À l'écoute des Pères

Deux aspects de la foi

De Saint Cyrille de Jérusalem, au IVe s.

Il te faut dire avec les apôtres : «Maître, augmente notre foi» (Lc 17,5), car sans doute tu as quelque petite chose de toi-même, mais de sa part à lui, tu reçois beaucoup.

Le mot «foi» est unique en effet en tant que vocable, mais il a une double signification. Il y a un aspect de la foi qui est dogmatique et qui concerne l’assentiment de l’âme sur telle vérité donnée. Il est utile à l’âme, ainsi que le dit le Maître : «Celui qui écoute mes paroles et croit à celui qui m’a envoyé a la vie éternelle et il échappe au jugement» (Jn 5,24), et encore : «Celui qui croit dans le Fils n’est pas jugé, mais il est passé de la mort à la vie» (ibid.). Ô grandeur de la divine miséricorde ! Les justes, en effet, ont mis de longues années à plaire à Dieu. Or ce que ceux-ci ont acquis, satisfaisant Dieu par de longues années de loyaux services, cela maintenant Jésus t’en favorise en un instant. Car «si tu crois que Jésus Christ est le Seigneur et que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé» (cf. Rm 10,9) et tu seras placé dans le paradis par celui qui y a introduit le larron. Et ne mets pas en doute que ce soit possible, car celui qui a sauvé sur le saint Golgotha le larron devenu croyant en un moment, celui-là même te sauvera quand tu auras cru.

Il y a un second aspect de la foi, celui qui nous vient de la part du Christ à titre purement gracieux : «car à l’un par l’Esprit est donnée une parole de sagesse, à un autre une parole de science selon le même Esprit ; à un troisième la foi dans le même Esprit, à un autre le charisme des guérisons» (1 Co 12,8). Cette foi, celle qui nous est donnée comme une grâce par le Saint-Esprit, n’est donc pas seulement la foi dogmatique, mais elle a la puissance d’accomplir ce qui excède les forces humaines. Celui qui possède cette foi dira à cette montagne : «transporte-toi de ce lieu à cet autre, et elle se transportera» (Mt 17,20). Lorsqu’en effet quelqu’un prononce cette parole selon la foi, en croyant qu’elle va s’accomplir et sans hésitation intérieure, alors il reçoit la grâce. C’est au sujet de cette foi qu’il a été dit : «si vous aviez la foi gros comme un grain de sénevé» (Mc 11,23). De même, en effet, que la graine de sénevé est de petites dimensions mais recèle l’énergie du feu et que, semence minuscule, elle étend de si longs rameaux qu’une fois développée elle peut même abriter les oiseaux ; ainsi la foi, dans l’âme, en un clin d’œil, accomplit les plus grands exploits. Aie donc, pour ce qui dépend de toi, cette foi en Jésus-Christ, afin de recevoir aussi, de lui, celle qui accomplit des œuvres qui dépassent l’homme.

 

Catéchèse baptismale 5,10-11