Samedi 11 décembre

La joie imprenable

«Ils arriveront à Sion, hurlant de joie ; un bonheur éternel transfigurera leur visage» (Isaïe 35,10). L’Espérance ultime est là. Un jour nous arriverons à Sion hurlant de joie. En cette Jérusalem céleste où Dieu sera pleinement et éternellement tout en tous. Elle attire nos regards, aimante nos vies, oriente nos pas, et déjà éclaire, réjouit, transfigure nos existences.

Notre lectio divina veut nous plonger dans cette grande Espérance, en rejoignant la joie, la formidable joie de Jean-Baptiste. Jean, dans la mouvance du courant essénien de son temps, attendait le Messie qui viendrait comme un Époux. Il reconnaît en Jésus celui qui vient épouser l’humanité. Et toute sa joie, sa toute gratuite joie, sa toute pure joie est là. Il est l’ami de l’Époux. Et il se réjouit de ces Noces, il se réjouit pour l’Époux, pour l’Épouse. Est vraiment ami celui qui se réjouit de l’accomplissement de l’autre. Il y a la joie de l’Épousée ; c’est la joie de l’Église, qui dès maintenant, même à travers les déserts, les épreuves, goûte les prémices de la joie des Noces, la joie de l’Esprit Saint. Mais la joie que Jean-Baptiste nous invite à partager, c’est la joie de l’Ami de l’Époux, la joie de la grande Espérance, la joie de la Jérusalem céleste qui nous attend, la joie de savoir que tous sont promis, la joie pour les autres, la joie pour l’Épouse, la joie pour l’humanité. La joie pour ceux-là mêmes qui ne savent pas, qui ne l’attendent pas, qui ne l’espèrent pas. La joie qui comble. L’imprenable joie.

 

Jean 3,25-29
[25] Il s’éleva alors une discussion entre les disciples de Jean et un Juif à propos de purification : [26] ils vinrent trouver Jean et lui dirent : «Rabbi, celui qui était avec toi de l’autre côté du Jourdain, celui à qui tu as rendu témoignage, le voilà qui baptise et tous viennent à lui !» [27] Jean répondit : «Un homme ne peut rien recevoir, si cela ne lui a été donné du ciel. [28] Vous-mêmes, vous m’êtes témoins que j’ai dit : Je ne suis pas le Christ, mais je suis envoyé devant lui. [29] Qui a l’épouse est l’époux ; mais l’ami de l’époux qui se tient là et qui l’entend, est ravi de joie à la voix de l’époux. Telle est ma joie, et elle est complète. [30] Il faut que lui grandisse et que moi je décroisse.
[31] Celui qui vient d’en haut est au-dessus de tous ; celui qui est de la terre est terrestre et parle en terrestre. Celui qui vient du ciel [32] témoigne de ce qu’il a vu et entendu, et son témoignage, nul ne l’accueille.[33] Qui accueille son témoignage certifie que Dieu est véridique.

 

Seigneur, tu nous as fait le don de l’Espérance, de cette grande Espérance qui nous attend un jour et qui nous accompagne, nous porte, nous éclaire, tous les jours. Nous te rendons grâce. Nous te demandons, puisqu’elle un don de toi, de la faire grandir en nous. Nous te demandons, de faire grandir en nous aussi l’humble joie dont elle est pleine, et de nous donner de la répandre autour de nous, pour indiquer silencieusement à ce monde sa lumineuse destinée.