Player mp3

Mardi 26 avril - «On a enlevé mon Seigneur» (5:17)


Qui a déjà été amoureux comprendra Marie de Magdala, lancée dans une quête éperdue de celui que son cœur aime. Et c’est elle qui a raison. C’est de cet amour qu’il nous faudrait brûler. Mais si elle désire tant ce bien-aimé, c’est que lui l’a désirée le premier. Son Dieu, qui l’a créée, a déposé en elle l’amour dont elle brûle. Mais son désir à elle est mal orienté. Encore maladroit, courbé par le péché qui voudrait posséder, garder pour lui. Et lui, qu’elle appelle «Rabbouni», vient la purifier. Travail de transfiguration qu’il opère pour elle et pour chacune de ses créatures, par son Esprit, par sa grâce, pour nous rendre capables de participer à la vie divine. Passage de «l’homme psychique» à «l’homme spirituel» (1 Corinthiens 2,14). «Je t’ai appelé par ton nom» (Isaïe 45,4) : «Marie !» Notre nom à chacun a été prononcé au jour de notre baptême et nous avons été marqués du «sceau du Seigneur» (Saint Augustin). «Pose-moi comme un sceau sur ton cœur, comme un sceau sur ton bras», soupirait l’amante du Cantique (8,6). Mais qu’avons-nous fait de cette empreinte ? Demandons-lui de raviver en nous ce que nous avons laissé s’enfouir, mais ne cherchons pas cet époux dans l’extraordinaire ou dans le tumulte des sentiments inconstants : il se donne à nous dans la simplicité, au détour des pages de notre Bible, dans les sacrements, dans le visage de nos frères, dans les temples de sa présence que nous sommes. Qu’il nous donne des yeux pour le reconnaître, au-delà de l’absence apparente.

 

Jean 20,11-18
Marie se tenait près du tombeau, au-dehors, tout en pleurs. Or, tout en pleurant, elle se pencha vers l’intérieur du tombeau et elle voit deux anges, en vêtements blancs, assis là où avait reposé le corps de Jésus, l’un à la tête et l’autre aux pieds. Ceux-ci lui disent : «Femme, pourquoi pleures-tu ?» Elle leur dit : «Parce qu’on a enlevé mon Seigneur, et je ne sais pas où on l’a mis.» Ayant dit cela, elle se retourna, et elle voit Jésus qui se tenait là, mais elle ne savait pas que c’était Jésus. Jésus lui dit : «Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ?» Le prenant pour le jardinier, elle lui dit : «Seigneur, si c’est toi qui l’as emporté, dis-moi où tu l’as mis, et je l’enlèverai.» Jésus lui dit : «Marie !» Se retournant, elle lui dit en hébreu : «Rabbouni» – ce qui veut dire : «Maître.» Jésus lui dit : «Ne me touche pas, car je ne suis pas encore monté vers le Père. Mais va trouver mes frères et dis-leur : je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu.» Marie de Magdala vient annoncer aux disciples qu’elle a vu le Seigneur et qu’il lui a dit cela.


Seigneur Jésus, toi qui n’as pas repoussé les marques d’amour que te portait une pécheresse, tu nous vois encore ballottés entre différents désirs, comme à la surface de nous-mêmes. Viens nous faire descendre dans les profondeurs de notre cœur où tu as fait ta demeure et donne-nous d’y puiser la force pour aller annoncer à nos frères et sœurs ce que tu as fait en nous. Pour la merveille de ta résurrection dans nos vies, Seigneur, gloire à toi ! Alleluia !