Player mp3

Vendredi 8 avril - «Est-ce que nous aussi nous sommes aveugles ?» (5:56)


«C’est pour un discernement que je suis venu dans le monde», dit Jésus. Mais ce discernement ressemble à un complet renversement : «pour que ceux qui ne voient pas voient, et que ceux qui voient deviennent aveugles». Un homme aveugle est devenu capable de voir, mais est-ce là un discernement ? N’est-ce pas plutôt une guérison, un rétablissement ? En réalité, comme souvent dans l’évangile de Jean, le geste posé par Jésus devient signe d’une réalité qui le dépasse et lui donne tout son sens. L’homme aveugle est devenu voyant parce que ses yeux se sont ouverts, mais surtout parce qu’il a ainsi confessé sa foi au Fils de l’homme.


«Est-ce que nous aussi nous sommes aveugles ?» La question des pharisiens nous atteint : nous croyons voir et savoir tant de choses... Avons-nous le regard assez pur pour discerner la gloire de Dieu dans nos frères ? Simon le pharisien, lui aussi, croyait bien voir : quand la pécheresse entre chez lui, il voit tout de suite qui est cette femme de mauvaise vie. Mais Jésus l’interroge : «Tu vois cette femme ?»


Sûrement, nous aussi, nous sommes encore un peu aveugles. Nous ne discernons pas très bien nos frères : pour nos yeux qui s’ouvrent peu à peu, ils ressemblent encore à «des arbres qui marchent» (cf. Marc 8,24)... Mais nous avançons avec confiance : «Si vous étiez aveugles, vous n’auriez pas de péché», dit en effet Jésus. Si nous nous reconnaissons aveugles, le Seigneur nous ouvrira les yeux. Il nous suffit de faire confiance à sa lumière qui fera de nous, jour après jour, des fils de lumière.

 

Luc 7,44-48
[44] «Tu vois cette femme ? dit [Jésus] à Simon. Je suis entré dans ta maison, et tu ne m’as pas versé d’eau sur les pieds ; elle, au contraire, m’a arrosé les pieds de ses larmes et les a essuyés avec ses cheveux. [45] Tu ne m’as pas donné de baiser ; elle, au contraire, depuis que je suis entré, n’a cessé de me couvrir les pieds de baisers. [46] Tu n’as pas répandu d’huile sur ma tête ; elle, au contraire, a répandu du parfum sur mes pieds. [47] À cause de cela, je te le dis, ses péchés, ses nombreux péchés, lui sont remis parce qu’elle a montré beaucoup d’amour. Mais celui à qui on remet peu montre peu d’amour.» [48] Puis il dit à la femme : «Tes péchés sont remis».


Seigneur, te laisser guérir nos yeux aveuglés, c’est aller comme l’aveugle nous laver à la fontaine de Siloé. Mais c’est aussi accepter d’entendre ce que tu dis à Simon le pharisien : «tu vois cette femme ?» Tu guéris notre regard en le renouvelant dans la miséricorde que tu nous offres. Nous te présentons aujourd’hui tous ceux que nous ne savons pas regarder, à cause de notre indifférence ou de notre jalousie. Et nous te laissons les regarder, toi le premier, afin de nous tenir en ce regard où la miséricorde ouvre un avenir pour chacun. Témoins des merveilles que tu as accomplies pour cet homme aveugle, nous choisissons aujourd’hui de croire, nous aussi, que les œuvres de Dieu peuvent s’accomplir en tous tes enfants.