Questions à frère Pierre-Marie

Une communauté nouvelle ?

PDFImprimerEnvoyer

Vous êtes ce qu'on peut appeler une «communauté nouvelle». Comment vous situez-vous par rapport à la grande tradition de l'Église, en particulier concernant le monachisme, et en quoi innovez-vous ?

Nous essayons de nous situer au carrefour de ces deux routes profondément inscrites dans l’Évangile : un appel à tout donner, à perdre sa vie, comme dit le Christ ; mais aussi un appel à aller de l’avant, à rester ouvert, inventif, créatif.

Il faut donc s’enraciner sur des valeurs solides anciennes, ancrées sur une bonne «tradition», ce qui n’a rien à voir avec le traditionalisme ! Mais vivre ces mêmes valeurs de façon à répondre aux vrais besoins de l’Église d’aujourd’hui et du monde de ce temps. Très concrètement, nous professons les trois vœux de chasteté, pauvreté, obéissance ; nous nous vouons à la prière, au partage intégral d’une vie fraternelle ; nous portons un habit religieux, prenons nos repas en silence, avons nos longs temps de solitude en cellule… Et nos deux Instituts de frères et de sœurs restent autonomes au niveau du logement et du gouvernement. Nous n’avons ni télévision, ni sorties au théâtre ou au cinéma… Et on s’en passe fort bien !

Mais, en même temps, nous vivons sans clôture murale, au rythme de la ville, y travaillant à mi-temps, pour y gagner notre vie, de façon à la fois solidaire et, aussi, un peu contestataire. Ainsi sommes-nous citadins, salariés, locataires et sans propriété privée, pas plus au niveau personnel que communautaire. Nous chantons nos liturgies en commun, frères et sœurs, dans la polyphonie des voix, et en nous ouvrant aux richesses tant de l’Orient que de l’Occident chrétiens. Le monde n’est plus monolithique et nous devons rester ouverts à ses diversités (surtout avec les 30 nationalités qui composent nos Fraternités). Mais il reste conduit par un Sauveur unique, et il nous faut sans cesse revenir à l’essentiel en vivant à son écoute et en ramenant le tout de notre vie sous ce seul chef, le Christ.