Routes de Vézelay 2010 - Récit

Imprimer

Saisis par la miséricorde

Le pèlerinage des Routes de Vézelay est devenu depuis quelques années un grand rendez-vous des jeunes chrétiens de 16 à 30 ans. Venus des quatre coins de France, mais aussi de Belgique, de Hollande, de Suisse et d’Allemagne, les 500 pèlerins se sont mis en route du 14 au 16 mai, pour converger vers la colline de Vézelay et la basilique Sainte-Marie-Madeleine, joyau de l'architecture romane et lieu de pèlerinage depuis le XIIe siècle.

Voir le reportage photos sur le site des Routes

 

Chaque année, le pèlerinage est placé sous le signe de l'attente de l'Esprit Saint, entre Ascension et Pentecôte. C'est sans doute ce qui donne à cet évènement un visage d'Église tout particulier : rassemblés à l'initiative de jeunes religieux issus d'une vingtaine de communautés différentes, mais aussi de jeunes prêtres et de séminaristes venus d'une dizaine de diocèses, le ton est à la fête tout autant qu'à la prière, à la joie en même temps qu'à la richesse des rencontres, dans la diversité d'une Église fervente et aux multiples visages.

Pour cette 13e édition, le thème reprenait l'exhortation que Jean-Paul II avait lancée aux jeunes en 2002 :  Il faut faire résonner le message de l'amour Miséricordieux avec une nouvelle vigueur. Le monde a besoin de cet amour.»

Portés par ce désir de devenir des «témoins de la miséricorde», tous ont été accueillis à Vézelay par Mgr Yves Patenôtre, l'archevêque de Sens-Auxerre, qui les a invités d'emblée à une démarche de vérité : «Soyez perméables à la grâce ! Celui qui n'est pas tombé ne sera pas ramassé. La miséricorde de Dieu descend toujours plus bas que ne tombe la misère de l'homme. Dans miséricorde, il y a le mot misère et le mot cœur ; quand la misère rencontre un Cœur, il y a miséricorde !».

Dimanche matin, les jeunes rencontraient Dom Olivier Quénardel, père abbé de Cîteaux, avec une lecture de l'évangile du lavement des pieds (Jn 13, 1-17) : «Le lavement des pieds met l'accent sur l'altérité, le mystère de l'autre, la différence. Pour qu'il y ait l'amour, il faut l'altérité. Se laver les pieds mutuellement, c'est le signe de l'acceptation heureuse de la différence, nécessaire à l'amour» (écouter l'enseignement - 18:00). Il ne restait plus qu'à accomplir le geste : par groupe de douze, les 500 jeunes se sont lavé les pieds les uns aux autres, en se bénissant par l'imposition des mains, dans le silence de l'eau qui coule ! Cette eau, symbole de notre baptême qui nous ouvre à l'amour sans limite (écouter l'introduction au geste du lavement des pieds - 14:37).

Après ce geste fort, une intensité étonnante émanait de la célébration de l'Eucharistie dominicale. D'autant plus que des jeunes volontaires des Missions Étrangères de Paris y étaient envoyés en mission dans des pays comme la Chine, l'Indonésie, Madagascar, la  Malaisie, les Philippines ou Taïwan.

Il fallait que les pèlerins descendent de la montagne et reviennent chacun chez soi... mais plus tout à fait comme ils étaient venus. Bien sûr, on pense déjà à 2011, mais peut être davantage encore à la mission que chacun a reçu de Mgr Patenôtre : «Soyez témoins de la miséricorde ; ça ne sera pas facile, mais demandez la force d'en haut ! Et soyez des hommes libres et enracinés de l'intérieur, des chrétiens qui ont l'exigence d'aller au cœur de la foi.»


Frère Grégoire

Les prochaines Routes : 3-5 juin 2011
http://routesdevezelay.cef.fr


Facebook Google Twitter