Ossun - Camp jeunes à Lourdes

18-07-2009

Imprimer

Cinquante jeunes de douze à dix-huit ans ont rejoint cette année avec nous le camp qui s'est déroulé à Lourdes du 10 au 14 juillet, dans le cadre de la session de la Communauté des Béatitudes. En cette «Année Bernadette» à Lourdes, le thème retenu était une phrase de Bernadette : «Elle me regardait comme une personne regarde une autre personne».

Voir le reportage photos (© FAJ)

 

Nous nous sommes retrouvés le vendredi matin au village des jeunes à Lourdes, où frère David-Marie et sœur Claudia ont introduit le groupe à la session, sous un beau soleil qui ne nous a pas fait défaut pendant toute la durée du séjour. Les tentes ont rapidement été montées, puis l'après-midi a été consacré à un grand jeu «chasse au trésor» dans la nature, au pied du Mont Béout, avant de nous retrouver pour un temps d'oraison et la célébration de l'eucharistie dans la «Bergerie» de la Cité Saint Pierre. Nous avons rejoint le rassemblement des Béatitudes le soir pour assister à une «Comédie musicale» sur Bernadette.

 

Le samedi, nous avons rejoint les jeunes de la session sous le chapiteau de la prairie du sanctuaire pour des temps de louanges et de témoignages, en particulier ceux des garçons de la Communauté du Cenacolo et de sœur Elvira, fondatrice de cette communauté qui permet à des jeunes qui ont vécu différentes formes de dépendance de se reconstruire et de retrouver confiance en eux et dans les autres, à partir d'une vie communautaire très fraternelle et d'une vie de foi partagée. Les prêtres ont été disponibles et très sollicités pour des confessions cet après-midi-là... mais aussi les jours suivants ! Un grand jeu a été proposé l'après-midi, pendant que d'autres participaient à l'activité «danses d'Israël» et que d'autres faisaient une bonne sieste à l'ombre des arbres. Le soir, nous avons eu une messe «pascale» suivie d'un temps d'adoration.

 

La journée du dimanche, nous sommes partis en pèlerinage à Bartrès «sur les pas de Bernadette». Nous avons célébré l'eucharistie en plein air, près de la «Bergerie». Puis, après le pique-nique a commencé le «grand jeu» dont l'organisation avait été confiée aux frères et sœurs d'Ossun. Ce grand jeu qui faisait participer les 170 jeunes de la session était constitué de deux parties : une «eau-lympiade» avec différents défis aquatiques adaptés à la température extérieure caniculaire : «splash-ball», «lancelôt», «aqua-planche», «conserve-à-l'eau»... puis un «parcours Bernadette» comportant cinq étapes avec des questions, charades et autres activités ludiques permettant de mieux connaître la vie de la sainte. Nous ne pouvons taire combien la communauté qui a conçu l'ensemble de ce gand jeu s'en est donné à cœur joie pendant les dix jours qui ont précédé le camp. C'était un véritable «pré-camp» pour les frères et sœurs d'Ossun, qui a été marqué par beaucoup de rires : rythmé d'abord par la conception des jeux, puis par le test de chacun d'eux pendant nos «récréations» sur la prairie du presbytère afin de les perfectionner puis d'adopter les stratégies nécessaires pour pouvoir bénéficier de réservoirs d'eau inépuisables et disposer de trois cents ballons remplis d'eau !

 

Lundi matin, les jeunes ont pu entendre le témoignage de Monseigneur Le Gall, archevêque de Toulouse venu nous rencontrer, qui a ensuite célébré l'eucharistie avec nous. L'après-midi était consacré aux répétitions pour la veillée «Magnificat», animée par les jeunes pour la session des adultes. Notre groupe avait pour mission de mimer la scène de la Visitation. D'autres se sont davantage investis dans des danses ou des chants. Tous ont pu vivre une expérience forte de prière d'intercession pour les adultes qui le demandaient.

 

Mardi a eu lieu «l'envoi en mission» présenté comme une vraie chance  par l'animateur du camp jeunes, comme la possibilité de grandir sous l'action de l'Esprit Saint, non plus tourné vers soi mais vers l'autre : «Se trouve-t-il chez toi un pauvre, d'entre tes frères, dans la ville de ton pays que le Seigneur ton Dieu t'a donné ? Tu n'endurciras pas ton cœur ni ne fermeras ta main à ton frère pauvre, mais tu lui ouvriras ta main et tu lui prêteras ce qui lui manque» (Dt 15,7-8).

 

Sylvie


Facebook Google Twitter