Player mp3

Mardi 19 avril - «L'un de vous me livrera» (6:32)


C’est encore une scène d’intimité que nous partageons avec les disciples aujourd’hui. Nous sommes autour de la table avec Jésus et ses disciples. Moment d’intense communion, mêlée d’angoisse cependant car, l’évangéliste nous en avertit, c’est l’heure où «Jésus passe de ce monde à son Père». Les mets circulent, le pain est partagé et soudain le Maître révèle : «L’un de vous me livrera». Stupeur. Effroi. L’un de nous, vraiment ? Nous qui avons marché avec toi sous le soleil de Galilée, nous qui avons été témoins de tant de prodiges et de signes ? Nous qu’un seul regard de ta part a suffi à décider à te suivre ? Seigneur, nous sommes avec toi, nous croyons en toi ! Mais Jésus l’a bien dit, en citant le psaume : «Celui qui mange mon pain a levé contre moi son talon» (Psaume 41,10). Pierre veut savoir qui c’est – pour l’en empêcher peut-être. Un seul a compris ce qu’il faut faire, en cette heure où Jésus accomplit pleinement et définitivement ce pour quoi il est venu, le disciple bien-aimé. L’évangile le décrit «penché sur la poitrine (kolpos) de Jésus», à l’écoute de son cœur. La seule autre fois où ce terme est mentionné dans le quatrième évangile, c’est au chapitre premier, dans ce qu’on appelle le Prologue, pour décrire la proximité du Fils avec le Père : «Nul n’a jamais vu Dieu ; le Fils unique, qui est tourné vers le sein (kolpos) du Père, lui, l’a fait connaître» (Jean 1,18). Jésus va livrer sa vie et nul ne peut s’en dire tout à fait innocent. Mais, malgré nos pauvretés et toutes nos compromissions, il nous attire avec lui dans sa Pâque et, bon berger qui porte sa brebis tout contre son cœur, il nous ramène au Père. C’est ainsi que Dieu est glorifié en lui.

 

Jean 13,21-26
À l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, au cours du repas qu’il prenait avec ses disciples, il fut bouleversé au plus profond de lui-même, et il attesta : «Amen, amen, je vous le dis : l’un de vous me livrera.» Les disciples se regardaient les uns les autres, sans parvenir à comprendre de qui Jésus parlait. Comme il y avait à table, tout contre Jésus, l’un de ses disciples, celui que Jésus aimait, Simon-Pierre lui fait signe de demander à Jésus de qui il veut parler. Le disciple se penche donc sur la poitrine de Jésus et lui dit : «Seigneur, qui est-ce ?» Jésus lui répond : «C’est celui à qui j’offrirai la bouchée que je vais tremper dans le plat.» Il trempe la bouchée, et la donne à Judas, fils de Simon l’Iscariote.


Sois béni, Seigneur, de t’être fait, jusqu’au bout, l’un de nous. Toi le bon berger, tu portes sur ton cœur la brebis perdue qu’est l’humanité. Ne permets pas, Seigneur, que nous soyons séparés de toi ou que nous doutions de ton amour. Toi le pasteur qui livres ta vie pour ton troupeau, pardonne-nous quand nous te trahissons par manque de foi, car nous ne savons pas ce que nous faisons. Maître de la vie, prends pitié de nous !