Méditer

Oppose-lui la Parole de vie

PDFImprimerEnvoyer

Si, après le baptême, tu es attaqué par le persécuteur, le tentateur de la lumière, tu auras matière à victoire. Il t'attaquera certainement, puisqu'il s'en est pris au Verbe, mon Dieu, trompé par l'apparence humaine qui lui dérobait la lumière incréée. Ne redoute pas le combat. Oppose-lui l'eau du baptême, oppose-lui l'Esprit Saint dans lequel s'éteignent tous les traits enflammés lancés par le Malin...


S'il t'expose le besoin qui t'accable – il n'a pas manqué de le faire à Jésus –, s'il te rappelle que tu as faim, n'aie pas l'air d'ignorer ses propositions. Apprends-lui ce qu'il ne connaît pas, oppose-lui la Parole de vie, ce vrai Pain envoyé du ciel et qui donne la vie au monde.


S'il te tend le piège de la vanité –  il en usa contre le Christ, lorsqu'il le fit monter sur le pinacle du Temple et lui dit : «Jette-toi en bas», pour lui faire manifester sa divinité –  prends garde de ne pas déchoir pour avoir voulu t'élever. Car s'il l'emporte sur ce point, il ne s'arrêtera pas pour autant. Il est inépuisable en stratagèmes ; tous les moyens lui sont bons. D'apparence honnête, il séduit, mais son but est le mal. Telle est sa tactique.


Mais il a aussi l’expérience des Écritures. C’est de là qu’il tire son fameux : «il est écrit…», au sujet du pain ; «il est écrit...», au sujet des anges. «Il est écrit, dit-il, que les anges ont reçu l’ordre de veiller sur toi et ils te porteront sur leurs mains.» Ô spécialiste du mensonge, pourquoi as-tu supprimé la suite ? Cette suite, je la comprends fort bien, malgré ton silence : «Je marcherai sur toi comme sur l’aspic et le basilic, je foulerai aux pieds serpents et scorpions», puisque la Trinité est mon rempart.


S'il te tente par l'ambition en te montrant dans une vision instantanée, tous les royaumes de la terre comme soumis à son pouvoir, et s'il exige de toi l'adoration, méprise-le : ce n'est qu'un pauvre frère. Dis-lui, confiant dans le sceau divin : «Je suis, moi aussi, l'image de Dieu ; je n'ai pas encore été, comme toi, précipité du haut de ma gloire à cause de mon orgueil ! Je suis revêtu du Christ ; je suis devenu un autre Christ par mon baptême ; c'est à toi de m'adorer.» Il s'en ira, j'en suis sûr, vaincu et mortifié par ces paroles : venant d'un homme illuminé par le Christ, elles seront ressenties par lui comme si elles émanaient du Christ, la lumière suprême. Voilà les bienfaits qu'apporte l'eau du baptême à ceux qui reconnaissent sa force.

Saint Grégoire

évêque de Nazianze au IVe s.