Étape 2 - Bible en main

Chaque semaine, un parcours biblique vous est proposé qui conduit au dimanche suivant : une courte introduction suivie du texte biblique et d'une prière. Pensez à télécharger la version imprimable, plus pratique pour vivre votre Route de Pâques un peu à distance de l'écran et n'oubliez pas non plus les podcasts !... Sur cette page, les articles «Bible en main» sont publiés jour après jour pendant toute la semaine.

Samedi 27 février

La course de l’espérance

Notre semaine se termine... au pas de course ! C’est l’apôtre Paul qui donne le rythme : nous n’avons plus qu’à suivre ! Et tant pis si nous nous essoufflons un peu en chemin ! Il faut «courir», il faut «saisir», il faut «gagner» : on se croirait vraiment dans un stade ! «Oubliant le chemin parcouru, je vais droit de l’avant, tendu de tout mon être, et je cours vers le but, en vue du prix que Dieu nous appelle à recevoir là-haut, dans le Christ Jésus». C’est dans sa lettre aux Philippiens – dont nous lirons dimanche ce même passage – que Paul use d’une métaphore que l’on pourrait croire exclusivement sportive si elle ne témoignait d’une réelle urgence ressentie. Il ne s’agit pas seulement d’une image sous la plume de Paul. «L’amour du Christ nous presse», écrivait-il aux Corinthiens (2 Corinthiens 5,14). C’est lui qui fera le labeur, pourvu seulement que nous nous en remettions à la «justice de la foi». Avec Paul, gravissons aujourd’hui les dernières marches de l’espérance afin de parvenir au sommet du Thabor, puisqu’il nous est dit que, nous aussi, nous serons transfigurés.

 

Philippiens 3,8-21

[8] Bien plus, désormais je considère tout comme désavantageux à cause de la supériorité de la connaissance du Christ Jésus mon Seigneur. À cause de lui j’ai accepté de tout perdre, je considère tout comme déchets, afin de gagner le Christ, [9] et d’être trouvé en lui, n’ayant plus ma justice à moi, celle qui vient de la Loi, mais la justice par la foi au Christ, celle qui vient de Dieu et s’appuie sur la foi ; [10] le connaître, lui, avec la puissance de sa résurrection et la communion à ses souffrances, lui devenir conforme dans sa mort, [11] afin de parvenir si possible à ressusciter d’entre les morts. [12] Non que je sois déjà au but, ni déjà devenu parfait ; mais je poursuis ma course pour tâcher de saisir, ayant été saisi moi-même par le Christ Jésus. [13] Non, frères, je ne me flatte point d’avoir déjà saisi ; je dis seulement ceci : oubliant le chemin parcouru, je vais droit de l’avant, tendu de tout mon être, [14] et je cours vers le but, en vue du prix que Dieu nous appelle à recevoir là-haut, dans le Christ Jésus. [15] Nous tous qui sommes des «parfaits», c’est ainsi qu’il nous faut penser ; et si, sur quelque point, vous pensez autrement, là encore Dieu vous éclairera. [16] En attendant, quel que soit le point déjà atteint, marchons toujours dans la même ligne. [17] Devenez à l’envi mes imitateurs, frères, et fixez vos regards sur ceux qui se conduisent comme vous en avez en nous un exemple. [18] Car il en est beaucoup, je vous l’ai dit souvent et je le redis aujourd’hui avec larmes, qui se conduisent en ennemis de la croix du Christ : [19] leur fin sera la perdition ; ils ont pour dieu leur ventre et mettent leur gloire dans leur honte ; ils n’apprécient que les choses de la terre. [20] Pour nous, notre cité se trouve dans les cieux, d’où nous attendons ardemment, comme sauveur, le Seigneur Jésus Christ, [21] qui transfigurera notre corps de misère pour le conformer à son corps de gloire, avec cette force qu’il a de pouvoir même se soumettre toutes choses.

 

 

Seigneur, attire-nous à toi. Nous nous présentons devant toi sans forces et sans entraînement, non comme des athlètes mais comme des pauvres, mais nous voulons courir avec toi sur le chemin du ciel. À tous ceux qui font route vers la joie de Pâques, accorde la persévérance et la joie. À tous ceux qui, en toi, renaîtront à la vie d’enfants de Dieu par le baptême, accorde l’espérance et la force. À nous tous, Seigneur, accorde seulement d’être trouvés en toi. Amen.