nos familles, mais aussi des anciens venus après 20 ans, 30 ans, nous manifester leur amitié toujours fidèle, des téléspectateurs de KTO assistant, pour une fois, «en vrai» aux offices... Merci pour votre amitié, elle nous est précieuse. Elle vous sera rendue non pas 40 fois plus, mais au centuple !

Prie


Joie de nous tourner avec vous et dans l’action de grâce vers le Donateur de tout, par des liturgies amples et joyeuses qui nous ont permit d’entendre des textes lus lors des premiers offices et l’homélie qu’avait donnée à la Toussaint 1975 frère Pierre-Marie, et de chanter en toutes les langues exprimant la diversité des fondations et surtout l’universalité de Jérusalem.

 

Premières vêpres de Toussaint où résonnait déjà l’appel universel à la sainteté ; vigiles construites autour de la symbolique du chiffre 40 ; laudes conclues par un Te Deum ; messe solennelle présidée par le Cardinal André Vingt-Trois, dans une église comble ; vêpres enfin, présidées par Mgr Stanislas Lalanne, ancien évêque de Coutances – et donc du Mont-Saint-Michel –, auxquelles participait fraternellement Mgr Job de Telmessos, exarque du Patriarcat de Constantinople : ces deux jours étaient baignés dans la lumière et l’encens de la louange ! Merci pour votre prière et votre fidélité qui soutiennent les nôtres. Cela vous sera rendu non pas 40 fois plus, mais bien au centuple !

Travail

Joie de réfléchir, méditer, s'enrichir autour du thème «Tous frères» lors la rencontre du samedi. Elle réunissait en une première table ronde : Gildas Labey, professeur de philosophie, sr Anne Lécu, o.p., théologienne et médecin de prison, Marc Lebret, président de «Carrefour des mondes et des cultures», et Catherine Vieu-Charier, adjointe à la Maire de Paris, qui se sont employés à définir la notion de fraternité dans les champs de la philosophie, de la théologie, du dialogue interreligieux et de la société civile.

 

Puis un entretien permettait d’apprécier la générosité enthousiaste de Guy Aurenche, président du CCFD, rappelant comme sont liées foi en Dieu et foi en l’homme. Avant qu’une seconde table ronde ne rassemble des témoins vivant la fraternité au quotidien, la fraternité «en travail» : dans les Fraternités Monastiques (frère Charles), les Fraternités Évangéliques de Jérusalem (Françoise Balitrand), au bureau d’accueil de l’église (Patrick Havard-Duclos), au Secours populaire (Jacqueline Chelhani), dans la Fraternité du Bon Larron qui s’occupe de détenus et de sortis de prison (Aude Siméon), à l’APA qui fait vivre en colocation jeunes professionnels et sortis de la rue (Timothée Kleinpoort), et enfin à l’Arche dont on connaît les foyers où vivent bénévoles et handicapés (Yves Maigne). Une après-midi qui donnait à aborder, à toucher le poids de l’humanité et la façon dont Dieu, inconnu ou nommé, y est présent, lui, «le Verbe fait frère» (Christian de Chergé). Merci pour le temps offert, merci pour ce que vous nous avez donné «à penser et à aimer». Cela vous sera rendu non pas 40 fois plus, mais bien au centuple !

Silence

Joie d'entrer avec vous dans le mystère du silence et d'un Dieu qui se donne dans le murmure d'une brise légère. Dimanche après les laudes, malgré l’heure matinale, nous étions plus de 120 à nous livrer à cet exercice éminemment monastique qu’est la lectio divina, la lecture goûtée, savourée et ici partagée de la Parole de Dieu. Par petits groupes, nous avons lu et prié la parabole du bon Samaritain (Lc 10,25-37), en notant le déplacement qu’opère Jésus : partant de la question initiale «Qui est mon prochain ?», il nous invite à nous interroger : «Qui s’est montré le prochain ?». De quoi poursuivre la réflexion initiée la veille : «De qui suis-je le frère (la sœur) ?»

 

L’après-midi, commencée superbement en musique grâce à deux violoncelles (Marcel Bardon et frère Florian) et une flûte (sœur Marie-Gabrielle), se poursuivait par la contemplation d’un «opéra d’images» dû à notre ami Jean-Michel Mahenc. La musique du désert et le chant de la ville. Magnifiques diapositives du désert prises par frère Pierre-Marie, pendant les mois passés à l’Assekrem, et photos des liturgies se déployaient et prenaient vie sur un triple écran géant, tandis que des textes de frère Pierre-Marie rappelaient la spiritualité du désert, la découverte de l’appel à prier dans les villes et l’accord du Cardinal Marty, l’invention progressive d’une vie monastique au cœur de la cité... Tout l’itinéraire spirituel de notre fondateur, bellement évoqué par la musique et l’image, jusqu’aux derniers jours dans la paix de Magdala.

 

C’est tout naturellement que les images laissaient alors place à la réalité la plus réelle : celle du Corps du Christ, exposé pour l’adoration. Et, dans l’obscurité rendue à la nef, tous, en un lent cortège, nous pouvions marcher vers l’unique source de lumière, l’hostie  sur le maître-autel, et y déposer une petite lumière, symbole de notre présence dans ce grand Corps du Christ qu’est l’Église et de notre reconnaissance pour ces quarante années en «Jérusalem» et toutes celles encore à vivre. Merci d'être entrés avec nous dans ce mystère du silence où l'on contemple Dieu qui se donne. Merci de nous accompagner sur ce chemin d'intériorité. Tout cela vous sera rendu non pas 40 fois plus, mais bien au centuple !

Accueil

Doit-on vous l'avouer ? Nous avons craint un moment d’être un peu débordés par l’affluence mais, grâce au dévouement de tous les «serviteurs» bénévoles qui se chargeaient de toutes les tâches matérielles, tout se déroula sans anicroches, et même dans une harmonie et une paix tangibles. Grâce à la générosité de donateurs et d’un maître d’œuvre attentif aux moindres détails, un buffet aussi beau que succulent put même être offert, dimanche après la messe, à tous ceux qui étaient là, bien au-delà des 350 personnes prévues initialement... Que ces amis aussi généreux qu'efficaces et discrets en soient tout particulièrement remerciés. Oui, merci, merci et merci encore ! Cela vous sera rendu non pas 40 fois plus, mais bien au centuple !

Joie

Joie de savoir que toutes ces joies ne sont que les prémisses de joies plus grandes encore !!! Nous voilà repartis pour 40 nouvelles années, et même bien plus, avec vous ! Et sans attendre plus longtemps, nous vous invitons les 28 et 29 mai 2016 au 2ème forum de la Famille de Jérusalem à Paris. Rendez-vous à Magdala pour un temps fraternel et festif. Réservez sans plus tarder votre week-end !


Facebook Google Twitter