Jeunes avec Jérusalem - week-end de rentrée à Rosheim

26-10-2011

Imprimer

Danses d'Israël, passages de l'Évangile mimés, promenade dans les vignes... Le week-end de rentrée de la fraternité des Jeunes avec Jérusalem de Strasbourg fut très «corporel» !

«Glorifiez le Seigneur dans votre corps !» (1 Co 6,20), est la citation biblique qui nous a guidés lors de ces deux journées à Rosheim. Accueillis une nouvelle fois par les chaleureuses Bénédictines du Saint-Sacrement, nous sommes entrés de plain-pied dans le vif du sujet retenu pour cette année : «Le corps».

Voir le reportage photos (© JAJ)

 

Les plus matinaux ont débuté le week-end par l'office de Tierce suivi de la messe avec les sœurs. Puis, des petits groupes ont travaillé sur la perception du corps dans les différentes religions (hindouisme, bouddhisme, judaïsme, islam, christianisme) et plus particulièrement sur le rapport entre le corps et la prière. Lors des comptes rendus de ces recherches, l'après-midi, beaucoup ont été surpris par la proximité de la vision du corps dans les trois religions monothéistes, où le corps est à chaque fois perçu comme une création de Dieu, positive, respectable et admirable.

 

Entre les offices monastiques qui ont rythmé ces journées, nous avons pu goûter à la paix du lieu lors d'un moment de lectio divina, apprécier les enseignements de sr Anne-Catherine et de fr. Joseph sur « les neuf manières de prier de saint Dominique », profiter du témoignage de sœur Marie-Pierre, la prieure de la communauté.

 

«Je veux chanter ton amour, Seigneur, chaque instant de ma vie, danser pour toi en chantant ma joie et glorifier ton nom»... Nous avons mis en pratique ces paroles au cours de la veillée, d'abord grâce aux danses d'Israël, joyeusement entraînantes, puis, de façon plus recueillie, en mimant certains passages de l'Évangile, relatant notamment des guérisons.

 

Cette thématique du corps nous permet d'une part de comprendre l'importance de notre propre corps, en tant que temple de l'Esprit, mais aussi, d'autre part, d'entrer petit à petit plus profondément dans le Mystère de l'Incarnation. «Voyez mes mains et mes pieds : c'est bien moi ! Touchez-moi, regardez : un esprit n'a pas de chair ni d'os, et vous constatez que j'en ai» (Lc 24,39).

 


Facebook Google Twitter